A A A
Baisse économique

Vos clients paniquent? Voici comment les calmer

25 août 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La journée d’hier a bien mal commencé pour les investisseurs, alors que les principaux indices boursiers ont affiché de sévères baisses dès l’ouverture des marchés.

Au Canada, l’indice S&P/TSX a chuté de plus de 700 points, avant de « remontrer » en fin de journée, pour une perte de 3,9 %. À la Bourse de New York, le Dow Jones avait aussi retraité de plus de 588 points, tandis que le S&P 500 et le NASDAQ étaient aussi durement frappés.

Alors peut-être que vos téléphones se sont mis à sonner? Vos clients ont-ils senti la soupe chaude, vous demandant de tout liquider? Si c’est le cas, faites-vous rassurant et rappelez-leur que d’appuyer sur le bouton panique n’est pas la solution.

Vos clients s’inquiètent probablement pour leurs plans de retraite, mais malgré cette correction des marchés, ils doivent rester en maîtrise de leurs émotions et se souvenir que leur conseiller est là pour les soutenir lors des moments plus difficiles.

Après tout, vous et vos clients avez élaboré un plan financier solide ensemble. Ce n’est pas le moment de tout larguer au premier soubresaut de la Bourse.

Voici quelques articles intemporels qui pourront vous aider à les convaincre du bien-fondé de demeurer calme pendant la tempête :

• Vos clients sont-ils stressés par leurs placements?

Un récent sondage de BMO démontre que pas moins de 97 % des investisseurs canadiens ressentent de l’anxiété lorsqu’ils y pensent.

• À l’heure des bas taux d’intérêts

La solution? La diversification des placements, stratégie globale et efficience fiscale!

• Que faire avec des clients difficiles?

Les conseillers ont intérêt à repérer les clients difficiles et à apprendre à travailler avec eux.

• Comment sauvegarder une relation-client qui bat de l’aile

Parce qu’une fois qu’un client a perdu foi en vos services, cela devient très difficile de le garder.

• La dépendance aux prévisions

L’histoire financière démontre que le comportement des investisseurs change peu avec le temps, malgré les échecs.

• La psychologie du placement

Normalement, l’achat ou la vente d’actions découlent d’un choix rationnel, mais quiconque a déjà investi sait que ce n’est pas tout à fait le cas.

• Krach éclair du marché des obligations

Rappelez vous qu’au début du mois de juin, deux jours ont suffi pour que la liquidation globale des marchés obligataires efface l’ensemble des gains enregistrés depuis le début de l’année.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques