A A A
Épargne

Vivre avec le diabète à la retraite – Éviter les difficultés financières

6 novembre 2014 | Soumis par la Financière Sun Life | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Présenté par :


Vous avez travaillé avec vos clients à l’établissement d’un plan global pour les aider à vivre leur retraite à leur façon. Tout peut cependant basculer en une fraction de seconde s’ils reçoivent le diagnostic d’une maladie. Soudainement, ils ne sont plus en mesure de travailler. Les frais médicaux commencent à s’accumuler, les privant d’une partie de leur revenu réservé aux dépenses de base et les forçant à suspendre les cotisations mensuelles à leur régime de retraite.

Quels sont les risques?

Les probabilités que le Canadien moyen ait à faire face à un tel scénario sont relativement élevées. Prenons le diabète par exemple. On estime que, toutes les 13 minutes, un Québécois reçoit un diagnostic de diabète[1]. L’augmentation du taux d’obésité, la sédentarité et le vieillissement de la population y sont tous pour quelque chose.

Reconnaissant le lien entre la santé et la sécurité financière, la Financière Sun Life est passée à l’action en faisant de la prévention du diabète et de ses complications son principal pilier en matière de dons au Québec. Et comme novembre est le mois national du diabète, vous disposez d’une occasion propice pour amorcer une conversation avec les clients à propos de leur santé et de leur avenir financier.

Les frais médicaux d’une personne souffrant de diabète sont généralement de deux à cinq fois plus élevés que ceux d’une personne non diabétique et peuvent atteindre 4 500 $ par année[2]. Sans assurance ni couverture de l’État, les coûts directs associés au traitement de cette maladie comprennent l’achat d’insuline, de médicaments administrés par voie orale, de lancettes, de glucomètres, de bandelettes pour glucomètre et de pompes à insuline. Il faut également tenir compte des coûts liés aux changements diététiques. Les autres coûts relatifs au traitement médical comprennent les frais de déplacement vers des établissements médicaux, les frais de logement et les frais de garde d’enfants.

Il est également possible que les coûts indirects, comme l’augmentation des primes d’assurance ou les risques associés à l’absentéisme au travail, soient considérables. Les propriétaires d’entreprise pourraient aussi devoir composer avec une baisse de la productivité, une réduction du potentiel de gains, et même une perte de profits en cas de retraite anticipée ou de décès prématuré.

Et c’est sans compter les effets secondaires de cette maladie. Maladies cardio-vasculaires, troubles de la vue, cécité, insuffisance rénale, lésions des nerfs, affections buccales et dépression sont au nombre des nombreuses complications que peut engendrer le diabète. Ces dernières peuvent avoir des conséquences importantes sur la qualité de vie d’un client, limiter les conditions dans lesquelles il peut travailler et accroître son risque de décès[3].

Comment pouvez-vous aider?

Si vous ne l’avez pas déjà fait, demandez aux clients de vous parler de la santé des membres de leur famille. S’il y a des antécédents de diabète, les probabilités qu’ils en soient également atteints sont élevées. Il convient de discuter d’assurance santé et de son importance dans un plan global avant qu’un diagnostic soit posé. Accordez une attention particulière aux clients qui sont travailleurs contractuels ou autonomes : leur fardeau financier est généralement plus important et ils sont plus vulnérables en cas de perte de revenu.

Bien qu’il s’agisse d’un sujet délicat, la planification des dépenses liées aux soins de santé est aussi importante que la souscription d’une assurance habitation ou l’épargne en vue de la retraite. Vous pouvez aider les clients à protéger leur épargne-retraite et à se prémunir contre les difficultés liées au diabète et aux maladies en leur offrant, au moyen d’une assurance santé personnelle, une couverture abordable pour leurs dépenses quotidiennes en soins de santé ainsi que les urgences médicales imprévues.

Statistiques à l’appui

L’Indice de mieux-être des Canadiens Sun Life 2014 met en lumière les faits suivants :
• 1 personne sur 6 croit qu’elle n’aura rien à payer pour avoir accès au programme universel de soins de santé à la retraite.
• 44 % des répondants ont un problème de santé pour lequel ils sont traités (hypertension artérielle, cholestérol, diabète, troubles de la thyroïde, problèmes de santé mentale, etc.).
• 60 % des gens craignent qu’il y ait des compressions gouvernementales dans les soins de santé lorsqu’ils seront à la retraite.
• 56 % des Canadiens ne savent pas quels sont les frais médicaux qui sont couverts par l’État ou qui continueront de l’être à leur retraite.
• Seulement 22 % des répondants ont épargné en prévision des frais supplémentaires qu’ils devront assumer à la retraite pour des soins de santé liés à une maladie chronique.
• 42 % ont éprouvé des difficultés financières découlant d’un problème de santé.

Références utiles pour vos clients :
Renseignements généraux sur le diabète
Êtes-vous à risque?
Un tsunami économique – le coût du diabète au Canada

 



[1] http://www.preventiondiabete.ca/mythes-et-statistiques
[2] Source – ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario
[3] http://www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/publications/diabetes-diabete/facts-figures-faits-chiffres-2011/index-eng.php
[4] Millar WJ, Young TK. Tracking diabetes: Prevalence, incidence and risk factors. Rapports sur la santé (Statistique Canada, Catalogue 82-003) 2003;14(3):35-47

Loading comments, please wait.