A A A
Blogue

Investir comme Warren Buffett : une tendance trop sucrée?

1er avril 2016 | William-André Nadeau | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
William-André Nadeau

William-André Nadeau

Un investisseur retraité désire obtenir du rendement et prendre le moins de risque possible. Dans cette optique, les blue chips sont souvent recommandés : perçues comme relativement sécuritaires, ces grandes capitalisations boursières versent des dividendes généralement élevés. Mais les temps ont-ils changé?

Investir comme Buffett : est-ce désuet?

Warren Buffett et son associé Charlie Munger sont les plus grands spécialistes en investissement de tous les temps. En effet, de nombreux investisseurs dans le monde ont tiré des enseignements de leur philosophie gagnante. Contrairement aux spéculateurs, ceux-ci continuent, avec succès, à influencer le monde boursier en raison de leur conception en matière d’investissement à long terme, laquelle ne s’avère pas du tout désuète. Au contraire! Elle relève de la compréhension profonde de la psychologie humaine en management.

Par contre, ce qui est désuet selon moi, c’est le choix des secteurs et des entreprises d’investissement. Buffett et son équipe préfèrent opter pour des secteurs qu’ils comprennent, ce qui n’est malheureusement pas le cas pour celui des nouvelles technologies et d’Internet.

Un client m’a bien fait rire l’autre jour en me demandant si c’était l’avenir que d’investir dans de très grosses entreprises comme Heinz ou Coca-Cola. À mon avis, ces géants mondiaux ont eu leurs heures de gloire grâce à leurs produits sucrés (et relativement nuisibles à la santé). J’ai de la difficulté à envisager le potentiel élevé de quelques-unes de ces sociétés, à moins qu’elles ne colonisent d’autres planètes!

Investir dans des blue chips modernes

Choisir les nouvelles actions de premier ordre, c’est adopter la philosophie de Buffett, mais en sélectionnant des entreprises qui font figure de nouveaux chefs de file du monde économique, soit les entreprises de la NBIC (nanotechnologie, biotechnologie, technologie de l’information et sciences cognitives).

Les tableaux suivants vous présentent un comparable financier entre dix importantes positions qui font partie des nouveaux blue chips et dix autres qu’achète Buffett.

Les nouveaux blue chips

Titre Commentaire du gestionnaire Cours/ bénéfice anticipé Croissance des profits annualisée depuis 5 ans Croissance des ventes annualisée depuis 5 ans Croissance anticipée annualisée des profits des 5 prochaines années
Amazon Le plus grand détaillant en ligne mondiale qui mise sur la croissance, la dominance, la neurobusiness 68 fois -13 % 26 % 41 %
Facebook Le plus grand réseau social au monde 27 fois 50 % 55 % 32 %
Alphabet La plus grande société Internet diversifiée de la planète 19 fois 17 % 21 % 16 %
Gilead Sciences La plus innovatrice des grandes sociétés de biotechnologie 7 fois 48 % 33 % 5 %
Interactive Broker Le plus grand courtier en ligne de la planète 27 fois 40 % 5 % 18 %
BlackRock La plus grande société de FNB de la planète 15 fois 13 % 5,8 % 10 %
Nike La plus innovante des grandes sociétés dans le commerce sportif 25 fois 13 % 10 % 14 %
Bradcom Un chef de file mondial dans les semi-conducteurs 12 fois 24 % 27 % 18 %
Netflix Le chef de file mondial des médias de divertissement 94 fois -8 % 26 % 31 %
PRA Health Sciences Un chef de file mondial dans les essais cliniques en biotechnologie et pharmaceutique 15 fois 0 % 25 % 18 %
Moyenne   31 fois 18 % 23 % 20 %
Source des compilations : Finviz.com

Les nouveaux blue chips: des titres de croissance sous-évalués sur 5 ans

Ce tableau est éloquent. Les titres des nouveaux blue chips s’échangent à un cours/bénéfice anticipé moyen de 31 fois les profits, ce qui constitue au premier abord un ratio deux fois plus coûteux que la moyenne du marché boursier. Mais si l’on tient compte de la croissance des profits depuis 5 ans (18 %), des ventes depuis 5 ans (23 %) et des profits moyens anticipés par le consensus des analystes pour les 5 prochaines années (20 %), le ratio cours/bénéfice de 31 fois nous paraît bien en deçà de la réalité si la croissance de ces entreprises se poursuit.

