A A A
Assurance

L’assurance collective est un droit

8 février 2017 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

parapluie_assurance_parasol_soleil_retraite_425Les employeurs ont le devoir d’offrir à leurs employés un régime d’assurance maladie. C’est, du moins, l’avis de 78 % des Québécois, révèle la dernière édition de l’Indice de mieux-être des Canadiens de Sun Life.

Selon l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes (ACCAP), 24 millions de Canadiens bénéficient d’un régime d’assurance maladie complémentaire offert par leur employeur ou par celui de leur conjoint.

« Les régimes d’assurance maladie offerts au travail jouent un rôle essentiel dans notre système de soins de santé, car ils aident les Québécois à payer des frais médicaux qui ne sont habituellement pas couverts par les régimes provinciaux et qui totalisent presque 30 milliards de dollars par année », soutient dans un communiqué Robert Dumas, président, Financière Sun Life, Québec.

DES RÉGIMES QUI NE COMBLENT PAS LES BESOINS

Le simple fait d’offrir un régime n’est cependant pas suffisant. Parmi les employés qui bénéficient d’un régime d’assurance collective en milieu de travail, seulement 37 % considèrent que celui-ci répond à tous leurs besoins.

Quelque 52 % des travailleurs québécois disent obtenir du soutien en santé physique de la part de leur entreprise, et 51 % en santé mentale. Les initiatives visant à promouvoir le mieux-être demeurent quant à elles marginales : à peine plus du quart (26 %) des travailleurs indiquent en bénéficier.

RÉPONDRE AUX ATTENTES

Quelles sont les attentes des participants envers leur régime d’assurance maladie? En premier lieu, de la souplesse. Ce désir se manifeste d’ailleurs parmi toutes les générations. Lorsqu’on leur a offert le choix entre la souplesse ou une couverture accrue, les répondants ont indiqué qu’ils avaient besoin des deux, dans des proportions de 45 % et de 46 % respectivement.

Les jeunes employés réclament aussi davantage d’initiatives liées à la santé mentale. Les travailleurs de la génération Z (78 %) et Y (76 %) sont les plus susceptibles de considérer la santé mentale comme l’élément central dans leur santé globale. On peut donc supposer qu’ils seraient plus enclins à utiliser les ressources en santé mentale offertes par les employeurs, alors que les employés plus âgés pourraient tirer parti de programmes de sensibilisation et de lutte contre la stigmatisation.

Trop souvent négligé, le soutien en matière de santé financière doit finalement faire partie intégrante du régime, selon les répondants. Pas moins de 70 % d’entre eux sont d’avis que les employeurs ont la responsabilité de les aider à mieux gérer leurs finances personnelles.

La rédaction vous recommande :

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000