A A A

Trois fonds qui tirent leur épingle du jeu

3 septembre 2009 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Nos collègues d’Advisor.ca attirent l’attention sur trois fonds communs qui ont réussi à tirer leur épingle du jeu au cours de la dernière année (juillet 2008 à juillet 2009).

1. Hartford Global Leaders
Ce fonds d’actions mondiales est piloté par Bill Kanko, un ancien gestionnaire vedette de la firme Trimark. Il est coté 5 étoiles par Globefund.com. Au 31 juillet 2009, il affichait un rendement de – 1,3 %. Cela se compare à – 17,6 % pour l’ensemble de cette catégorie et à – 16,9 % pour l’indice de référence (MSCI World Index). L’investissement initial est de 500 $.

Pendant que les investisseurs se délestaient de leurs actions au plus fort de déroute boursière, l’an dernier, Bill Kanko en profitait pour faire des emplettes. « Nous cherchons des entreprise qui sont les leaders dans leur domaine. Ce sont souvent les numéros un ou deux de leur secteur. Elles doivent montrer qu’elles gagnent des parts de marché », dit-il. Le fonds Hartford Global Leaders est concentré : il ne compte que 21 titres. Bill Kanko préconise une approche ascendante, c’est-à-dire que qu’il soupèse en priorité la valeur des entreprises, peu importe le secteur dans lequel elles œuvrent. Et il pratique la gestion active. Depuis la fin de 2008, Bill Kanko a changé la moitié de son portefeuille. Il a un penchant pour les petites et moyennes entreprises, qui ont tendance à bien performer lorsque l’économie mondiale reprend du poil de la bête.

2. Pro-Financial Pro FTSE RAFI Canadian Index F Class
Il s’agit d’un fonds indiciel d’actions canadiennes, mais avec un biais. En effet, son gestionnaire Preet Banerjee bâtit son portefeuille non pas en fonction de la capitalisation boursière des entreprises, mais plutôt en suivant leurs données fondamentales : fonds autogénérés, chiffre d’affaires, valeur comptable et dividendes payés (méthode RAFI). Lorsque les Bourses connaissent des fluctuations importantes, il y a donc des différences marquées entre le contenu de l’indice de référence (ici, le S&P/TSX) et celui d’un fonds RAFI. Dans le cas du fonds Pro-Financial Pro FTSE RAFI Canadian Index F Class, cela s’est traduit par une surpondération des titres du secteur financier, qui ont explosé depuis le printemps dernier.

Résultat : au 31 juillet 2009, le fonds Pro-Financial Pro FTSE RAFI Canadian Index F Class affichait un rendement de – 1,7 % seulement. L’ensemble du groupe se situait à – 16,9 %, tout comme son indice de référence. Pour participer à ce fonds de 5 étoiles (Globefund.com), il faut investir un montant initial de 1 000 $.

3. Templeton Mondial d’obligations
Géré par Canyon Chan, ce fonds mondial de titres à revenu fixe est coté 4 étoiles par Globefund.com. Au 31 juillet 2009, il rapportait + 17,9 % sur un an, un exploit pour un fonds d’obligations. Il faut dire que l’ensemble de sa catégorie ne s’en tire pas mal, avec + 9,2 % pour la même période. Son indice de référence, le Citigroup World Government Bond Index, connaît lui aussi une année rentable avec + 11,3 %.

Pour Canyon Chan, pas question de reproduire mécaniquement un indice de référence. Il préfère dénicher les titres gouvernementaux qui recèlent le meilleur potentiel.  « Je suis libre d’investir dans les meilleures devises et partout sur la planète », dit-il. À l’évidence, sa méthode a porté ses fruits. Ainsi, il a pu laisser de côté les bons du Trésor américain qui sont devenus surévalués lorsque les investisseurs se sont rués dessus lors de l’effondrement bousier de 2008. À la place, il a fait le plein d’obligations des pays asiatiques, que la plupart des investisseurs ont ignorées au plus fort de la tempête, peu de temps avant que les gouvernements asiatiques commencent à réduire leurs taux d’intérêt. Quand les reculs des taux ont été annoncés, le fonds Templeton Mondial d’obligations était déjà bien positionné et a récolté la manne.

L’investissement initial au fonds Templeton Mondial d’obligations est de 500 $.

Loading comments, please wait.