A A A

Ventes de fonds communs : Morningstar Canada nuance les données

15 octobre 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Rudy Luukko ne s’en fait pas trop avec les dernières données de l’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC). L’organisme, rappelons-le, prévoit des rachats nets de plus de 4 milliards de dollars de fonds communs en septembre.

« Assimiler les récents sorties d’argent à un mouvement de fuite loin des fonds serait une exagération. Bien que 1 milliard de dollars ne soit pas de la menue monnaie, ce montant devrait être examiné dans son contexte », indique le rédacteur en fonds de placement à Morningstar Canada.

L’expert calcule que les rachats de septembre constituent seulement 0,35 % des actifs à long terme au début du mois. « En d’autres termes, plus de 99 % des investisseurs dans les actifs à long terme n’ont pas bougé durant l’effondrement du marché mondial en septembre », note Rudy Luukko.

Selon les données de l’IFIC, il n’y a eu qu’une seule occasion où les rachats de fonds à long terme ont dépassé 1 % de l’actif de départ dans ces fonds. C’était en janvier 1995, quand les investisseurs ont effectué des rachats de 1,3 milliard de dollars. Ce montant équivalait à 1,2 % des actifs à long terme estimés le 31 décembre 1994.

Le deuxième pourcentage le plus élevé a été de 0,67 % en janvier dernier, et le troisième a été de 0,44 % en octobre 2002, date à laquelle les investisseurs avaient racheté pour 1,4 milliard de dollars de fonds à long terme.

S’il y a une leçon à tirer de la dernière tempête boursière, c’est que les investisseurs persistent à se débarrasser de leurs titres lorsque les marchés sont baissiers et à prendre le train en marche durant la hausse des cours.

Rudy Luukko appelle ce syndrome « acheter au prix fort et vendre à bas prix ». C’est la recette infaillible pour perdre de l’argent à la Bourse.

Pour consulter l’article de Rudy Luukko, sur les rachats de fonds en septembre, cliquez ici.

Loading comments, please wait.