A A A
Entente

Donald Trump, l’ami des PME canadiennes?

8 mars 2017 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Donald Trump (Photo : Gage Skidmore)

Donald Trump (Photo : Gage Skidmore)

Alors que l’économie canadienne semble enfin reprendre du poil de la bête après deux années de stagnation, de nombreux entrepreneurs se demandent si l’élection de Donald Trump ne risque pas d’entraver la croissance de leur entreprise.

Après « une analyse attentive de la situation », la Banque de développement du Canada (BDC) se fait rassurante. Selon elle, « il y a lieu d’être optimiste malgré certains risques ».

Le plan de stimulation économique vigoureux du nouveau président, qui prévoit des baisses d’impôt considérables et des investissements massifs dans les infrastructures, a par exemple généré une forte reprise sur les marchés boursiers, lesquels ont atteint des sommets historiques.

« On ne sait pas encore exactement quelles mesures de stimulation seront mises en œuvre ni quand. Quoi qu’il en soit, le raffermissement de la croissance économique au sud de la frontière est généralement de bon augure pour l’économie canadienne, car il en résulte habituellement une augmentation de la demande de produits et services canadiens », écrit la BDC.

En revanche, les importantes réductions de l’impôt des entreprises proposées par le président Trump pourraient rendre le régime fiscal canadien moins concurrentiel que celui des États-Unis. En conséquence, davantage d’entreprises pourraient être tentées de s’établir au sud de la frontière.

LES TAUX D’INTÉRÊT S’ENVOLENT

L’élection de Donald Trump, conjuguée à la hausse du taux directeur de la Réserve fédérale américaine en décembre, a fait grimper les taux d’intérêt du marché obligataire aux États-Unis, car on s’attend à ce que le plan de stimulation de la nouvelle administration nourrisse l’inflation, note la BDC. Avec un taux de chômage d’à peine 4,8 % et des salaires en hausse, de nombreux observateurs croient que l’économie américaine fonctionne déjà à plein régime.

Le Canada n’échappe pas à cette pression soudaine exercée sur les taux d’intérêt à moyen et long terme, et ce, même si les probabilités que la Banque du Canada augmente elle aussi son taux directeur avant la fin de l’année sont plutôt faibles.

RELATIVISER LA MENACE DU PROTECTIONNISME

En dépit des menaces protectionnistes qui pèsent sur les échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis, les deux pays ont intérêt à maintenir de bonnes relations commerciales, estime la BDC. Le Canada demeure le principal marché d’exportation des États-Unis, dans une proportion de 19 %.

Les États-Unis affichent un excédent commercial avec le Canada, si l’on inclut les biens et les services, qui se chiffrait à 6 milliards de dollars américains en 2015. Puisque les échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis sont bien équilibrés et mutuellement avantageux, le Canada se trouvera donc en bonne position lors d’une éventuelle renégociation de l’ALÉNA, juge la BDC.

Les récentes données de l’Institut de la statistique du Québec montrent cependant que cette vigueur n’est pas encore arrivée au Québec. Les exportations québécoises à destination des États-Unis ont enregistré une baisse de 4 % en 2016. Le pays représente toujours le principal marché d’exportation des entreprises québécoises (71,1 %), malgré une baisse par rapport à 2015 (-1,4 %). Au total, les exportations internationales du Québec se sont établies à 74,3 G$ en 2016, en recul de 2,4 % comparativement à l’année précédente.

La rédaction vous recommande :

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000