A A A
Épargne

Une nouvelle chaire de recherche s’intéresse aux finances personnelles

17 septembre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Tenter de prédire les comportements d’épargne des citoyens, l’augmentation de l’espérance de vie ou encore l’allongement du temps de travail, tel est le but visé par la nouvelle Chaire de recherche Industrielle Alliance sur les enjeux économiques des changements démographiques.

Récemment lancée conjointement par l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal (UQAM), elle s’intéresse à ce qui se passera au pays dans les prochaines années.

Ses deux titulaires sont :

Jean-Yves Duclos, professeur au Département d’économie de la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval, qui possède une expertise en économie du travail et du développement, en économie publique ainsi qu’en répartition des revenus.

Pierre-Carl Michaud, professeur au Département des sciences économiques à l’École des sciences de la gestion de l’UQÀM, spécialiste des questions de santé et de vieillissement, de travail et de retraite, d’épargne et de littératie financière.

« L’un des principaux objectifs de nos recherches consistera à documenter et à analyser l’effet prospectif des importants changements socioéconomiques à venir sur le niveau de vie, la santé et les finances personnelles et publiques du Québec et du Canada », explique Pierre-Carl Michaud.

« Nos travaux contribueront à la formulation de politiques tant au public qu’au privé, qui permettront de corriger certains des effets indésirables de ces changements et de protéger le niveau de vie ainsi que la sécurité financière et économique des citoyens », précise de son côté Jean-Yves Duclos.

Qui sont les partenaires ?

La Chaire de recherche Industrielle Alliance sur les enjeux économiques des changements démographiques a été créée grâce à la contribution des partenaires suivants :

• Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations, ou CIRANO (250 000 $ par an pendant cinq ans, soit un total de 1 250 000 $) ;

• Industrielle Alliance (150 000 $ par an pendant cinq ans, soit un total de 750 000 $) ;

• Régie des rentes du Québec (50 000 $ par an pendant trois ans, soit un total de 150 000 $).

 

La rédaction vous recommande :

 

 

 

 

 

 

 

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques