A A A
Épargne

RVER : les bonnes questions pour proposer la bonne solution

2 septembre 2014 | Soumis par la Financière Sun Life | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Présenté par :


La création du régime volontaire d’épargne-retraite (RVER) représente une occasion unique pour les conseillers qualifiés de proposer aux PME toute une gamme de produits qui viendra combler leurs besoins en matière d’épargne-retraite en milieu de travail.

En obligeant les entreprises de cinq employés visés et plus à offrir le RVER ou un autre produit d’épargne-retraite collectif, la loi qui crée le RVER met plus que jamais la planification de la retraite à l’ordre du jour… et c’est une bonne nouvelle !

Bien sûr, un employeur peut choisir l’option la plus simple en choisissant de mettre en place un RVER. Une réflexion plus large peut toutefois s’imposer.

Comme conseiller, votre rôle consiste à favoriser cette réflexion et à proposer des solutions adaptées aux besoins de l’entreprise. Comment ? En posant les bonnes questions.

Avant d’aller plus loin, il convient de rappeler que seuls les professionnels qui détiennent le permis de conseiller en régimes de rentes collectives ou celui de conseiller en assurances et rentes collectives sont autorisés à conseiller leur client sur le régime de retraite qui leur convient.

Quels sujets aborder pour devenir partenaire de la croissance de votre client ?

Si la PME que vous rencontrez n’offre pas encore de régime de retraite à ses employés, vous devrez probablement renseigner votre client sur l’importance de la planification de la retraite pour l’entreprise et les employés.

Profitez-en pour ouvrir la discussion et poser à votre client plusieurs questions qui l’aideront dans sa réflexion, tout en vous renseignant sur les besoins réels de l’entreprise. Parlez retraite avec lui.

Après vous être familiarisé avec le profil de l’entreprise et son secteur d’activité, les principales questions à aborder sont les trois suivantes :

1 Quelles raisons motivent l’entreprise à mettre en place un RVER ?

« Vouloir se conformer à la loi est une raison valable, mais ce n’est pas la seule », indique Jean-François Pelletier, vice-président régional, régimes collectifs de retraite, Financière Sun Life. S’il s’agit de l’unique motivation de votre client, explique-t-il, celui-ci rate peut-être une occasion de démontrer son engagement envers ses employés en matière d’épargne-retraite.

2 Une stratégie de rémunération globale est-elle déjà en place ?

L’entreprise n’a pas encore de régime de retraite, mais offre-t-elle un régime de garanties collectives à ses employés ? Si aucun des deux n’est offert, il peut être intéressant de lui parler des avantages d’une stratégie de rémunération globale.

Il faut alors prendre le temps d’expliquer toute son importance pour l’attraction et la rétention des employés.

3 Quelle est la vision de l’entrepreneur quant au développement de son entreprise ?

Y a-t-il déjà un service de ressources humaines pour s’occuper du nouveau régime ? Si oui et si l’employeur désire participer davantage, un autre type de régime de retraite pourrait alors s’avérer plus approprié.

Mais si ce n’est pas le cas, y a-t-il des plans prévus en ce sens ? Quels besoins en gestion de talent l’entreprise pense-t-elle mettre en place pour l’avenir ?

Si le plan de développement n’est pas arrêté, le régime volontaire d’épargne-retraite peut être le régime le plus approprié, puisque le rôle de l’employeur se limite à mettre en place le régime, puis à prélever les cotisations, ce qui est donc très intéressant si le temps et les ressources sont limités.

UNE OCCASION DE CONSEILLER VOTRE CLIENT ET DE DEVENIR PARTENAIRE DE SA CROISSANCEDès le départ, informez votre client sur l’importance de la planification de la retraite. S’il adhère aux objectifs d’une telle démarche et qu’il en comprend tous les avantages, il sera plus facile de lui présenter ses options.

D’ailleurs, la création du RVER établit un plancher minimum : comme toutes les entreprises doivent offrir au moins un RVER, celui-ci ne sera pas toujours suffisant pour que votre client se distingue.

Expliquez alors à votre client que votre objectif est de lui proposer le produit qui convient le mieux à sa situation et à ses besoins. Par exemple :

  • Si la taille du régime pouvait être potentiellement grande, il serait avantageux d’offrir d’autres services et, si c’était le cas, le RVER pourrait être trop limité ;
  • De plus, si les conditions sont favorables et que le volume d’épargne est élevé, l’entreprise pourrait payer des frais moins élevés que ceux du RVER, même s’il s’agit d’un régime peu coûteux ;
  • Si l’entreprise emploie deux catégories de salariés, il pourrait être approprié d’offrir deux régimes distincts, l’un pour les hauts salariés et l’autre pour ceux qui gagnent moins. Ce pourrait être le cas d’une firme d’ingénierie au sein de laquelle il existe une grande disparité salariale entre les ingénieurs et le personnel de soutien ;
  • Si le salaire moyen de l’entreprise est plus élevé, il faut s’attendre à ce que l’employeur et les employés désirent participer davantage à la gestion du régime.

Bref, l’important est de bien connaître le client, de lui poser les bonnes questions et surtout de lui offrir le produit qui convient le mieux à ses besoins et à ceux de ses employés!

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques