A A A

VMD inaugure son nouveau siège social

4 avril 2007 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

(05-04-07)Germain Carrière, président et chef de l’exploitation de Valeurs mobilières Desjardins(VMD), a inauguré mercredi dernier le nouveau siège social de la maison de courtage.

Celui-ci est situé au centre-ville de Montréal, dans l’ancien Hôtel Windsor. Quelque 475 des 1 200 employés de VMD, dont 26 conseillers en placement, y travaillent depuis décembre. On y trouve aussi une centaine d’employés de la Caisse centrale Desjardins et des Études économiques du mouvement coopératif.

Très modernes et construits pour respecter les normes de développement durable, les bureaux de VMD donnent sur un immense atrium où les conseillers sont à pied d’oeuvre devant des dizaines d’écrans d’ordinateurs.

« Le nouveau siège social de VMD permettra à l’entreprise de jouir d’une visibilité de premier choix dans le quartier des affaires de Montréal, en plus de faciliter l’accessibilité des services de la firme auprès d’une grande partie de sa clientèle cible. Cette initiative s’inscrit parfaitement dans la stratégie du Mouvement Desjardins d’accroître sa présence dans le Grand Montréal », a indiqué Germain Carrière.

Qualifiant VMD de « firme d’envergure au Québec », Germain Carrière a souligné que les parts de marché de la maison de courtage, au chapitre des services aux particuliers, sont passées de 5,7 % en 2001 à 9,8 % à la fin de 2006. Durant cette période, l’actif sous gestion a progressé de 7 à 17,6 milliards de dollars, en hausse de plus de 150 %.

Germain Carrière a indiqué que sa firme renouerait avec la rentabilité « de manière durable » en 2007.

Germain Carrière est en poste depuis l’été 2005. Il a succédé à Jean-Pierre De Montigny, qui a démissionné après que VMD se soit fait imposer des amendes totalisant près de 2 millions de dollars pour avoir négocié des titres sans consigner le consentement des clients.

En mars 2006, Jean-Pierre De Montigny intentait une poursuite de 3,1 millions de dollars contre son ancien employeur, lui reprochant d’avoir renié ses promesses de rémunération et de l’avoir démis de ses fonctions sans raison valable.

Loading comments, please wait.