A A A
Épargne

Les Canadiens stressés par leur retraite

6 février 2014 | Andrea Lubeck | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Environ 78 % des Canadiens âgés de 45 à 54 ans considèrent que la retraite génère un certain stress, révèle un sondage de Franklin Templeton sur les perspectives d’une retraite heureuse. Trente-huit pour cent (38 %) de ceux-ci qualifient ce stress « de modéré ou important ».

« Il a été intéressant de constater que le niveau d’anxiété le plus élevé est atteint dans les 11 à 15 années qui précèdent la retraite, ce qui indique que les gens commencent à penser à des stratégies de revenus pour la retraite plus tôt que prévu », indique Michael Doser, vice-président, Marketing des produits de retraite de Placements Franklin Templeton.

Par conséquent, 66 % des préretraités songent à prendre leur retraite plus tard pour éviter de manquer d’argent.

Soulignons que les 18 à 24 ans et les 65 ans et plus sondés se disent moins stressés quant à leur épargne-retraite.

Les Canadiens partagés sur leurs conditions de retraite

L’étude dévoile aussi que les citoyens interrogés sont divisés quant à leurs conditions de retraite. À tous âges confondus, 31 % pensent que leur retraite sera meilleure que celle des générations précédentes, 36 % croient qu’elle sera moins bonne et 32 % qu’elle sera semblable.

Parmi ces résultats, les 45-54 ans s’attendent à ce que leur retraite soit pire que celle des générations précédentes dans une proportion de 41 %, et seulement 26 % pensent qu’elle sera meilleure. Le tiers de ces personnes craignent de manquer d’argent et d’avoir des soucis de santé.

Des placements différents pourraient-ils atténuer le stress?

De plus, les résultats du sondage démontrent que 22 % des répondants ont indiqué qu’ils investissent dans des certificats de placement garanti (CPG) et des Fonds du marché monétaire, 51 % d’entre eux affirmant que ces placements sont le principal ou le deuxième produit de leur régime de retraite.

Il s’agit d’un constat préoccupant en raison du fait que dans le contexte actuel des taux, ces placements ont tendance à produire des résultats négatifs après la prise en compte de l’inflation, souligne-t-on dans un communiqué.

Pendant ce temps, les jeunes épargnent…

La moitié des 18-34 ans détiennent actuellement un REER, ce qui représente une hausse de 10 % par rapport à 2012, et un retour au niveau de 2008, révèlent les résultats du 24e sondage de RBC sur les REER.

Le montant qu’ils prévoient cotiser a aussi augmenté; 4 329 $ cette année, comparativement à 3 104$ l’année dernière.

Par contre, seulement 23 % de tous les répondants prévoient verser la cotisation maximale permise.

Le moyen que les sondés préconisent sont les cotisations périodiques, puisque 61 % choisissent cette méthode. Le quart préfère faire une cotisation unique.

« Pour la plupart des Canadiens, des cotisations périodiques l’année durant constituent une approche plus réaliste et efficace », affirme Richa Hingorani, de RBC Planification financière, par voie de communiqué.

On compte six Canadiens sur 10 (59 %) qui cotisent à un REER, contre 55 % en 2012. En moyenne, ils investiront 4 653 $ avant le 3 mars, un bond de 500 $ par rapport à l’an dernier.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques