A A A
Économie

Volatilité : les Canadiens gardent la tête froide

10 février 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

hausse_action_Bourse_volatilite_marche_425La majorité (58 %) des Canadiens qui font des investissements pour la retraite affirment qu’ils ne s’écarteront pas de leur plan à cause d’une seule mauvaise année sur les marchés, révèle un sondage de la Banque CIBC publié hier

Ils maintiendront donc leur stratégie de placement en 2016. Toutefois, près d’une personne sur cinq (18 %) indique qu’elle investira de façon plus prudente pour protéger son placement de départ, tandis que 5 % prévoient au contraire investir de manière plus dynamique afin d’obtenir un rendement plus élevé.

Globalement, 56 % des répondants disent qu’ils n’ont pas réalisé le rendement de portefeuille auquel ils s’attendaient au cours de l’année écoulée à cause des baisses des marchés des actions, alors que 44 % des investisseurs assurent avoir atteint leurs objectifs.

LES CANADIENS TARDENT À RETOURNER SUR LE MARCHÉ

« Il est encourageant de voir que beaucoup de Canadiens comprennent qu’il est important d’adopter une perspective à long terme et de bâtir un portefeuille qui peut résister à la volatilité des marchés », commente David Scandiffio, président et chef de la direction, Gestions des actifs à CIBC.

« Même si certains investisseurs éprouvent de la crainte à cause de la volatilité des marchés, ceux qui savent mettre un mois de volatilité ou une année difficile en perspective seront probablement plus à l’aise à long terme avec leur stratégie de placement et avec les rendements d’investissement », ajoute-t-il.

Selon un récent rapport de la CIBC, les Canadiens conservent 75 G$ en liquidités, en réponse notamment à la volatilité du marché. Ce document relève d’ailleurs qu’ils ont une tendance historique à retourner sur le marché trop tardivement. Ils laissent ainsi passer des milliards de dollars en rendement sur les investissements.

LA GÉNÉRATION Y PLUS EXIGEANTE

Le sondage constate que les 18-34 ans se montrent particulièrement exigeants lorsqu’il s’agit de leurs investissements de retraite. Résultat : c’est le groupe qui est le moins satisfait de son portefeuille. Les deux tiers (65 %) ne réalisent pas les rendements auxquels ils s’attendaient et un tiers (33 %) disent qu’ils songent à modifier la composition des actifs à cause de la volatilité des marchés.

Dans une précédente étude réalisée à l’automne 2015, les post-boomers admettaient en majorité manquer de confiance dans les placements. Mais 43 % des répondants affirment aujourd’hui ne pas avoir l’intention de changer de cap à cause d’une mauvaise année des marchés.

Toutefois, un quart d’entre eux (25 %) ignorent quoi faire, 19 % ont l’intention d’investir plus prudemment, tandis que 14 % (un pourcentage bien plus élevé que chez les autres groupes d’âge) prévoient au contraire placer leur argent de façon plus dynamique en vue d’avoir des rendements plus élevés.

QUELLES ATTENTES?

Le rendement annuel que les investisseurs considèrent nécessaire pour atteindre leurs objectifs d’investissement est très varié :

  • de 0 % à 2 % (4 % des répondants);
  • de 2 % à 4 % (13 %);
  • de 4 % à 6 % (27 %);
  • de 6 % à 8 % (18 %);
  • de 8 % à 10 % (7 %);
  • plus de 10 % (5 %).

À noter que plus du quart des sondés (27 %) ignorent ce qu’ils veulent…

Enfin, les types d’investissements actuels et futurs des sondés sont :

  • certificats de placement garanti (CPG), comptes d’épargne ou autres produits garantis (38 % aujourd’hui; 42 % plus tard);
  • obligations, y compris les fonds communs d’obligations (11 %; 15 %);
  • actions, y compris les fonds communs comprenant des actions (51 %; 43 %).

LES FEMMES ÉVITENT LES ACTIONS

Le sondage montre que les femmes évitent le risque de placement plus souvent que les hommes. Ainsi, leur portefeuille contient en général un pourcentage plus élevé de CPG, de comptes d’épargne ou d’autres investissements garantis.

Résultat, 43 % d’entre elles investissent aujourd’hui principalement dans des actions (par rapport à 60 % chez les hommes), tandis que seul un tiers (33 %) ont l’intention d’en faire de même dans le futur (53 % pour la gente masculine).

Le sondage a été réalisé en ligne par Vision Critical du 20 au 22 janvier auprès de 1 003 adultes canadiens détenant un portefeuille d’investissement en vue de la retraite.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.