A A A
Affaires

Sommes-nous tous des spéculateurs?

18 mars 2013 | William-André Nadeau

  • envoyer
  • imprimer


La réponse est oui : nous pratiquons tous la spéculation.

Les spéculations sur les Bourses, les obligations, les devises, etc., nous renvoient à l’image que nous avons de tous ces « traders » qui font la pluie et le beau temps sur les parquets.

Pourtant, monsieur et madame Tout-le-Monde spécule. Pour obtenir de bons revenus de retraite, par exemple.

Aussitôt qu’il prend une décision financière, l’investisseur, même le plus prudent, anticipe une perspective de rendement. Par exemple : un investisseur de 65 ans, qui espère vivre encore longtemps, achète une rente viagère dont le calcul du rendement interne se base sur des obligations du Canada à 2 % d’intérêt. Avec cet achat, il spécule sur la possibilité que les taux d’intérêt à long terme demeureront bas, que l’inflation restera modérée et qu’il sera en bonne santé. Toutefois, la réalité pourrait être tout autre, si les taux à long terme grimpent à 4 %, si l’inflation remonte à 3 % et s’il tombe malade.

En somme, son choix d’acheter une rente viagère, fondé aujourd’hui sur une anticipation spéculative de l’avenir, pourrait se révéler une mauvaise décision de placement à long terme.

Personne n’a de boule de cristal lui permettant d’avoir des certitudes sur son avenir financier.

Beaucoup d’énergie et d’argent sont dépensés pour tenter de prévoir cet avenir.

Certes, il y a des tendances lourdes qui nous donnent des indications quant à l’avenir, mais elles finissent par se nuancer et changent avec le temps. Espérer entrevoir l’avenir, à défaut de le prédire, exige une grande capacité d’observation, afin de décrire ces tendances telles qu’elles sont et non pas en fonction de perceptions personnelles.

Réduire la spéculation en bâtissant des scénarios de probabilités

Pour sécuriser ses revenus de retraite, mieux vaut, à mon avis, bâtir des scénarios de probabilités, en se posant des questions comme :

– À long terme, quelle est la probabilité que les taux demeurent bas, que l’inflation reste faible et que l’espérance de vie du nouveau rentier soit longue ou pas?

– Quelle est la probabilité que les Bourses n’obtiennent plus les rendements passés oscillant entre 8 % et 10 % à long terme?

– Quelle est la probabilité que les taux d’intérêt grimpent, à long terme, engendrant un faible rendement des fonds d’obligations?
L’investisseur, avec l’aide de son conseiller, pourrait considérer ces différents points, pour mieux cibler et diversifier ses stratégies de placement.

Qu’en pensez-vous?


 
William-André Nadeau

William-André Nadeau

William-André Nadeau est vice-président et gestionnaire de portefeuille chez Tactex. Il possède 32 ans d’expérience dans le domaine des services financiers, à titre de courtier, d’analyste et de gestionnaire de portefeuille.

Au cours de sa carrière, M. Nadeau a conçu et développé, avec succès, plusieurs services et produits financiers pour les investisseurs, comme le service de gestion assistée et l’application des conclusions de la recherche en finance comportementale à la gestion de portefeuille. Il est régulièrement consulté par la presse écrite au sujet des stratégies d’investissement et des performances des marchés boursiers. Il a également animé et participé à une centaine de séminaires et conférences portant sur les investissements boursiers et les revenus de retraite. Avant de se joindre à Tactex Gestion d’actifs, M. Nadeau a été président et gestionnaire de portefeuille chez Orientation Finance. Il a aussi cofondé et propulsé deux firmes de courtage : Investissements Courvie et Nadeau, Provencher et Associés.

Vous pouvez communiquer avec lui à : wanadeau@tactex.ca

Pour consulter les archives des blogues et balados de William-André Nadeau, cliquez ici.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques