A A A
Argent

Votre perception du risque dépend de votre personnalité

24 mai 2011 | William André Nadeau | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

cerveau_pensee_reflexion_425

Vous choisissez vos modes de placement et vos conseillers financiers selon votre personnalité. La définition du risque varie beaucoup d’une personne à l’autre.

La définition du risque relatif à un placement varie beaucoup d’une personne à l’autre.

Total garanti
Pour certains, un placement non risqué en est un dont le capital et les revenus sont totalement garantis selon une échéance déterminée. C’est le cas, à moins de catastrophes majeures, pour les obligations du gouvernement et des CPG des banques.

Capital protégé
Pour d’autres, l’objectif est de protéger le capital; le rendement ne l’est pas. C’est l’objectif visé par la majorité des fonds de couverture (hedge funds). Malheureusement ce ne fut pas le cas pour toutes les années. Le rendement moyen mondial de ces fonds a été de – 16 %. C’est mieux que la moyenne des fonds boursiers, avec – 30 %, mais on est loin de la protection du capital.

Cet objectif est visé pour les fonds équilibrés neutres. En combinant les actions avec les obligations, l’immobilier et d’autres catégories d’actifs, ils essaient de protéger le capital à court terme avec un succès relatif. Le rendement moyen en 2008 de cette catégorie de fonds a été – 16 %.

Le besoin de sécurité varie selon le temps
Sur un horizon de 5 à 10 ans, le risque potentiel dans des fonds diversifiés est fortement réduit avec l’espace temps. Le plus grand risque avec le temps n’est pas la protection à court terme du capital, mais le manque de rendement nécessaire après inflation et impôt.

Vos expériences antérieures et celles de votre famille influencent votre perception du risque
Si vos parents ont vécu très modestement par manque d’argent, que vous êtes de nature plus pessimiste et que vous avez été affecté lors de la dernière correction boursière, il est fort probable que les questions financières vous préoccupent davantage.

Même si vous optez pour  la croissance, que vous essayez de vous convaincre qu’il vous faut des actions boursières pour accroître le potentiel des revenus de votre retraite future, toute chute temporaire de vos placements viendra « hanter » votre inconscient, qui se rappelle très bien des mauvaises expériences personnelles ou familiales. C’est alors que vous allez encaisser vos pertes. Vous attendrez une hausse soutenue. Lorsque les informations sur l’optimisme d’une reprise sont annoncées dans les médias, vous réinvestissez. Malheureusement, tel est le comportement d’un trop grand pourcentage d’investisseurs, selon les études Dalbar.

Votre perception du risque est volatile, tout comme le sont les marchés
Les pertes financières viennent stimuler dans le cerveau la même zone que celle du danger mortel, et les gains touchent la même zone que celles des plaisirs charnels ou des drogues. Il n’est pas surprenant, selon les neurologues, que votre perception du risque soit très fluctuante, du moins pour un certain pourcentage de la population.

Les conseillers financiers : conseils rigoureux ou non?
Leurs conseils peuvent satisfaire votre perception du risque, ce qui enclenche des achats et des ventes selon l’humeur du marché ou des décisions dictées par la prise de conscience de votre réaction et de l’adoption d’une approche disciplinée de réactions aux fluctuations des valeurs financières. Je préconise davantage cette deuxième approche.

Le contenu de cette chronique a été gracieusement fourni par le cabinet Orientation Finance.

Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000