A A A
Affaires

Les propriétaires de PME entament l’année avec le sourire

4 janvier 2017 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

hausse_conseiller_content_augmentation_425La fin de l’année a insufflé un peu d’espoir aux propriétaires de PME canadiens, alors que l’indice du Baromètre des affaires de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a progressé de 1,3 point en décembre.

Les PME québécoises figurent parmi les plus optimistes au pays avec un indice de 65,8, comparativement à une moyenne canadienne de 60,7. La province arrive en troisième position derrière la Colombie-Britannique (69,5) et le Manitoba (66,7).

La FCEI a constaté des gains modérés dans presque tout le pays, l’indice de confiance s’étant amélioré ou maintenu dans neuf provinces sur dix. La conjoncture demeure toutefois moins favorable en Alberta et à Terre-Neuve-et-Labrador, où l’indice se situe en-deçà de 50.

Un niveau supérieur à 50 signifie que les entrepreneurs qui s’attendent à de meilleurs résultats pour les douze prochains mois sont plus nombreux que ceux qui envisagent une performance plus faible.

LA PRUDENCE RESTE DE MISE

Plusieurs signes encourageants se dégagent de ces résultats, souligne la FCEI. Dans l’ensemble du pays, 41 % des propriétaires de PME estiment que leur entreprise se porte bien – un sommet en 13 mois. Plus de la moitié d’entre eux (54 %) planifient également de faire des dépenses en capital (équipements, etc.) au cours des prochains mois, tandis que l’état des carnets de commandes s’est amélioré.

Le sentiment de prudence qui prévaut depuis déjà de nombreux mois chez les chefs d’entreprise ne s’est toutefois pas envolé, particulièrement en ce qui concerne les plans d’embauche. Seulement 13 % des PME prévoient augmenter leurs effectifs à temps plein au cours des prochaines mois, contre 16 % qui envisagent de faire des mises à pied.

LES SALAIRES FONT PRESSION SUR LES COÛTS

Les entrepreneurs québécois affirment que la charge salariale est le facteur qui aura le plus d’incidence sur la croissance des coûts d’exploitation de leur entreprise au cours des prochains mois (54 %), suivie des dépenses fiscales et réglementaires (52 %) et des frais d’assurance et de compte bancaire (35 %).

Malgré de faibles prévisions d’embauche, les propriétaires de PME québécois estiment que la pénurie de main-d’œuvre qualifiée est le principal obstacle à l’augmentation de la production et des ventes de leur entreprise (36 %). Le manque de compétence en gestion (22 %) ainsi qu’une demande intérieure et extérieure insuffisante (21 %) pèsent également lourd dans la balance.

La rédaction vous recommande :

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000