A A A
Épargne

Mieux comprendre ce qui se cache derrière le RVER pour mieux l’apprécier

5 août 2014 | Soumis par la Financière Sun Life | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Présenté par :
Financière Sun Life / Le 5 août 2014


Maintenant que le régime volontaire d’épargne-retraite (RVER) est en vigueur, votre rôle-conseil prend toute son importance. Vous êtes plus que jamais en mesure d’aider vos clients à évaluer leurs options et à mettre en place le régime approprié. L’une des principales questions auxquelles vous aurez sans doute à répondre concerne le nombre défini d’options de placement offertes aux participants. Voici quelques pistes pour expliquer à vos clients l’approche adoptée par le RVER et son efficacité pour les épargnants.

Ce qui a inspiré le RVER

D’abord, pour la petite histoire : en 2006, avec l’adoption de la Pension Protection Act, les Américains ont opté pour un modèle qui tient compte d’emblée de l’adhésion à un régime, de la hausse des cotisations et d’une option de placement (fonds à date d’échéance cible privilégiés). Cette approche a été mise de l’avant à la suite d’études du comportement des participants dans des régimes collectifs de retraite qui concluent qu’en finance comme ailleurs, les consommateurs se laissent bien souvent guider par leurs émotions et préfèrent le statu quo lorsqu’ils ont des décisions difficiles à prendre.

Le RVER est donc, entre autres, inspiré du modèle américain et se définit comme un régime tenant compte du comportement des investisseurs, notamment leur propension à se laisser guider par leurs émotions. D’ailleurs, selon une étude récente de la firme Franklin Templeton Investments, 34 % des investisseurs canadiens reconnaissent que les émotions jouent un rôle dans leurs décisions de placement et 26 % ne sont pas sûrs si cela les affecte ou non. Qui a dit que les finances n’étaient que rationnelles ? Le RVER a donc été pensé et bâti pour aider les épargnants à pallier ces comportements plus émotifs.

Des options de placement qui tiennent compte du comportement des investisseurs

À la base, les employés inscrits au RVER se voient attribuer l’option par défaut. S’ils désirent autre chose, ils ont accès à trois à cinq options de placement supplémentaires qui offrent un niveau de risque et de rendements différents. L’option par défaut sera celle des fonds « cycle de vie » ou « à date d’échéance cible ». Ces fonds tiennent compte du concept d’évolution progressive du portefeuille, selon l’âge du participant.

Pourquoi ce type de fonds est-il privilégié pour le RVER ? « Parce qu’il permet de pallier deux problématiques comportementales importantes, soit l’inertie des investisseurs et leur grande aversion au risque », explique Anne Meloche, vice-présidente régionale, affaires institutionnelles, Placements mondiaux Sun Life. « Près de 90 % des investisseurs vont soumettre des instructions de placement à l’adhésion et ne les révisent jamais, même si le risque de leur portefeuille devient trop grand à l’approche de la retraite », explique Mme Meloche.

« On note aussi depuis 2008 une plus grande aversion au risque chez les jeunes investisseurs qui adhérent à leur régime collectif. Ces jeunes choisissent délibérément le fonds du marché monétaire, alors qu’ils sont à plus de 30 à 40 ans de leur retraite », poursuit Mme Meloche. Cette plus grande prudence des investisseurs de la génération Y qui ont entre 21 et 36 ans a également fait l’objet d’une recherche récente de la firme UBS Wealth Management Americas. Selon celle-ci, la génération Y, marquée par la crise de 2008, est inquiète concernant l’emploi et fait preuve d’une mentalité similaire à celle des gens qui ont vécu la grande dépression. Alors que ces jeunes devraient investir en prenant plus de risque pour optimiser leurs rendements, ils optent pour la sécurité des marchés monétaires moins rentables.
Pour toutes les générations, plusieurs analyses comportementales démontrent que seulement de 25 % à 30 % des participants ont une exposition en actions appropriée à leur âge. Autrement dit, ils prennent trop peu de risque en début de parcours et trop en fin de parcours, confirment les études effectuées par la Financière Sun Life. L’option de placement par défaut du RVER est donc tout indiquée pour aider les gens à garder le cap sur leur épargne-retraite.

Les fonds à date d’échéance cible : une option qui donne confiance

« Les frais du RVER étant peu élevés conformément à la loi, la plupart des produits seront indiciels et probablement de base. Toutefois, en raison du contexte actuel de faibles taux d’intérêt et de volatilité accrue des marchés boursiers, les fonds cycle de vie devront être vraiment bien diversifiés en catégories d’actifs afin d’assurer une protection du capital », explique Anne Meloche.

Comme conseiller, vous pourriez rester sur votre faim, compte tenu du nombre d’options plus limitées offertes à vos clients. Mais il faut se rappeler que les fonds à date d’échéance cible sont très avantageux pour ces derniers. Selon un sondage mené par ING U.S. Investment Management, en septembre 2013, les investisseurs d’un fonds à date d’échéance ont plus confiance en leurs capacités à investir que ceux qui ont choisi des placements à la carte :

• 67 % des participants à un régime de retraite à cotisations déterminées sont à l’aise au moment de décider combien investir dans leur régime, par rapport à 52 % pour les investisseurs à la carte ;

• 57 % des participants à un régime de retraite à cotisations déterminées disent avoir le temps de suivre leurs placements, par rapport à 40 % pour les investisseurs à la carte ;

• 66 % des participants à un régime de retraite à cotisations déterminées disent qu’il est facile d’obtenir suffisamment d’information au sujet de leurs placements pour prendre de bonnes décisions, comparativement à seulement 49 % pour les investisseurs à la carte.

Selon cette étude, la probabilité que les épargnants qui investissent dans un fonds à date d’échéance cible épargnent davantage en vue de leur retraite est grande. Finalement, 50 % de ces investisseurs ont confiance de pouvoir atteindre leurs objectifs pour la retraite.

Bref, le choix restreint de placements et les fonds à date d’échéance cible proposés par le RVER favoriseront l’épargne-retraite et des rendements optimaux chez des participants encore peu habitués à cette réalité et pour qui il s’agira bien souvent d’une toute première expérience d’épargne automatique en milieu de travail.

Loading comments, please wait.