A A A
Argent

Des aînés endettés comme jamais

14 septembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

En deux ans seulement, la dette totale des Canadiens âgés de plus de 70 ans a augmenté trois plus vite que celle de leurs cadets, révèle une nouvelle étude.

Et c’est l’endettement l’hypothécaire qui est principalement en cause, signalent la Banque HomEquity et Equifax Canada, les deux institutions à l’origine de ce sondage réalisé en juillet auprès de propriétaires âgés de 55 ans et plus.

Ainsi, leur dette hypothécaire moyenne a grimpé de 11 % entre 2013 et 2015, pour se fixer à 176 000 $. Elle croît plus vite au Québec et dans la région de Toronto, et plus lentement en Alberta et en Colombie-Britannique.

C’est chez les propriétaires âgés de 55 à 60 ans que le solde moyen est le plus élevé (189 000 $) et chez les 70 ans et plus qu’il est le plus faible (134 000 $). Toutefois, ces derniers ont vu cette dette s’accroître de 12 % en deux ans, soit trois fois plus que chez les plus jeunes.

LA DETTE BANALISÉE

« C’est un choc de voir des Canadiens de plus de 71 ans toujours aux prises avec une importante hypothèque. À cet âge, ils ont définitivement pris leur retraite et ils n’ont aucune possibilité d’augmenter leurs revenus », déclare dans un communiqué Laurie Campbell, de Credit Canada Debt Solutions, un organisme à but non lucratif venant en aide aux personnes endettées.

« Chaque jour, nous sommes confrontés à des aînés aux prises avec des dettes », observe de son côté Yvonne Ziomecki, première vice-présidente à la Banque HomEquity.

Cette étude ne fait que confirmer une tendance observée depuis quelques années, soit une hausse importante du taux d’endettement chez les retraités et les futurs retraités. Les causes sont multiples et connues : revenus insuffisants, hausse du coût de la vie, frais découlant de problèmes de santé.

Malgré tout, Laurie Campbell semble noter l’existence d’une attitude plus décontractée face à ce phénomène, ce qui peut « mettre en péril leur retraite », s’inquiète-t-elle.

À son avis, le scénario idéal n’a pas changé : avoir une situation financière en ordre au début de la cinquantaine et être libre de dette hypothécaire au moment de la retraite.


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.