A A A
Épargne

Les régimes du secteur public posent des risques importants

25 mai 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Le vérificateur général du Canada a prévenu que la faiblesse prolongée des taux d’intérêt, les rendements d’actifs plus bas que prévu et l’augmentation de l’espérance de vie pourraient avoir des effets considérables sur les régimes de retraite du secteur public et sur les finances du fédéral.

Michael Ferguson a souligné qu’il est important que « ces régimes soient conçus et gérés non seulement en tenant compte de la conjoncture, mais aussi de manière à protéger les intérêts des travailleurs et des contribuables d’aujourd’hui et de demain ».

Dans son rapport du printemps 2014, M. Ferguson a examiné comment le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, la Gendarmerie royale, la Défense nationale et le ministère des Finances ont exercé des responsabilités clés quant à la gestion des régimes de retraite des fonctionnaires fédéraux.

Le passif net du gouvernement fédéral pour ces régimes de retraite dépasse 150 milliards de dollars.

L’audit note qu’au cours des trois dernières années,  des régimes de retraite ont enregistré des déficits de financement totalisant 6,5 milliards de dollars, si bien que des paiements spéciaux ont dû être effectués au profit des régimes pour combler les écarts.

En 2013, les paiements spéciaux ont totalisé 741 millions de dollars. Au cours des deux dernières années, ils se sont établis à environ 1 milliard de dollars au total.

« Nous avons constaté que les entités vérifiées ont exercé les responsabilités que leur confère la loi, mais que personne n’est responsable d’évaluer, de façon régulière et systématique, la viabilité à long terme des régimes de retraite du gouvernement du Canada », dit M. Ferguson.

À lire : Les consultations sur les régimes PC favorablement accueillies

Loading comments, please wait.