A A A
Établissements

Les Canadiens épargnent plus que les Américains

16 mars 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Etats-Unis_Canada_USA_drapeaux_425Les Canadiens sont plus nombreux à épargner pour leur retraite que les Américains, mais les Québécois se montrent moins disciplinés que leurs concitoyens des autres provinces, selon un sondage de Placements Franklin Templeton.

Réalisé auprès de plus de 6000 Canadiens, Américains et Britanniques, le sondage révèle que 70 % des employés canadiens ont commencé à épargner pour la retraite. Il s’agit d’une hausse notable comparativement à l’année dernière, où 63 % des répondants en avaient fait de même, et à 2014, où 60 % avaient commencé à épargner.

La tendance est inversée au sud de la frontière, puisque 59 % des employés américains ont affirmé mettre de l’argent de côté pour leurs vieux jours cette année, par rapport à 61 % en 2015 et 65 % en 2014.

« Un des facteurs qui pourrait expliquer l’augmentation du taux d’épargne chez les Canadiens est l’utilisation accrue des possibilités d’épargne-retraite offertes dans les milieux de travail », explique Duane Green, directeur général, Canada à Placements Franklin Templeton.

Ainsi, 26 % des employés canadiens (contre 20 % en 2014) épargnent pour la retraite grâce à des outils offerts en milieu de travail.

LES QUÉBÉCOIS PEU PRÉOCCUPÉS PAR LA RETRAITE

Les résultats du sondage révèlent également que la discipline d’épargne des Canadiens varie grandement selon les provinces. Par exemple, 81 % des personnes non retraitées dans la région des Prairies ont commencé à épargner pour leur retraite, contre seulement 58 % des Québécois.

De plus, seulement 27 % de ces derniers se disent « très ou assez préoccupés » à l’idée de survivre à leur épargne ou de devoir faire des sacrifices majeurs lors de leur retraite. Cette proportion grimpe à 44 % à l’échelle nationale et atteint même 53 % dans les provinces de l’Atlantique.

AVENIR EMPREINT D’ANXIÉTÉ

Toujours selon le sondage, 92 % des Canadiens qui prévoient prendre leur retraite d’ici 11 à 15 ans sont préoccupés à l’idée de payer leurs dépenses lorsqu’ils ne travailleront plus. À ce sujet, 69 % des travailleurs anticipent une diminution de leurs dépenses à la retraite, mais seulement 32 % des retraités indiquent que leurs dépenses ont réellement baissé.

Les données de Franklin Templeton révèlent en outre que la majorité des Canadiens (63 %) ne bénéficient pas d’un régime de retraite de leur employeur.

Parmi les répondants qui participent à de tels régimes, près de la moitié (48 %) ne connaissent pas leur taux de cotisation personnel et seulement 12 % d’entre eux indiquent travailler avec leur conseiller en services financiers pour sélectionner les options de placement offertes au sein du régime.

Cet texte est adapté d’un article publié sur le site de Benefits Canada.


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.