A A A
Épargne

Les Canadiens mieux préparés pour la retraite qu’il y a un an?

6 mai 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Quel que soit leur âge, les Canadiens jugent être sur la bonne voie pour atteindre leurs objectifs de retraite, selon un sondage de la Banque Scotia sur les comportements en matière d’épargne et de placement dévoilé hier.

Menée en ligne par Nielsen du 5 au 18 décembre dernier auprès de 1 007 personnes, cette enquête nationale révèle qu’en moyenne, six répondants sur dix (62 %) pensent atteindre leurs objectifs de retraite.

Comparativement au précédent sondage effectué en 2013, le nombre de travailleurs qui estiment qu’ils seront prêts à partir à la retraite à la fin de leur carrière a augmenté de 7 %, souligne la Banque Scotia. C’est au sein du groupe d’âge des 55 ans et plus que la hausse la plus forte a été enregistrée (77 % en 2014, contre 63 % en 2013).

Moins de problèmes budgétaires

Le sondage montre également que près de trois Canadiens sur 10 (28 %) disposent d’un plan financier écrit.

Par ailleurs, les futurs retraités semblent moins s’inquiéter de leur revenu durant leurs vieux jours (69 %, contre 72 % en 2013), tandis qu’ils sont aussi moins nombreux à prévoir qu’ils pourraient dépendre financièrement de leurs enfants ou d’autres membres de leur famille (37 %, contre 43 % en 2013).

De même, le nombre de répondants qui évoquent les problèmes budgétaires comme principal frein à l’épargne a diminué, passant de 64 % en 2013 à 59 % en 2014.

Adapter son portefeuille

« Grâce à des conseils professionnels et à un plan financier écrit, les clients arrivent à gérer les contraintes budgétaires et à trouver les moyens d’épargner en vue de la retraite », commente Mike Henry, premier vice-président, Paiements, dépôts et crédit aux particuliers à la Banque Scotia.

« L’annonce du gouvernement fédéral concernant la hausse immédiate à 10 000 dollars du plafond de cotisation annuel du compte d’épargne libre d’impôt signifie que les Canadiens disposent de nouvelles possibilités d’épargne pour améliorer leur situation financière », ajoute-t-il.

« Il est essentiel que les futurs retraités adaptent leur portefeuille à leur stade de vie, à leur tolérance au risque et à leurs besoins de revenu, affirme de son côté Neil Macdonald, administrateur délégué, Fonds Scotia. Aux premiers stades de l’épargne-retraite, il faut miser sur la croissance, mais à mesure que celle-ci approche, il faut migrer vers la sécurité avec des placements moins volatils. »

Les sources de revenus à la retraite

Les principales sources de revenu de retraite mentionnées par les sondés sont :

• l’épargne personnelle dans un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) ou un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) — 59 %;
• le régime de retraite public — 58 %;
• l’épargne hors REER ou FERR — 38 %;
• le régime de retraite d’employeur — 37 %.

Retraite et travail

Le sondage indique que le pourcentage de préretraités qui anticipent travailler partiellement après leur départ officiel de la vie active demeure stable par rapport à 2013, à 60 %.

De leur côté, les quelque 8 % des répondants qui prévoient ne jamais prendre de retraite affirment qu’ils le feront surtout :

  • pour rester actifs mentalement (51 % en 2014, contre 52 % en 2013);
  • pour ne pas manquer d’argent (50 %, contre 49 %);
  • pour continuer à entretenir des rapports sociaux (35 %, contre 41 %).


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.