A A A
Argent

Warren Buffett fête ses 50 ans à la tête de Berkshire Hathaway

5 mai 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les actionnaires de Berkshire Hathaway ont célébré samedi le 50e anniversaire de l’arrivée de Warren Buffett à la tête du conglomérat américain, rapporte l’agence Reuters.

L’investisseur multimilliardaire âgé de 84 ans et son principal collaborateur, Charlie Munger, 91 ans, vice-président de la société, ont répondu pendant six heures aux questions des analystes, des journalistes et de quelques-uns des 40 000 actionnaires présents à l’assemblée générale annuelle du groupe.

Berkshire Hathaway est actionnaire d’environ 80 entreprises, parmi lesquelles le géant du transport ferroviaire Burlington Northern, l’assureur automobile Geico, la marque textile Fruit of the Loom, ou encore le loueur d’avions d’affaires NetJets. Son portefeuille d’investissement « pèse » plus de 115 G $US (environ 140 G$).

« En cas de turbulences, nous serons prêts »

Et si l’on en croit Warren Buffett, sa taille, sa diversification et sa trésorerie de 63,7 G $US (77 G$) lui permettront de continuer à se développer. « Nous serons tout à fait disposés à agir en cas de turbulences économiques, quelles qu’elles soient, et nous serons prêts alors que la plupart des gens ne le seront pas », a-t-il promis.

Son succès en tant que gestionnaire et investisseur a fait de la société un empire dont la capitalisation boursière avoisine les 350 G $US (424 G$).

Même si l’ambiance de l’assemblée générale était « extrêmement positive », selon l’Associated Press, l’homme d’affaires et son bras droit ont dû répondre à diverses questions concernant l’association entre Berkshire et le fonds d’investissement brésilien 3G Capital.

Méthodes de réduction des coûts critiquées

Les deux fonds s’étaient associés en 2013 en vue d’acheter Heinz pour 23,3 G $US et cette acquisition avait été suivie de milliers de licenciements. Puis, en mars, ils se sont de nouveau réunis, cette fois pour avaler Kraft Foods et créer ainsi une nouvelle entité baptisée Kraft Heinz.

Plusieurs actionnaires ont demandé si les méthodes de réduction des coûts et de restructuration employées par 3G Capital, régulièrement accusé de réduire drastiquement les effectifs des entreprises dont il prend le contrôle, correspondaient au modèle d’affaires de Berkshire Hathaway, a constaté l’Associated Press.

Les pratiques en matière de prêts de Clayton Homes, une compagnie de maisons préfabriquées appartenant au fonds, ont également été au centre de discussions. Celles-ci ont en effet été récemment critiquées par certains médias américains et par le Center for Public Integrity, qui ont fait état de taux d’intérêt élevés et d’acheteurs qui se sentaient floués.

Pas encore de retraite en vue

Enfin, interrogé, comme chaque année, sur sa propre succession, Warren Buffett a refusé de livrer le moindre indice concernant l’identité du futur patron de Berkshire, laissant même sous-entendre qu’il n’avait pas encore l’intention de se retirer, car il adore son travail et continue d’être en bonne santé.

Il a toutefois précisé que son successeur ne devrait pas être seulement un financier : « Je ne souhaite pas placer à la tête de Berkshire une personne qui aurait seulement une expérience de l’investissement et aucune expérience de gestion », a-t-il déclaré.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques