A A A
Économie

Caisses de retraite : bilan au crayon rouge

6 mai 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

bourse_baisse_425Les caisses de retraite des régimes canadiens à prestations déterminées ont enregistré une baisse de 0,03 % au premier trimestre 2016. Un repli atténué par le rebond des actions canadiennes.

C’est ce que révèle un document publié hier par la RBC. Ces résultats suivent un rendement de 3,1 % au quatrième trimestre de 2015 et une croissance annuelle de 5,4 % en 2015.

Le repli des actions mondiales au premier trimestre (-6,2 %) a effacé le gain de 8,9 % enregistré au quatrième trimestre de 2015. Ce résultat, un peu moins mauvais que celui de -7,2 % affiché par l’indice MSCI Monde, représente néanmoins un passage significatif en zone négative. Pendant la même période, les actions canadiennes ont affiché un rendement de 4,6 %, comparativement à -0,5 % au quatrième trimestre de 2015.

« L’incertitude qui plane sur l’économie mondiale a créé un climat de volatilité pour les marchés du monde entier en début d’année, mais cette volatilité s’est quelque peu dissipée depuis, a déclaré David Heisz, chef de la direction, Fiducie RBC Services aux investisseurs, RBC Services aux investisseurs et de trésorerie. Pour l’ensemble du premier trimestre, l’indice composé S&P/TSX a enregistré un gain de 4,5 % après l’un des pires débuts d’année, les marchandises, en particulier l’or et le pétrole, terminant le trimestre en forte hausse et dynamisant le rendement des entreprises canadiennes des secteurs de l’énergie et des matières. »

Malgré de solides résultats, les marchés boursiers d’Europe, du Japon et de la Chine ont tous inscrit de faibles rendements trimestriels en monnaies locales, et le recul de -6,2 % des marchés boursiers mondiaux a eu une incidence majeure sur l’actif des caisses des régimes de retraite canadiens à prestations déterminées.

REBOND À LA MI-FÉVRIER

« Les investisseurs ont été secoués par la volatilité des marchés mondiaux au début de 2016, a déclaré Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC. Après avoir poussé les marchés en zone négative, les inquiétudes relatives à l’économie chinoise, aux prix des marchandises et aux mesures des banques centrales se sont atténuées pour laisser place à un rebond à la mi-février. Pendant ce temps, les données économiques ont laissé entrevoir une modeste croissance de l’économie mondiale. »

Au premier trimestre, alors que s’estompaient les craintes d’une hausse possible des taux d’intérêt au Canada, les régimes à prestations déterminées ont obtenu un rendement de 1,8 % de leurs placements en obligations canadiennes. Il s’agissait d’une hausse par rapport au résultat de 1,1 % au quatrième trimestre de 2015, et au rendement de 1,4 % de l’indice des obligations universelles FTSE TMX Canada.

Le marché des changes canadien a également connu un regain de vigueur au premier trimestre, le huard se rétablissant des creux de janvier pour s’apprécier de 7 % par rapport au dollar américain à la fin de mars. Les attentes relatives aux taux d’intérêt, la hausse des prix du pétrole, l’amélioration de la conjoncture et la croissance plus solide que prévu de l’économie canadienne ont contribué à ce regain.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques