A A A
Affaires

ALENA : des pourparlers toujours difficiles

28 février 2018 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Etats-Unis_Canada_USA_drapeaux_425Le septième cycle de renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) s’est amorcé dimanche à Mexico, et les discussions s’annoncent une fois de plus difficiles entre les représentants du Canada, des États-Unis et du Mexique.

Au Canada, l’inquiétude est toujours palpable. Le voyage de deux jours à Washington des premiers ministres du Québec et de l’Ontario, Philippe Couillard et Kathleen Wynne, vendredi et samedi, a mis en lumière de nouveaux désaccords avec l’administration américaine.

Les tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium sont une grande source de friction entre les deux pays. Selon des scénarios étudiés par la Maison-Blanche, ces tarifs pourraient atteindre 24 % sur l’acier et 10 % sur l’aluminium. Certains pays pourraient toutefois être exemptés, dont le Canada. Les enjeux sont grands pour le pays, qui est le principal exportateur de ces deux produits aux États-Unis.

En entrevue à La Presse canadienne, Kathleen Wynne s’est néanmoins dite « encouragée » par les discussions qu’elle a menées. Aucun des gouvernements d’États américains avec qui elle s’est entretenue ne semble croire que l’ALENA fait face à une résiliation imminente.

« Je ne suis pas un protectionniste. Simplement imposer des tarifs, je ne suis pas d’accord avec cela », a affirmé le gouvernement de l’Ohio, John Kasich.

Parmi les autres sujets litigieux qui seront abordés lors de ce septième cycle de renégociation, celui de l’industrie automobile retiendra encore l’attention. Washington veut faire en sorte que 50 % des composantes de véhicules soient d’origine américaine pour être exemptées de droits de douane, une proposition que rejettent le Mexique et le Canada.

LE TORCHON BRÛLE 

Les relations sont particulièrement tendues entre le Mexique et les États-Unis. Excédé par l’insistance de Donald Trump à vouloir faire payer par Mexico le mur qu’il souhaite ériger à la frontière des deux pays, le président mexicain Enrique Peña Nieto a annulé une visite à la Maison-Blanche, rapporte Radio-Canada.

Pour le Mexique, dont 80 % des exportations se dirigent vers les États-Unis, le succès de la renégociation de l’ALENA est crucial.

« C’est une réunion difficile, car à mesure qu’on avance dans la négociation et qu’on a bouclé des thèmes constructifs, sur lesquels il y a des avancées, de la modernité, il reste des sujets de grande complexité », a commenté le ministre mexicain de l’Économie, Ildefonso Guajardo Villarrea.

Le septième cycle de renégociation de l’ALENA, qui se déroulera jusqu’au 5 mars, coïncide avec le début de la campagne électorale en vue de l’élection présidentielle mexicaine du 1er juillet prochain.

La rédaction vous recommande : 

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000