A A A
Avion

ALENA : des suggestions pour les négociateurs

30 août 2017 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

conversation_reunion_conseiller_client_discussion_425Après la FCEI, c’est au tour de Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) de faire entendre les besoins et les préoccupations de ses membres relativement à la refonte de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

L’organisme a tenu la semaine dernière une rencontre avec le négociateur en chef pour le Québec, Raymond Bachand, pour faire le point sur la première ronde de négociations. Une quinzaine d’entrepreneurs étaient présents à cette session de travail qui a donné naissance à une liste préliminaire d’améliorations sur lesquelles pourront s’appuyer les négociateurs.

Les entreprises exportatrices souhaitent tout d’abord que certains métiers soient ajoutés à la liste des professions autorisées à franchir la frontière pour faciliter la mobilité de la main-d’œuvre. Elles demandent également une uniformisation et une simplification des règles d’origine de l’ALENA, de façon à ce que ces dernières soient interprétées de façon similaire au Canada, aux États-Unis et au Mexique.

Du côté de l’inspection à la frontière, MEQ milite en faveur d’une reconnaissance mutuelle entre la Food and Drugs Administration aux États-Unis et les autorités canadiennes. Les négociateurs pourraient d’ailleurs s’inspirer d’une mesure semblable en vigueur entre les États-Unis et l’Union européenne. L’organisme demande finalement une amélioration des « Initiatives par-delà la frontière », qui prévoient un processus de préinspection et de prédédouanement plus rapide et efficace pour les entreprises qui possèdent certaines certifications.

UNE OREILLE ATTENTIVE

Ces différentes recommandations ont été retenues par le gouvernement du Canada et intégrées à la liste de priorités canadiennes pour les négociations, note MEQ.

« Nous voulons être proactifs, appuyer le plus possible les efforts des négociateurs, et transformer les nombreux défis que pose cette négociation en opportunités », indique la vice-présidente Québec de MEQ, Véronique Proulx.

La première ronde de renégociation de l’ALENA a eu lieu plus tôt ce mois-ci à Washington, sans que de réels progrès ne soient évoqués par les négociateurs des trois pays. Le deuxième cycle de discussion s’amorcera vendredi au Mexique.

La rédaction vous recommande :

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000