A A A
Épargne

Vaccination préventive et augmentation du coût des soins de santé – vos clients sont-ils prêts?

4 août 2015 | Soumis par la Financière Sun Life | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Présenté par :

Le nombre de cas de zona, une affection douloureuse, est en augmentation parmi les clients plus âgés. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe un vaccin; la mauvaise, c’est au patient de le payer. Préparez vos clients à gérer les coûts liés aux soins de santé qu’ils devront débourser pendant leur retraite.

En raison de l’augmentation de l’espérance de vie, il est sage d’aider les clients à se préparer à vivre jusqu’à bien plus que 90 ans. Et il est important de prendre en considération l’augmentation inévitable des coûts liés aux soins de santé pendant la retraite.

Le système de santé canadien est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Mais il ne couvre pas tout, et beaucoup de clients sont surpris à la réception de la facture. De 1997 à 2009, les dépenses de santé moyennes non remboursées ont augmenté de 2,9 % par an au Canada. Le nombre de ménages qui dépensent plus de 10 % de leur revenu net total pour des soins de santé a augmenté de 56 %. [1]

Il est important de penser aux vaccins et à la médecine préventive pour aider à maîtriser les coûts et à soulager le fardeau du traitement et du rétablissement. Aidez vos clients à comprendre ce qui est couvert par l’État et ce qu’ils doivent payer de leur poche. Bien les informer est la première étape et, à partir de là, vous pouvez les mettre sur la bonne voie pour qu’ils protègent leur santé et leur bien-être financier pendant leur retraite.

Le zona : une inquiétude pour la population vieillissante canadienne

Le zona est une maladie qui provoque un érythème douloureux, et le risque d’en souffrir augmente nettement avec l’âge. Plus de 130 000 nouveaux cas surviennent tous les ans au Canada.[2] La durée et l’intensité de la maladie varient selon les individus, mais la douleur peut être extrême – certains malades disent qu’elle est comparable à une décharge électrique dans tout le corps. Toute personne qui a eu la varicelle ou qui a été vaccinée contre cette maladie peut avoir un zona.

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) recommande la vaccination contre le zona à partir de 60 ans.[3] Cet âge est un compromis : même si le risque d’avoir un zona augmente avec l’âge, l’efficacité du vaccin baisse tous les dix ans. Après 60 ans, l’efficacité du vaccin est divisée par deux. À 79 ans, celle-ci est de 40 % et à 80 ans, elle a baissé à 20 %.[4] Le vaccin n’est pas remboursé – et son coût est d’environ 200 $.

Les coûts de vaccination non remboursés sont en hausse

Même si les coûts donnent lieu à une controverse depuis quelques années, les professionnels de la santé considèrent que la vaccination est, parmi les interventions en santé disponibles, l’une des plus rentables; elle permet de sauver des millions de dollars en frais médicaux gouvernementaux en lien avec des maladies évitables par la vaccination. Au siècle dernier, les maladies infectieuses étaient la principale cause de décès, mais aujourd’hui, elles représentent moins de 5 % des décès au pays.[5]

En 2012, environ 70 % des 500 millions de  dépensés en vaccins étaient couverts par les gouvernements provinciaux, particulièrement dans le cadre des programmes destinés aux enfants et aux adolescents. Les 150 millions de dollars restants ont été payés par les patients ou par les régimes d’assurance. À l’heure actuelle, 57 % des Canadiens détiennent une assurance médicaments, mais seulement 47 % ont une assurance médicaments qui couvre les vaccins préventifs. Ainsi, 73 % des Canadiens doivent payer ces vaccins de leur poche.[6]

La couverture publique des vaccins préventifs varie dans le pays et certains clients peuvent débourser jusqu’à 300 $ selon ce qu’offre leur province.[5] Un nombre croissant de vaccins recommandés ne sont pas couverts par les programmes publics et, pour les aînés, le risque de complications augmente généralement s’ils tombent malades.

Vaccins recommandés qui ne sont pas couverts par les programmes publics :

  • Antiméningoccique ACYW-135 (méningite) – dans certaines provinces (43 % de la population canadienne)
  • Coqueluche pour adultes
  • Rotavirus pour adultes
  • Herpès zoster (zona)
  • Grippe (vaccin contre la grippe saisonnière) – dans certaines provinces pour adultes en bonne santé


La vaccination en vue d’un voyage doit aussi être prise en considération. Les retraités qui voyagent beaucoup doivent se protéger contre de nombreux virus et maladies et, selon leur destination, les coûts peuvent grimper.

