A A A
Immobilier

Ventes résidentielles : Montréal a le vent dans les voiles

15 juillet 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les ventes de biens immobiliers ont augmenté de façon importante au cours du deuxième trimestre à Montréal et les prévisions dans ce domaine sont au beau fixe, selon des données publiées hier par Royal LePage.

En effet, « la reprise du marché résidentiel montréalais a été soutenue par une légère baisse des prix dans la plupart des types d’habitations et par des taux d’intérêt qui demeurent historiquement bas », notent les analystes du fournisseur de services aux agences immobilières.

LE BON MOMENT D’ACHETER

Ces deux facteurs, combinés à une économie québécoise plutôt performante, font en sorte que « la proportion de Québécois qui croient que le moment est propice pour investir dans un achat important tel qu’une propriété est à son sommet le plus haut depuis plus de cinq ans », soulignent-ils.

Résultat, ils anticipent une progression des ventes résidentielles dans la métropole de 8 % pour l’année complète par rapport à 2014.

« Les vendeurs se sont ajustés à la réalité et ont diminué leurs attentes quant aux prix demandés. Ainsi, le marché est devenu plus favorable et a pu connaître un regain des ventes, soutenu par des prix plus réalistes », commente Dominic St-Pierre, directeur principal chez Royal LePage pour la région du Québec.

LES MAISONS À DEUX ÉTAGES MOINS CHÈRES

Le prix de vente des maisons de plain-pied a diminué dans plusieurs secteurs de la grande région montréalaise sans pour autant nuire aux vendeurs puisqu’aucune de ces baisses ne dépasse 0,2 %. Le prix moyen d’une propriété de ce type y est désormais de 295 786 dollars.

En ce qui concerne les maisons à deux étages, il est passé à 398 214 dollars au deuxième trimestre, soit une baisse moyenne de 1,5 % pour l’ensemble des secteurs étudiés. À l’inverse, le marché des appartements en copropriété a connu la plus forte hausse de prix de ces 10 derniers trimestres, avec une moyenne de 2,1 % et un prix moyen de 244 556 dollars.

D’ici la fin de l’année, Royal LePage prévoit que le prix moyen d’une maison sur l’Île de Montréal augmentera de 0,6 % par rapport à 2014.

LE MARCHÉ DU LUXE SE PORTE BIEN

Par ailleurs, la firme note que le marché du luxe a fortement progressé dans la région, avec une augmentation de 11 % des ventes dans l’unifamiliale et de 12 % pour les condos haut de gamme.

« On note une augmentation des ventes pour tous les types d’habitations, et plus particulièrement pour les maisons individuelles de plain-pied et les maisons standards à deux étages », constate Dominic St-Pierre.

Ainsi, les ventes de propriétés unifamiliales ont grimpé de 14 %, tandis que les ventes d’appartements en copropriété enregistraient une croissance de 3,3 %.

« LA SITUATION VA SE STABILISER »

La hausse des ventes a été encore plus importante sur l’Île de Montréal, où elles ont atteint 24 % et 7 % pour les propriétés unifamiliales et les appartements en copropriété, respectivement. Sur la Rive-Sud, à Brossard, les ventes qui avaient été marquées par un rebond de 57 % au cours des trois premiers mois de l’année ont en revanche chuté de 9,6 % au deuxième trimestre.

« Le marché immobilier montréalais demeure à la faveur des acheteurs, mais toutes les conditions semblent réunies pour que la situation se stabilise au cours des prochains mois », prédit Dominic St-Pierre.

La rédaction vous recommande :

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques