A A A
Affaires

Se comparer pour croître

19 octobre 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

concours_course_premier_gagner_cmpetition_conseiller_vente_425Pour générer de la croissance, les PME doivent être en mesure d’évaluer et comparer leur productivité. Or, bien peu d’entre elles le font de manière structurée, révèle un sondage de la Banque de développement du Canada (BDC).

À peine 6 % des PME canadiennes adoptent des mesures formelles globales pour évaluer leur productivité. Elles sont pourtant 80 % à estimer qu’il est important de le faire.

Les bénéfices d’évaluer précisément la productivité d’une entreprise et de la comparer avec celle de la concurrence sont bien réels : une PME canadienne sur trois qui prévoit un taux de croissance annuel supérieur à 10 % sur trois ans mesure sa productivité de façon formelle.

LES PME PLUS PRODUCTIVES AUX ÉTATS-UNIS

Comparativement aux États-Unis, le Canada est beaucoup moins productif aujourd’hui qu’il y a 35 ans, soutient la BDC. Par exemple, le PIB par heure des entreprises canadiennes correspond à 73 % de celui des entreprises américaines. Il s’agit d’une baisse importante par rapport aux niveaux de plus de 90 % atteints dans les années 1980.

Le fossé entre la productivité des grandes entreprises et celle des PME est également beaucoup plus profond de ce côté-ci de la frontière. Alors qu’au Canada la productivité des PME correspond à 47 % de celles des grandes entreprises, elle atteint 67 % aux États-Unis.

Cette piètre performance des PME canadiennes peut en partie s’expliquer par des investissements insuffisants en technologie de l’information et des communications (TIC). Les entreprises canadiennes y investissent à peine plus de la moitié (56 %) du montant qu’y consacrent les entreprises américaines.

UN NOUVEL OUTIL DE COMPARAISON

Face à ce constat peu reluisant, la BDC a développé en collaboration avec Statistique Canada un outil en ligne gratuit permettant aux entrepreneurs du pays de se comparer avec les pairs de leur industrie. Les entreprises pourront ainsi comparer leur rendement en matière de productivité à l’égard de cinq indicateurs clés : niveau global d’efficacité, revenu par employé, profit par employé, productivité du travail et productivité du capital.

La BDC affirme qu’il s’agit de « l’instrument de comparaison de la productivité le plus complet au monde ».

« La concurrence que se livrent les entreprises est plus forte que jamais et nous croyons que notre outil de comparaison de la productivité incitera les entrepreneurs à passer à l’action », indique Pierre Cléroux, vice-président, Recherche et économiste en chef à la BDC.

La rédaction vous recommande :

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000