A A A
Économie

Cap sur les actions économiquement sensibles

1er avril 2010 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

argent_100L’économie mondiale «en pleine reprise» incite David Ginther à inclure des actions cycliques dans son portefeuille américain de dividendes.

En entrevue à Morningstar Canada, le gestionnaire du fonds Mackenzie Universal Américain de revenu de dividendes explique qu’il s’est départi de certains titres défensifs afin de faire de la place aux actions économiquement sensibles.

Récemment, il a ajouté plusieurs nouveaux actifs provenant des secteurs des produits chimiques, des chemins de fer et des entreprises technologiques.

Figure maintenant dans son portefeuille concentré (54 titres) l’action de Dow Chemical, l’une des plus grandes sociétés de produits chimiques au monde. Dow Chemical, dit David Ginther, est en voie de se transformer en un fabricant de produits chimiques spécialisés capable d’établir ses propres prix. L’acquisition de la société de matériaux Rohm and Haas, l’an dernier, s’inscrit dans cette stratégie. Par ailleurs, Dow Chemical a pris des mesures radicales pour réduire ses coûts, de sorte qu’elle pourrait afficher un bénéfice par action plus élevé que prévu pour 2010. Enfin, l’action de Dow Chemical est évaluée de façon raisonnable, souligne-t-il.

Autre domaine sensible à l’évolution de l’économie : les chemins de fer. À un avoir de longue date (Union Pacific), David Ginther a ajouté le titre de Norfolk Southern Corp. Sa filiale, Norfolk Southern Railway, exerce ses activités dans 22 États américains, dessert tous les grands ports à conteneurs dans l’Est des États-Unis et a des connexions avec les autres transporteurs ferroviaires. La société, note David Ginther, est un important transporteur de charbon et de produits industriels. «La demande chinoise de charbon est forte et Norfolk en bénéficie.»

Du côté des technos, il est difficile de trouver des actions payant des dividendes. Heureusement que le géant Intel, et son joli dividende de 3 %, est là. Ce producteur réputé de semi-conducteurs vogue sur la croissance économique mondiale, qui stimule la demande d’ordinateurs personnels, surtout dans les économies émergentes. «La Chine est l’un des plus grands marchés d’Intel», constate David Ginther.

En Amérique du Nord, dividende rime souvent avec énergie. Le portefeuille de David Ginther consacre un large espace à ce secteur : 17 % des actifs, soit la pondération la plus élevée des placements.

Le gestionnaire vient de réaliser deux acquisitions majeures, se procurant des blocs d’actions de Schlumberger et d’Halliburton. Les titres de ces deux entreprises de services énergétiques font maintenant partie des 10 premiers avoirs du fonds Mackenzie Universal Américain de revenu de dividendes.

Schlumberger est l’une des sociétés les plus avancées technologiquement dans son domaine. Elle a une forte présence en Russie et au Moyen-Orient, et elle bénéficie du prix plus élevé de ses services. Quant à Halliburton, elle est un chef de file dans les services d’exploitation des gaz de schiste aux États-Unis.

Comme David Ginther ne voulait pas augmenter la pondération du portefeuille en actions énergétiques, il a liquidé ses positions dans Weatherford International. Ce fut un mal pour un bien : l’entreprise spécialisée en services pétroliers fait face à de nombreuses difficultés, dont la réduction des marges de profit de certains projets.

Loading comments, please wait.