Les clients peuvent se renseigner auprès de leur médecin et de leur pharmacien sur le programme de vaccination recommandé dans leur province et afin d’obtenir une liste de vaccins pour une destination en particulier. Vous pouvez aussi transmettre aux clients le document Vacances : Liste pratique de préparatifs de voyage du site Simplementbrillant.ca.

La majorité des Canadiens sous-estiment les coûts liés à la santé

Le sondage sur l’Indice de mieux-être des Canadiens Sun Life de 2014 a confirmé que le coût annuel moyen des soins de santé pour les personnes de 18 à 80 ans était de 1 511 $. Si votre client prend sa retraite à 65 ans et vit jusqu’à 95 ans, le total atteint 45 330 $. Et, puisque la plupart des provinces offrent de moins en moins de couverture de soins, que les revenus de retraite stagnent et que les dépenses augmentent avec l’âge, il est essentiel que les clients pensent aux implications éventuelles de cette situation et se préparent en conséquence.

Temps d’attente pour que les vaccins soient financés par des fonds publics

Le Canada prépare une stratégie de vaccination nationale, mais en attendant, la couverture varie d’une province à l’autre. Si l’on se base sur ce qui s’est passé pour les vaccins précédents, 2 à 8 années peuvent s’écouler avant qu’un vaccin récemment mis sur le marché soit intégré dans le programme public de vaccination de routine :

  • Vaccin conjugué contre le pneumocoque : 4 ans
  • Vaccin contre le méningocoque C : 6 ans
  • Vaccin contre la varicelle et contre la coqueluche (pour adolescents) : 7 à 8 ans


Informez vos clients sur les régimes de soins de santé offerts dans leur province, y compris ceux qui ne s’adressent qu’aux aînés; il est important que ceux-ci économisent pour payer les médicaments qui ne sont pas remboursés par ces régimes.

Qui paie pour les soins de santé?

Si les principes de la Loi canadienne sur la santé (1984) sont toujours pertinents, les coûts des soins de santé sont six fois supérieurs à ce qu’ils étaient il y a 30 ans.[7]

La Financière Sun Life a créé un guide complet qui présente quelques-unes des options de couverture, certains des coûts personnels et d’autres points importants dans chaque province.


Stratégies financières pour les soins préventifs

Ne pas avoir assez d’argent pour payer des soins de santé nous plonge dans une situation difficile et peut avoir de sérieuses conséquences. Des données récentes indiquent que près de 10 % des Canadiens ayant reçu une ordonnance l’année précédente ont dû faire des choix quant aux coûts : ils ont fait en sorte que l’ordonnance dure plus longtemps, n’ont pas racheté les médicaments ou n’ont pas renouvelé leur ordonnance. Les risques les plus importants pesaient sur les clients aux revenus les plus modestes qui n’avaient pas d’assurance.[8] Les outils d’épargne qui donnent accès à de l’argent à court terme et à une certaine croissance – comme les comptes d’épargne libre d’impôt – peuvent les aider à épargner efficacement tout en leur permettant d’avoir accès à de l’argent en cas d’urgence.

Les vaccins sont une pièce importante du casse-tête lorsque vous discutez de santé à la retraite avec vos clients. Ce sujet ouvre aussi la porte à une conversation plus globale sur les soins préventifs et l’augmentation des coûts liés aux soins de santé pendant la retraite. Se préparer à la possibilité de faire face à une maladie mentale ou physique et faire tout son possible pour réduire le risque est essentiel à un bien-être personnel et financier. Les clients ne veulent peut-être pas penser au problème, mais plus tôt vous les aidez à se préparer, mieux leur retraite se passera.


 


[1] Law MR, Daw JR, Cheng L, et al. « Growth in private payments for health care by Canadian households ». Health Policy, 110(2-3): 141-6, 2013.
[2] Agence de la santé publique du Canada, 2014.
[3] Agence de la santé publique du Canada, 2010.
[4] CBC News, 2013.
[5] Introduction aux vaccins : La perspective canadienne. BIOTECanada, VIC (Vaccine Industry Committee), 2010.
[6] Aperçus économiques, 2012, volume 8, n˚3, 2013.
[7] Institut canadien d’information sur la santé. « Tendances des dépenses nationales de santé; 1975 à 2013 », 2013.
[8] Law MR, Cheng L, Dhalla IA, et al. « The effect of cost on adherence to prescription medications in Canada ». Journal de l’Association médicale canadienne, 184: 297-302, 2012.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques