A A A
Argent

Retraite : des conseils pour épauler les célibataires

6 février 2014 | Dominique Lamy | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Alors que Statistique Canada dévoile que 43 % des Canadiens âgés de 65 ans et plus sont célibataires, BMO vous propose quelques astuces à partager à cette clientèle pour l’aider à se préparer adéquatement en prévision de la retraite.

Le « divorce aux cheveux gris », une expression qui désigne un divorce qui se produit tard dans la vie, est un des facteurs de l’augmentation du nombre des personnes qui se retrouvent seules pendant leur retraite. C’est une tendance importante selon les plus récentes données de Statistique Canada, qui indiquent qu’environ 4 000 Canadiens âgés de 65 ans et plus divorcent chaque année.

« Quelle que soit la raison pour laquelle des Canadiens âgés se retrouvent seuls pendant leur retraite, ils doivent surmonter des difficultés financières et émotionnelles très particulières pour arriver à mener le style de vie dont ils rêvaient pour leur retraite », déclare Jean Richard, vice-président, Groupe de gestion du patrimoine, BMO Nesbitt Burns.

Les célibataires n’ont pas l’avantage de pouvoir compter sur deux revenus et ne peuvent partager leurs frais de subsistance avec un conjoint, notamment pour ce qui est du logement, de l’épicerie et des transports. Incitez donc vos clients à épargner le plus tôt possible en vue de la retraite, car ils doivent économiser suffisamment pour arriver à subvenir seuls à leurs besoins futurs.

Puisque se loger coûte cher, particulièrement pour les personnes seules, suggérez à vos clients célibataires de rembourser intégralement – si possible – leur prêt hypothécaire avant la retraite. À défaut, l’achat d’une demeure moins spacieuse ou la location d’un logement peuvent représenter des solutions raisonnables pour réduire leurs frais d’habitation à ce moment.

Dans un autre ordre d’idées, élaborez avec eux une stratégie de santé détaillée. Les retraités célibataires doivent prévoir des solutions de rechange en matière de soins de santé, puisqu’ils ne peuvent compter ni sur le soutien financier ni sur les soins personnels qu’un conjoint pourrait leur apporter. S’ils n’ont ni personne à charge ni bénéficiaire, vous pourriez les inciter à investir dans une assurance invalidité, une assurance maladies graves ou une assurance soins de longue durée plutôt que dans des produits d’assurance vie.

Finalement, il est important de rappeler aux célibataires que leur plan financier doit être en mesure de résister à certains imprévus, comme la perte d’un emploi, un problème de santé, ou l’obligation de s’occuper d’un membre de la famille, par exemple.

À lire aussi : 4 conseils aux nouveaux célibataires

Loading comments, please wait.