A A A
Épargne

Les experts financiers recommandent – Serge Vallée

14 avril 2014 | Serge Vallée | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Serge Vallée
Conseiller autonome en sécurité financière,
Conseiller en assurances et rentes collectives,
Représentant en épargne collective

 

L’étape la plus importante dans la situation que vit Édouard, comme dans toute situation de planification financière – qu’il soit question de retraite ou d’autres projets – est celle de l’analyse complète des objectifs et besoins actuels et futurs d’Édouard et de ses enfants.

Dans le cas présenté, nous devons émettre certaines hypothèses, faute d’avoir toute l’information nécessaire. Ainsi, il importe de savoir si le dossier du patrimoine familial a été entièrement réglé ou s’il reste des éléments à négocier avec l’ex-conjointe d’Édouard et, le cas échéant, de quels éléments il s’agit (biens meublants, fonds de pension et REER de conjoint, par exemple). Par ailleurs, il est important de bien établir si les montants des pensions sont avant ou après impôt.

Pour les besoins la cause, nous émettons l’hypothèse que la question du patrimoine familial a été entièrement réglée, et que les montants des pensions pour conjoint et pour enfants qu’Édouard recevra au cours des prochaines années sont après impôt.

Selon notre analyse, Édouard devrait pouvoir atteindre ses objectifs : ses revenus sont suffisants pour lui permettre de s’acquitter de ses obligations et d’épargner pendant les sept prochaines années et même après. Il devra toutefois tirer le maximum de sa capacité d’épargne pour la retraite, et pour les dépenses de vacances et les études des enfants.

Pour établir clairement le montant qu’il peut épargner mensuellement, Édouard devra se livrer à un exercice incontournable et de toute première importance : établir un budget détaillé où aucun élément n’est laissé au hasard.

Sans nous livrer à cet exercice ici, nous savons déjà à partir des données sommaires que nous avons en main qu’Édouard a les ressources financières pour épargner mensuellement.

Tout le succès de sa démarche reposera sur sa stratégie d’épargne. Cette stratégie doit être fondée sur l’utilisation maximale de ses droits de cotisation à un REER et à un CELI, en vue de la retraite. Pour le financement des études postsecondaires des enfants, Édouard doit continuer de cotiser au REEE, dans les limites autorisées.

Un facteur clé de la stratégie d’épargne non enregistrée sera de veiller à minimiser l’impôt en investissant dans des instruments qui auront la moins grande incidence fiscale. Les fonds de sociétés en sont un exemple parmi d’autres.

Enfin, pour parer à toute éventualité, nous ne saurions assez recommander à Édouard de se prévaloir d’une assurance maladies graves et de soins de longue durée. En outre, l’achat d’une assurance-vie complémentaire aidera à régler l’impôt payable sur la succession advenant son décès.

En conclusion, afin de préserver la qualité de vie des enfants dans l’éventualité de son décès, Édouard devra bien sûr veiller à préparer un mandat en cas d’inaptitude et un testament, si ce n’est pas déjà fait.

Retour à l’étude de cas : Édouard

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques