A A A
Affaires

Vous bâtissez-vous une pratique ou un simple emploi lucratif?

13 mars 2012 | Tyrone Matheson | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Comment vous percevez-vous : un conseiller à la barre d’une pratique indépendante ou un employé sans patron? Vous n’êtes pas certain de la réponse? Si aujourd’hui vous deviez vous envolez pour un mois en voyage, vos affaires continueraient-elles à fonctionner normalement ou seriez-vous accueilli à votre retour par des clients furieux d’avoir été délaissés? Voilà votre réponse à la première question.

Si vous pouvez quitter sans problème, c’est que vous avez sans doute consacré beaucoup de temps à bâtir votre affaire. Si les problèmes s’accumulent pendant votre absence, vous avez probablement consacré trop de temps à bâtir votre clientèle.

Plusieurs conseillers ont lancé leur pratique d’abord pour se créer un emploi. Certains y prennent tellement goût qu’ils deviennent complètement absorbés par leurs responsabilités auprès des clients.

Cependant, il n’est pas trop tard pour faire en sorte que votre pratique ne soit plus simplement un emploi lucratif, mais une véritable PME.

Prendre du recul

1. L’une des premières étapes pour transformer votre pratique d’homme-orchestre en un bureau fonctionnant avec plusieurs employés consiste à reculer d’un pas et à envisager votre affaire sous un autre angle, une autre perspective. Établir un modèle d’entreprise exige de vous poser de sérieuses questions. Qu’est-ce qui a le plus d’importance à vos yeux? Quel genre de vie souhaitez-vous mener?

2.Comment déterminer si votre affaire est florissante? Combien d’argent voulez-vous faire? Avez-vous prévu une stratégie pour passer le flambeau quand vous aurez atteint votre objectif? Tout comme vous trouverez absurde qu’un client établisse son plan de retraite le jour où il cesse de travailler, vous devez planifier votre relève dès que vous jetez les bases de votre entreprise. Pour lire notre article de fond sur le sujet de la relève.

Sur quelle période prévoyez-vous implanter votre entreprise : trois ans, cinq ans ou tout au long de votre carrière? Quel que soit votre objectif, l’essentiel est de le définir avec précision et de dresser un plan d’action détaillé pour vous aider à l’atteindre.

3. Il peut sembler superflu à un conseiller indépendant qui travaille seul d’établir un organigramme, mais cette démarche est un élément très important du processus. En effet, le conseiller indépendant doit mettre à profit l’expertise d’autres spécialistes pour répondre le mieux possible aux besoins en constante évolution de la clientèle. Un seul professionnel ne saurait posséder les compétences exigées par tous les aspects de la gestion et de la planification financière.

Prenez le temps de revoir les alliances stratégiques que vous avez formées. Que vous apportent ces personnes ou ces entreprises? Devriez-vous rompre certaines relations afin de poursuivre votre essor? Manquez-vous de contacts dans des secteurs clés?

Favorisez votre réussite en sachant mettre davantage à profit le temps et l’énergie de vos interlocuteurs.

4. Si une chaîne de cafés franchisés, par exemple, perdait son manuel d’exploitation, il y aurait certainement des ratés dans son fonctionnement. Un personnel dévoué ne suffit pas, car il est essentiel à l’efficacité du commerce d’implanter une structure pour assurer l’uniformité des recettes ou des normes de service.

Dans le même ordre d’idée, si vous en êtes au point où vous avez besoin d’un adjoint administratif, d’un responsable des opérations ou du recrutement, assurez-vous d’instaurer un système afin que tout fonctionne sans interruption chaque fois que vous pourvoirez à un poste.

5. Quand vous engagez du personnel pour agrandir votre équipe, ou prévoyez de le faire, ne perdez pas de vue que vous choisissez des collaborateurs pour assumer les tâches nécessaires au bon fonctionnement de vos affaires. Assurez-vous que vos employés comprennent clairement le pourquoi des responsabilités que vous leur confiez. Veillez à créer un milieu de travail axé sur l’excellence et le dévouement de chacun à la réussite de l’entreprise.

6. Votre stratégie marketing actuelle met-elle l’accent sur vous ou sur le client? Dans vos démarches, efforcez-vous de vous concentrer exclusivement sur ce que désire votre client, et non sur ce que vous pensez qu’il désire. Vous pouvez vous renseigner à cet égard en consultant votre base de données sur les relations avec la clientèle, ou à l’aide d’un questionnaire ou d’un sondage.

Plus vous aurez d’information sur votre client, mieux vous pourrez cibler vos efforts marketing. Qu’il s’agisse de dépister des clients potentiels, de conclure des contrats de service, d’obtenir des recommandations ou de rester au fait des activités de vos clients, chaque aspect de votre processus de marketing doit se dérouler sans la moindre anicroche.

À présent que vous avez examiné votre pratique sous toutes ses coutures, pouvez-vous dire que tous ses rouages sont bien huilés? Dans le cas contraire, cernez les aspects qui demandent amélioration. Fixez-vous cinq objectifs, par exemple, et déterminez quels changements s’imposent pour les atteindre.

Cet article est une adaptation d’un texte publié sur Advisor.ca. Traduction par Saskia Ouaknine.

Loading comments, please wait.