En matière de valorisation, nous trouvons donc que les titres de ces nouveaux géants économiques sont bon marché, en comparaison avec l’ensemble de la Bourse.

10 positions importantes détenues par Berkshire Hathaway

Titre Commentaire du gestionnaire Cours/ bénéfice anticipé Croissance des profits annualisée depuis 5 ans Croissance des ventes annualisée depuis 5 ans Croissance anticipée annualisée des profits des 5 prochaines années
AT&T Chef de file des communications 13 fois 9 % 3 % 8 %
American Express Chef de file en crédit finance 11 fois 9 % 3 % 8 %
Coca-Cola Le chef de file mondial des boissons gazeuses 19 fois 7 % 1 % 3 %
General Electric Un chef de file mondial dans l’énergie diversifiée 18 fois -31 % -4,7 % 12 %
Goldman Sachs La plus grande banque d’affaires mondiale 8 fois -2 % -3 % 4 %
IBM Un géant de la technologie traditionnelle 11 fois 3 % -4 % 10 %
Kraft Heinz Un géant de l’industrie alimentaire 21 fois 24 % 0 % 18 %
Johnson & Johnson Un géant pharmaceutique 15 fois 3 % 3 % 5 %
Walmart Le plus grand détaillant mondial traditionnel 16 fois 2 % 3 % 0 %
Procter & Gamble Un géant mondial en fabrication de produits 20 fois -2 % 0 % 6 %
Moyenne   14 fois 2,2 % 0 % 7,4 %
Source des compilations : Finviz.com

Les blue chips traditionnels : un peu coûteux sur 5 ans

Avec un ratio cours/bénéfices anticipé de 14, ils paraissent au premier abord bon marché, comparativement au marché (16 fois en moyenne). Toutefois, si l’on tient compte de l’évolution des profits de ces entreprises depuis 5 ans (2,2 % seulement), des ventes en 5 ans (0 %) et de l’anticipation de la hausse annualisée des profits (7,4%), il est facile de calculer que ces titres se négocient à des ratios réels passablement plus élevés que ceux des nouveaux blue chips.

L’auteur est un gestionnaire de portefeuille de Tactex Gestion d’Actifs. Les titres énoncés dans ces tableaux servent aux fins d’analyse financière principalement. Certains de ces titres sont détenus dans des fonds gérés par l’auteur et dans des comptes de ses clients. Les rendements ou statistiques passés ne sont pas garants de l’avenir. L’auteur a compilé et interprété ces statistiques provenant du site Finviz.com. Tout ce qui est écrit par l’auteur constitue des opinions de William André Nadeau, et ne représente pas de garanties. L’auteur avise tous les lecteurs de consulter un professionnel financier et de faire leur propre recherche avant de prendre des décisions d’investissement.


*William-André Nadeau est vice-président et gestionnaire de portefeuille chez Tactex. Il possède 32 ans d’expérience dans le domaine des services financiers, à titre de courtier, d’analyste et de gestionnaire de portefeuille.

Au cours de sa carrière, M. Nadeau a conçu et développé, avec succès, plusieurs services et produits financiers pour les investisseurs, comme le service de gestion assistée et l’application des conclusions de la recherche en finance comportementale à la gestion de portefeuille. Il est régulièrement consulté par la presse écrite au sujet des stratégies d’investissement et des performances des marchés boursiers. Il a également animé et participé à une centaine de séminaires et conférences portant sur les investissements boursiers et les revenus de retraite. Avant de se joindre à Tactex Gestion d’actifs, M. Nadeau a été président et gestionnaire de portefeuille chez Orientation Finance. Il a aussi cofondé et propulsé deux firmes de courtage : Investissements Courvie et Nadeau, Provencher et Associés.

Vous pouvez communiquer avec lui à : wanadeau@tactex.ca

Pour consulter les archives des blogues et balados de William-André Nadeau, cliquez ici.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques