A A A
Argent

Toujours plus de prêts pour la BDC

30 août 2017 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

rendements_social_financier_ethique_vert_planter_pots_argent_425x283La Banque de développement du Canada (BDC) devient de plus en plus incontournable dans le paysage entrepreneurial canadien : 49 000 propriétaires d’entreprise ont aujourd’hui recours à ses services, une hausse de 17 % en un an.

La division financement de l’institution a octroyé 6,6 milliards de dollars en prêts en 2016-2017, comparativement à 4,8 milliards l’année précédente, soit une augmentation de 37 %, peut-on lire dans son rapport annuel 2017. Au total, la BDC a des engagements de 29 G$ envers des PME canadiennes.

L’institution a conclu son exercice financier le 31 mars dernier avec un bénéfice net de 465 millions de dollars et prévoit à l’avenir « disposer d’une capacité accrue de prêt et d’investissement ».

« Nous atteignons un plus grand nombre d’entrepreneurs et avons un plus grand impact sur leurs entreprises. Et nous continuons d’être rentables; nos opérations ne coûtent pas un sou aux contribuables canadiens », affirme dans un communiqué Michael Denham, président et chef de la direction de BDC.

DU CAPITAL DISPONIBLE AU CANADA

En entrevue au Devoir, M. Denham a expliqué qu’un changement était en train de s’opérer dans l’écosystème financier canadien. Alors qu’il n’y a pas si longtemps, les jeunes entreprises à forte croissance se tournaient vers les États-Unis pour obtenir des capitaux, elles peuvent aujourd’hui combler leurs besoins de financement en demeurant au pays.

L’institution a par exemple lancé un fonds de capital de risque de 135 M$ destiné aux entreprises en démarrage des secteurs des technologies industrielles, propres et énergétiques. Au total, la BDC sortira 1,8 G$ de sa poche au cours des cinq prochaines années pour financer des PME canadiennes à forte croissance.

Le secteur de l’intelligence artificielle a particulièrement profité de ces nouvelles sommes. La BDC a soutenu une douzaine d’entreprises dans ce domaine jusqu’à maintenant.

Pour encourager les femmes à se lancer en affaires, l’institution a également annoncé au printemps un investissement de 50 M$ dans des entreprises du secteur technologique détenues par des femmes. Cette somme s’ajoute à l’engagement pris par la BDC de faire passer, en trois ans, le financement accordé aux entreprises majoritairement détenues par des femmes à au moins 700 M$

SORTIR DE L’OMBRE

Grâce à sa nouvelle image de marque adoptée en 2016, la BDC espère mieux faire connaître ses services aux gens d’affaires. « On veut que les entrepreneurs soient davantage au courant de ce que nous faisons, pour qu’ils puissent tirer avantage de notre offre de financement et de services-conseils », a souligné au Devoir M. Denham.

Au cours de la dernière année, l’institution a ouvert une vingtaine de centre d’affaires supplémentaires d’un bout à l’autre du pays. Parmi les nouveaux services offerts figure un outil de comparaison de la productivité en ligne, qui permet aux entrepreneurs de se mesurer à leurs concurrents.

La rédaction vous recommande :

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000