A A A
Épargne

Retraite : la majorité des jeunes sont prêts à aider leurs parents

28 janvier 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Alors qu’une majorité (72 %) des Canadiens de 18 à 34 ans affirment qu’ils doivent à leurs parents de leur assurer une retraite confortable, les trois quarts de ces derniers (76 %) ne veulent pas de cette aide, selon un sondage publié hier par RBC Planification financière.

Menée en ligne par Ipsos Reid du 3 au 17 novembre auprès de 3 205 personnes âgées de 18 ans et plus, l’enquête explique ce refus des baby-boomers par le fait qu’ils jugent que la génération de leurs enfants subit davantage de pressions financières (61 %) et est moins bien préparée pour la retraite (59 %) que la leur.

Volonté d’autonomie financière

Et pourtant, plus du tiers (37 %) des 50-69 ans ayant déterminé le montant qu’il leur faudra pour assurer leurs vieux jours estiment être un peu, voire très en retard par rapport à ce qu’ils avaient prévu en matière d’épargne.

« Nous constatons, chez les baby-boomers, une forte volonté d’autonomie financière à la retraite accompagnée d’incertitudes quant à la façon dont ils réaliseront cet objectif », relève Richa Hingorani, directrice, Soutien à la planification financière à la RBC.

Le sondage révèle en outre des divergences d’opinions entre les jeunes générations et leurs aînés quant à l’importance des régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER). Résultat, dans la tranche d’âge des 18-34 ans, le nombre de titulaires de REER a chuté à 36 %, soit le niveau le plus bas depuis plus d’une décennie, bien inférieur aux 67 % de détenteurs chez les 50-69 ans.

Différences entre générations

L’enquête d’opinion menée par la RBC montre aussi d’autres différences entre générations. Ainsi, les jeunes (48 %) sont plus susceptibles que les baby-boomers (38 %) de dire qu’avoir suffisamment d’épargne fait partie de leurs principales inquiétudes concernant la retraite.

Ils se préoccupent également plus que leurs aînés (80 %, comparativement à 70 %) de trouver un équilibre entre l’épargne pour les priorités immédiates et celle pour des objectifs à plus long terme ou pour la retraite.

Par ailleurs, ceux qui ont des droits de cotisation inutilisés (39 %) s’inquiètent davantage que leurs parents dans la même situation (22 %) de l’incidence que cela pourrait avoir sur leurs vieux jours.

Enfin, les baby-boomers (38 %) sont plus nombreux à cotiser ponctuellement à leur REER que les jeunes travailleurs (18 %). En revanche, ces derniers ont plus souvent recours aux programmes de cotisations périodiques, comme le compte d’épargne libre d’impôt (42 %, contre 23 %).

La rédaction vous recommande :

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques