A A A
Épargne

Vie désordonnée, finances mal planifiées?

12 août 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Alors que les générations précédentes franchissaient les étapes marquantes de leur vie dans un ordre bien précis (études, mariage, maison, enfants), les jeunes générations vivent bien souvent leur vie dans le « désordre ». Mais comment gérer l’incidence financière de ces grands moments souvent imprévisibles?

Un récent sondage de la Banque TD révèle que cinq Québécois sur dix (55 %) ont franchi ou sont en voie de franchir une étape importante de leur vie dans un ordre différent de ce qu’ils avaient prévu à l’origine. Cette tendance est particulièrement marquée chez les Québécois de la génération X (59 %) et ceux de la génération Y (48 %).

« Le sondage a mis en lumière que même les meilleurs plans des générations antérieures ne se passaient pas non plus toujours comme il était prévu, explique par voie de communiqué Nacim Hamane, planificateur financier principal, Planification Financière à Gestion de patrimoine TD. Les milléniaux peuvent en tirer des leçons pour être mieux préparés à faire face aux événements imprévus – et quelquefois simultanés –, en planifiant de façon à se donner une certaine souplesse financière. »

Voici donc, selon M. Hamane, cinq questions fondamentales que vos clients devraient se poser avant d’établir un plan financier :

1.  Quelle est ma façon de gérer plusieurs étapes importantes simultanées?

2.  Est-il plus judicieux de planifier un mariage ou d’acheter une propriété en premier?

3.  Quels coûts dois-je prendre en considération dans l’achat d’une maison?

4.  Combien dois-je épargner pour profiter confortablement d’un congé parental?

5.  Comment puis-je savoir si j’épargne suffisamment en vue de la retraite?

ÉVÉNEMENTS IMPRÉVUS, FRAIS IMPRÉVUS

Les moments marquants de la vie amènent bien souvent des frais non planifiés. Bon nombre de Québécois l’ont réalisé lors de l’achat d’une propriété (60 %) et de l’arrivée d’un premier enfant (55 %).

Si les imprévus sont monnaie courante, la planification financière l’est beaucoup moins. Seuls quatre Québécois sur 10 affirment avoir dûment planifié financièrement la naissance de leur premier enfant (48 %) et leur retraite (45 %).

Par ailleurs, les Québécois de la génération Y (25 %) sont moins nombreux que ceux de la génération X (49 %) à soutenir qu’ils ont dûment planifié financièrement la naissance de leur premier enfant, alors que seul un quart (27 %) des Québécois de la génération Y et presque un tiers (31 %) de ceux de la génération X déclarent qu’ils ont dûment planifié leur retraite.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.