A A A
Blogue

Deux autres stratégies d’investissement de dividendes

29 avril 2015 | William-André Nadeau | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le dividende est la part de bénéfice d’une entreprise attribuée à chaque actionnaire ordinaire et privilégié. Cette portion n’est pas réinvestie ni allouée aux activités de l’entreprise ou à sa croissance. Plus ces dividendes sont perçus comme incertains, plus les actions de la compagnie risquent de perdre de la valeur. D’où l’importance pour les dirigeants des compagnies inscrites à la Bourse de s’assurer que les dividendes augmentent en connaissant une croissance régulière et stable. Les titres porteurs de dividendes ont l’avantage de représenter un risque plus faible pour l’investisseur, en plus de lui verser des dividendes réguliers.

La stratégie à haut rendement de dividendes

Cette stratégie consiste à acheter, sur le marché boursier, les titres qui offrent le plus haut pourcentage de rendement en dividende, et à en sélectionner de nouveaux tous les 6 ou 12 mois. On choisit un pourcentage de dividendes élevé parce que cela signifie que la valeur de l’action a baissé auparavant, ce qui laisse entrevoir un potentiel de rebond.

La méthode s’appuie sur le concept de « Dogs of the Dow » et s’applique sur l’ensemble des marchés boursiers. Selon une étude réalisée par The Motley Fool, en 23 ans, soit de 1973 à 1996, le rendement de cette stratégie était supérieur à l’indice Dow Jones d’au moins 5 % annuellement.

Examinons maintenant ce fonds commun de placement américain HDV (un FNB), qui l’a appliquée : de juin 2011 à avril 2015, son rendement composé a été de 14,7 % comparativement à 15,8 % pour l’indice S&P 500 TR, ce qui est légèrement inférieur.

La stratégie dividendes croissants

Selon une étude de Morningstar portant sur 40 années, le rendement de l’indice S&P 500 TR a atteint 7,3 % de 1972 à 2012, tandis que celui de la stratégie dividendes croissants s’est élevé à 9,8 %. Cette tactique a donc fait ses preuves à long terme. D’ailleurs, les FNB d’actions américaines CUD et le FNB CDZ pour les actions canadiennes la privilégient. En adoptant cette approche, le FNB VIG, lancé en 2007, a obtenu un rendement composé de 6,8 %, soit 0,5 % seulement de plus que le S&P 500.

Le portefeuille d’un retraité

Depuis le lancement des FNB, la stratégie dividendes rachats, commentée dans le billet du 1er avril dernier, donne de meilleurs résultats que les deux autres stratégies, avec une valeur ajoutée réelle sur l’indice S&P 500 de 2,8 %.

Le retraité pourrait adopter ces trois stratégies, en mettant d’abord l’accent sur la stratégie dividendes rachats.

Note : L’auteur de ce blogue n’a pas de conflits d’intérêts sur l’émission de ces titres pour cette recommandation.

Les opinions exprimées dans ce blogue n’engagent que son auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de Conseiller.ca ni de la Financière Sun Life.




William-André Nadeau

William-André Nadeau

William-André Nadeau est vice-président et gestionnaire de portefeuille chez Tactex. Il possède 32 ans d’expérience dans le domaine des services financiers, à titre de courtier, d’analyste et de gestionnaire de portefeuille.

Au cours de sa carrière, M. Nadeau a conçu et développé, avec succès, plusieurs services et produits financiers pour les investisseurs, comme le service de gestion assistée et l’application des conclusions de la recherche en finance comportementale à la gestion de portefeuille. Il est régulièrement consulté par la presse écrite au sujet des stratégies d’investissement et des performances des marchés boursiers. Il a également animé et participé à une centaine de séminaires et conférences portant sur les investissements boursiers et les revenus de retraite. Avant de se joindre à Tactex Gestion d’actifs, M. Nadeau a été président et gestionnaire de portefeuille chez Orientation Finance. Il a aussi cofondé et propulsé deux firmes de courtage : Investissements Courvie et Nadeau, Provencher et Associés.

Vous pouvez communiquer avec lui à : wanadeau@tactex.ca

Pour consulter les archives des blogues et balados de William-André Nadeau, cliquez ici.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques