A A A

Les Canadiens font confiance aux fonds communs

26 septembre 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Quelque 78 % des Canadiens détenteurs de parts de fonds communs ont confiance dans ces produits comme forme d’investissement. Les fonds passent en tête devant leur résidence principale (75 %), les CPG et les autres dépôts à terme (64 %), les obligations (55 %) et les actions (55 %). Malgré la volatilité des marchés, les Canadiens demeurent persuadés que les fonds communs de placement les aideront à atteindre les objectifs financiers de leur ménage. Près d’un Canadien adulte sur deux (47 %) est porteur d’unités de fonds communs.

Voilà quelques-unes des données qui ressortent du plus récent sondage mené pour le compte de l’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC). Elles ont été dévoilées lors de la 22e Conférence annuelle de l’IFIC, à Toronto.

L’étude montre que les trois quarts des personnes interrogées n’ont pas modifié leur style de placement, en dépit de l’incertitude des marchés. Il faut dire que le sondage a été réalisé de mai à juin 2008, alors que la Bourse de Toronto était à son sommet de l’année.

Parmi le quart des participants qui ont changé la composition de leur portefeuille, 57 % l’ont fait afin de tenter de réduire les pertes éventuelles au minimum, 21 % recherchaient des occasions d’achat et 15 % recherchaient des occasions d’achat en plus de tenter de limiter les pertes éventuelles.

Qu’examinent les investisseurs avant d’acheter un fonds commun?
* Le niveau de risque (97 %).
* La convenance des objectifs (95 %).
* Les rendements antérieurs (94 %).
* Les sociétés dans lesquelles le fonds investit (92 %).
* Les conditions générales du marché (91 %).
* Les options de commissions de ventes (83 %).
* Le ratio des frais de gestion (83 %).
* Le mode de rémunération de leur conseiller (76 %).

Fait à noter, plus de 80 % des investisseurs ont recours à un conseiller avant de faire leur choix. La moitié de ceux-ci ont posé des questions à leur représentant et pris conjointement la décision d’acheter des parts. Plus du tiers ont demandé des renseignements à leur conseiller, mais ils ont pris leur décision seul. Neuf pour cent ont suivi les recommandations de leur conseiller sans poser de questions et 3 % ont effectué la totalité de la démarche eux-mêmes sans demander d’aide professionnelle.

Loading comments, please wait.