A A A
Épargne

REER : un cotisant sur deux a attendu la dernière minute

3 mars 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La moitié des Canadiens prévoyant cotiser à leur régime enregistré d’épargne-retraite (REER) auront attendu les deux dernières semaines précédant la date limite pour le faire, selon un sondage de la Banque CIBC.

Menée par Angus Reid du 13 au 15 février, cette enquête en ligne auprès de 1 504 adultes d’un océan à l’autre indique qu’un tiers (32 %) des répondants ont déclaré avoir l’intention de cotiser à un REER pour l’année d’imposition 2014, mais que la moitié (16 %) d’entre eux ne l’avait pas encore fait au 15 février, soit deux semaines avant la date butoir du 2 mars.

Mauvaises habitudes…

Interrogés sur la raison pour laquelle ils attendaient le dernier moment pour cotiser à leur REER, près d’un tiers (30 %) des sondés ont répondu… qu’ils l’ignoraient.

D’autres (21 %) ont expliqué que c’était parce qu’ils commençaient seulement maintenant à penser à leur déclaration de revenus et à chercher des moyens de réduire leurs impôts et 14 % ont reconnu que c’était par habitude.

Enfin, 12 % ont justifié leur attente par le fait qu’ils n’avaient pas, jusqu’alors, assez d’argent pour cotiser, tandis que 10 % ont affirmé qu’ils évitaient d’y penser, car ils ne savaient pas trop quoi faire.

… et manque d’argent

Un précédent sondage de la CIBC avait déjà révélé que plus de la moitié (54 %) des Canadiens n’avaient pas prévu de cotiser à leur REER pour 2014, avec comme raisons principales le manque d’argent (37 %) ou leur préférence d’investir dans un compte d’épargne libre d’impôt (17 %).

Les autres raisons avancées pour ne pas verser d’argent dans un REER étaient : « Je n’ai pas besoin d’avantage fiscal, je préfère utiliser mon argent pour autre chose » (9 %) ; « Pour l’instant, je me préoccupe plus de rembourser mes dettes que d’épargner pour ma retraite » (9 %) ; « J’ai d’autres priorités et j’utilise l’argent que j’aurais pu mettre dans un REER pour autre chose » (5 %).

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques