A A A
Établissements

Épauler les clients qui comptent transmettre leur entreprise pour partir à la retraite

1er août 2013 | Soumis par la Financière Sun Life

  • envoyer
  • imprimer
Présenté par :

Une enquête réalisée en 2010 par la Fondation de l’entrepreneurship a démontré que d’ici 2020 au Québec, ce sont 98 000 entrepreneurs qui souhaiteront transmettre ou vendre leur entreprise pour partir à la retraite[1].

Bien qu’au Canada, 90 % des propriétaires d’entreprises familiales souhaitent transmettre leur patrimoine à la génération suivante, le Family Firm Institute estime qu’à la deuxième génération, 30 % de ces entreprises survivront, que 13 % existeront jusqu’à la troisième génération et que seulement 3 % dureront ensuite[2].

Il y a donc là matière à réflexion : quel rôle devez-vous jouer afin d’épauler vos clients entrepreneurs qui devront tôt ou tard gérer cette étape cruciale pour l’avenir de leur entreprise? Le conseiller revêt en quelque sorte le rôle de chef d’orchestre qui doit relier tous les éléments du plan de relève. Il se doit donc de connaître les étapes à travers lesquelles l’entrepreneur devra passer afin d’assurer un transfert réussi.

Gérer l’aspect humain en priorité

Bien sûr, les aspects techniques du processus de vente ou de transmission, comme la réduction des impôts, le gel successoral, les fiducies familiales, les conventions de rachat d’actions, la gestion du patrimoine, etc., ne doivent pas être négligés.

Pour un entrepreneur, cependant, décider de passer le flambeau est souvent un choix déchirant. Lors de la vente ou de la transmission d’une entreprise, l’aspect humain revêt donc une importance majeure et l’on doit y accorder le temps nécessaire. C’est d’autant plus vrai dans le cas d’une transmission d’entreprise à un membre de la famille. Souvent, les relations familiales, les attentes des membres de la famille, les valeurs familiales, les compétences des membres de la famille et la dynamique familiale ont une incidence majeure sur le succès ou l’échec du processus. Parce qu’en fin de compte, ce sont les membres de la famille qui décideront de la voie à prendre pour l’avenir de l’entreprise.

Commencer à planifier dès aujourd’hui

Parmi les entrepreneurs âgés de 55 ans ou plus qui désirent vendre ou transmettre leur entreprise, environ 1 sur 2 ne dispose actuellement d’aucun plan de transfert de direction (à peine 8,2 % auraient un plan formel) et le même constat s’applique pour le transfert de propriété (seulement 11,6 % ont un plan formel)[1].

La relève est un long processus et elle devrait faire partie intégrante du plan de développement de l’entreprise, même si, pour l’entrepreneur, cela peut apparaître comme une perspective lointaine. Autrement dit, il ne faut pas attendre que l’heure de la retraite ait sonné ou encore de tomber malade pour amorcer la conversation et mettre son plan en place!

Pour un entrepreneur, son entreprise représente bien souvent son fonds de pension et indéniablement, des imprévus pourraient survenir en cours de route. Il importe donc, dès aujourd’hui, de mettre certains éléments simples en place. Par exemple, que se passerait-il si l’entrepreneur ou un membre de sa famille était atteint d’une maladie grave nécessitant une présence et un soutien constants? Nul doute que l’entreprise en pâtirait ou pourrait même devoir fermer ses portes, mettant du même coup en péril la retraite à laquelle le client aspire. Dans pareil cas, une assurance maladies graves pourrait représenter une solution efficace pour protéger les biens et les actifs de l’entreprise. Elle permet à l’entrepreneur de bénéficier de plus de ressources et de choix au moment opportun.

De même, en l’absence d’une planification adéquate, le décès de l’entrepreneur peut entraîner des difficultés financières pour la succession qui pourrait ne pas avoir les liquidités pour payer les impôts au décès. De plus, dans un souci d’équité envers les membres de la famille, une assurance-vie peut également être souscrite en faveur des enfants qui ne sont pas impliqués dans l’entreprise.

S’entourer de professionnels

La vente ou la transmission d’une entreprise ne doit pas se faire en solitaire. Pour vos clients, votre savoir-faire est précieux et ils apprécieront sans aucun doute vos conseils éclairants tout au long du processus. Mais, afin de répondre à des besoins plus spécifiques, il serait sage d’aiguiller les clients propriétaires d’entreprise vers une équipe de spécialistes, composée par exemple de comptables, de fiscalistes, de conseillers en ressources humaines, de conseillers juridiques, etc. Ceux-ci apporteront leur expertise pour déterminer la valeur de l’entreprise, les aspects fiscaux de la transaction, le choix et la formation du ou des successeurs, et bien d’autres éléments encore.

Aussi bien entourés, les clients seront ainsi rassurés de savoir que les diverses options de relève ont été prises en compte et que chacun des membres de la famille, qu’il fasse partie de l’entreprise ou non, est en mesure de prendre des décisions éclairées à propos de son avenir personnel et collectif. En amorçant le processus de relève entrepreneuriale tôt, il sera plus facile de trouver ces ressources qui ont l’expertise requise, au moment opportun.

Amorcez la conversation dès aujourd’hui avec vos clients entrepreneurs. Pour eux, planifier cette étape cruciale pour l’avenir de leur entreprise leur permettra de gagner un peu de tranquillité d’esprit, sachant qu’ils disposent du soutien approprié pour mener à bien ce processus exigeant sur le plan technique, émotif et familial.


[1] «La relève est-elle au rendez-vous au Québec?», Centre de vigie et de recherche sur la culture entrepreneuriale, Fondation de l’entrepreneurship, 2010.[2] «From Longevity of Firms to Transgenerational Entrepreneurship of Families: Introducing Family Entrepreneurial Orientation» Family Firm Institute, 2011

Loading comments, please wait.