A A A
Épargne

Les moins de 35 ans planifient mal leur retraite

16 octobre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Parmi les travailleurs québécois de 25 à 34 ans, plus de huit sur 10 (85 %) ne se sont pas fixé d’objectifs précis quant à leur revenu de retraite, révèle un sondage dévoilé hier par Question Retraite.

Même si ce résultat « n’est pas surprenant étant donné leur âge », il n’en demeure pas moins inquiétant, estime l’organisme.

Confiants malgré tout

Toutefois, 57 % d’entre eux songent quand même à se retirer complètement du marché du travail à 60 ans ou avant, un pourcentage supérieur à celui des autres groupes d’âge.

De plus, 31 % croient que leur retraite durera 25 ans ou plus, « ce qui nécessitera des épargnes importantes qui méritent d’être planifiées à long terme », souligne Question Retraite.

Près des trois quarts des jeunes travailleurs se disent également confiants envers les aspects financiers de leur retraite, un résultat semblable à celui obtenu chez leurs aînés. Parmi ceux qui ne le sont pas, la principale raison fournie est le fait qu’ils ont d’autres priorités que la retraite (24 %, contre moins de 10 % dans les autres groupes d’âge).

Une priorité : rembourser la dette

S’ils recevaient un montant imprévu de 5 000 dollars, les 25-34 ans affirment d’ailleurs qu’ils choisiraient d’abord de rembourser ou de réduire leurs dettes (31 %) et leur hypothèque (11 %), ou encore de rénover leur maison (8 %).

En comparaison, les réponses des 45-64 ans sont plus diversifiées, puisqu’ils accordent une place plus importante aux voyages et à l’épargne.

Parmi les répondants qui réussissent à économiser, la retraite est la raison la plus souvent évoquée (58 %), spécialement chez les 45 ans et plus (70 %). Sans surprise, ce résultat est nettement inférieur chez les plus jeunes, où seuls 42 %  des 25-34 ans disent mettre de l’argent de côté pour leurs vieux jours.

Les conseillers ont la cote

Par ailleurs, l’enquête constate « une hausse importante du taux de consultation d’un professionnel de la planification financière au sujet de la retraite ».

En effet, 41 % des répondants affirment demander l’avis d’un conseiller sur une base régulière pour faire le point sur leur épargne-retraite, un résultat « significativement plus élevé » que celui de 33 % obtenu lors d’un autre sondage effectué en 2013.

La moitié (50 %) des personnes interrogées qui consultent régulièrement un professionnel déclarent avoir entrepris cet exercice avant l’âge de 30 ans. À l’inverse, un début de consultation à 40 ans ou plus tard est davantage observé chez les sondés ayant épargné de 50 000  à 100 000 dollars (31 %) et chez ceux qui préfèrent ne prendre aucun risque pour leurs placements (31 %).

Réalisé par SOM, en collaboration avec la Régie des rentes du Québec, le sondage a été effectué en avril dernier auprès de 1 600 répondants âgés de 25 à 64 ans répartis partout dans la province.

Question Retraite est une organisation à but non lucratif regroupant plus de 20 partenaires provenant des milieux gouvernemental, financier, syndical, patronal, associatif et de l’enseignement.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques