A A A
Épargne

Les dettes personnelles compromettent les plans de retraite

1er avril 2016 | Soumis par la Financière Sun Life | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Présenté par :

RRC_Sunlife_Avril_2016_Dettes_Personnelles_425Visionnez la vidéo « Planification de la retraite : conversations sur les dettes » et l’article complet ci‑dessous.

Pour bien des gens d’ici, l’épargne-retraite n’est pas une priorité. En fait, 34 % d’entre eux considèrent la réduction de leurs dettes comme leur principale priorité financière[1]. Le niveau d’endettement au pays atteint un nouveau sommet alors que nous vivons constamment au-dessus de nos moyens. D’ailleurs, les personnes endettées ont de la difficulté à épargner (p. ex. en vue de la retraite).

Quel est le niveau d’endettement actuel? Examinons certaines statistiques clés[2].

  • Fin 2015, l’endettement par carte de crédit au pays s’élevait à 574 milliards de dollars, soit 55 milliards de plus qu’en 2014.
  • Un ménage moyen a, en moyenne, 1,65 dollar de dette pour chaque dollar de revenu disponible.
  • Il s’agit du ratio d’endettement le plus élevé jamais enregistré au pays.

Ceux qui bâtissent pour l’avenir : Les personnes en début de carrière et les familles ayant de jeunes enfants.

Ceux qui se préparent pour la retraite : Les personnes qui prendront leur retraite d’ici 10 à 15 ans.

Lorsque nous analysons les données démographiques, nous pouvons constater que les clients de tous les âges ont des dettes :

Ceux qui bâtissent pour l’avenir ont le niveau d’endettement le plus élevé, en particulier ceux qui ont des enfants. Au Canada, les couples qui ont des enfants sont responsables de la moitié de l’endettement des ménages, avec une dette moyenne de 144 600 $[3]. Les ménages québécois dont le principal soutien économique est âgé de moins de 35 ans présentent typiquement les plus forts ratios d’endettement avec une dette de 32 $ pour chaque 100 $ d’actifs en 2012, une situation financière similaire à celle observée en 1999 et 2005[4]. De plus, 38 % des parents ont déclaré qu’eux-mêmes (ou une personne qu’ils connaissent) avaient utilisé leur carte de crédit ou leur marge de crédit, ou qu’ils avaient obtenu un prêt personnel ou de famille, pour inscrire leur enfant à une activité parascolaire[5].

Ceux qui se préparent pour la retraite ou qui sont à la retraite – Selon Statistique Canada, 70,3 % des personnes âgées de 55 à 64 ans sont endettées, et 42,5 % de celles qui ont 65 ans ou plus le sont toujours, ce qui représente une augmentation de 55 % depuis 1999. Cela signifie que près de la moitié des gens auront encore des dettes lorsqu’ils prendront leur retraite[6]. De plus, 10 % des personnes qui ont déclaré faillite en 2014 étaient âgées de 65 ans ou plus. Ce qui représente une augmentation de 20,5 % par rapport à 2010[7].

Examinons l’impact de l’endettement sur les clients à chaque étape de leur vie pour déterminer de quelle façon vous pouvez aborder ce sujet avec eux et les aider à se préparer en vue de leur retraite.

Bâtir pour l’avenir
Lourdement endettés, les clients qui bâtissent pour l’avenir sont peu enclins à réfléchir ou à discuter d’épargne-retraite. Il est toutefois préférable d’aborder le niveau d’endettement des clients le plus rapidement possible afin de les guider dans la bonne direction. Cela semble simple, mais c’est pourtant vrai : plus on commence tôt à épargner, plus on a le temps de constituer un capital de retraite.

Voyons des exemples de petits changements apportés aux habitudes de consommation qui peuvent avoir un grand impact au fil du temps :

  • En faisant leur propre café, les clients pourraient épargner 5 $ par jour ouvrable, soit un total de 88 471 $ sur 30 ans.
  • En apportant leur repas, ils pourraient épargner 10 $ par jour ouvrable, soit un total de 176 941 $ sur 30 ans.
  • En faisant les deux, ils pourraient épargner 256 412 $ sur 30 ans[8].

Votre rôle : À cette étape, il est important de comprendre les habitudes de consommation des clients et de leur présenter des occasions de croissance afin de leur permettre d’atteindre leurs objectifs. Expliquez-leur l’impact de leur niveau d’endettement sur leur capacité à planifier et à épargner en vue de leur retraite et prévenez-les qu’ils pourraient rater l’occasion de tirer parti des intérêts composés. De plus, le décès prématuré du principal soutien de famille pourrait compromettre la capacité de rembourser les dettes.

Voici quelques questions à poser aux clients qui bâtissent pour l’avenir :

  • Quel est votre niveau d’endettement?
  • Avez-vous un plan qui vous permettra de maintenir votre style de vie sans vous endetter?
  • Investissez-vous vos fonds « supplémentaires » afin de couvrir vos dépenses futures?
  • Êtes-vous le principal soutien de votre famille? Si vous tombez malade ou si vous décédez prématurément, votre famille pourrait-elle continuer à profiter du même style de vie sans votre revenu ou serait-elle en mesure de rembourser ses dettes au moyen d’un seul revenu?

Se préparer pour la retraite
Si les clients ne discutent pas de leur niveau d’endettement ni de leurs besoins avant de prendre leur retraite, ils pourraient ne pas parvenir à mettre de côté suffisamment d’argent pour prendre leur retraite en toute confiance. S’ils ont encore des dettes à leur retraite (alors qu’ils ne génèrent aucun revenu), ils devront utiliser leur épargne pour les rembourser.

Sachant que les gens ont en moyenne 316 000 $ en épargne-retraite et qu’ils pourraient vivre 30 ans (ou plus, puisque les Canadiens vivent plus longtemps) à la retraite, un client tirerait de son épargne un revenu de retraite de l’ordre de 10 500 $ par année. Pourtant, la règle d’or veut qu’à sa retraite, un client puisse disposer d’un revenu de 70 % de son salaire. Par exemple, une personne qui gagne 70 000 $ par année aura besoin de 49 000 $ par année à la retraite. Il existe un écart de près de 39 000 $ entre le revenu annuel provenant de l’épargne et le revenu dont elle aura besoin. Comment parviendra-t-elle à épargner suffisamment en plus de rembourser ses dettes?

Votre rôle : À cette étape, certains clients ont besoin que vous les aidiez à déterminer leurs priorités actuelles et futures, ainsi que les compromis nécessaires pour atteindre leurs objectifs. Il est également essentiel d’établir un plan pour le remboursement de leurs dettes afin d’éviter qu’ils n’épuisent leur épargne-retraite de leur vivant. Lorsque leurs enfants quitteront la maison ou qu’ils auront remboursé leur prêt hypothécaire, ils disposeront de fonds supplémentaires qui leur permettront de rembourser leurs dettes plus rapidement. Ils doivent tirer le meilleur parti de leur revenu avant de prendre leur retraite.

Voici quelques questions à poser aux clients qui se préparent pour la retraite :

  • Quand voulez-vous prendre votre retraite?
  • Quel est votre niveau d’endettement?
  • Avez-vous des enfants adultes qui quitteront bientôt la maison? Quelle fraction de votre prêt hypothécaire vous reste-t-il à rembourser?
  • Protégez-vous votre style de vie en cas de maladie?
  • Avez-vous discuté de votre vision de la retraite avec votre partenaire? 

À la retraite

Certains seront surpris d’apprendre que plusieurs retraités canadiens sont acculés à la faillite. Il est également alarmant de constater que de nombreux retraités ont encore un prêt hypothécaire. Environ 35 % des propriétaires âgés de 65 ans ou plus ont un prêt hypothécaire. En moyenne, le rapport prêt-valeur est de 33 %[9]. Advenant une hausse des taux d’intérêt, leur épargne-retraite sera exposée à des risques plus élevés, au moment où ils ne seront pas en mesure de faire des paiements plus importants. Être aux prises avec des dettes à la retraite aura assurément un impact sur les dépenses discrétionnaires liées à leur style de vie, leur capacité à investir pour favoriser la croissance, le niveau de soins qu’ils recevront ainsi que sur l’héritage qu’ils laisseront à leurs proches. Ceux qui souhaitent laisser un héritage pourraient ne pas atteindre leur objectif si leur épargne et leur actif sont épuisés après le remboursement de leurs dettes.

Votre rôle : À cette étape, les clients profitent de leur retraite grâce à leur épargne. Vous pouvez les aider à cerner leurs besoins en ce qui concerne le remboursement de leurs dettes, leurs dépenses ainsi que leurs placements. Les dettes d’une personne peuvent inclure un prêt hypothécaire, des soldes de cartes de crédit, un prêt automobile, ou encore des marges de crédit. Leurs dettes auront un impact sur leur revenu de retraite et sur l’héritage qu’ils souhaitent peut-être laisser à leurs proches. Les créanciers tenteront de se faire payer à même la succession avant que les bénéficiaires y aient accès. Cela pourrait réduire de façon importante la valeur de la succession pour les bénéficiaires – ou même l’épuiser complètement.

Voici quelques questions à poser aux clients qui sont à la retraite :

  • Maintenant que vous avez pris votre retraite, quels sont vos projets? Ces derniers ont-ils changé?
  • Avez-vous des dettes (prêt hypothécaire, solde de cartes de crédit, prêt automobile, marges de crédit, etc.)?
  • Avez-vous établi un plan afin de faire en sorte que votre épargne ne s’épuise pas durant votre retraite?
  • Quels sont vos objectifs en matière d’héritage?

Vous jouez un rôle essentiel en tant que conseiller. Les ménages qui bénéficient de conseils épargnent deux fois plus que ceux qui n’en obtiennent pas[10]. De plus, 86 % des Canadiens estiment que les conseils fournis par leur conseiller jouent un rôle essentiel dans l’atteinte de leurs principaux objectifs financiers[11]. Imaginez l’impact que vous pourriez avoir sur ceux qui sont plus préoccupés par le remboursement de leurs dettes que par l’épargne-retraite.

RESSOURCES QUI CONSTITUENT UN BON POINT DE DÉPART

Mon argent pour la vie, l’approche personnalisée de la Financière Sun Life pour la planification de la vie financière et de la retraite*, vise à aider les clients à gérer les risques et à établir un plan en fonction de leurs besoins. Pour en savoir plus au sujet de Mon argent pour la vie, visitez le site Web sunlife.ca/monargentpourlavieconseiller.

* Seuls les conseillers qui détiennent le titre de planificateur financier au Québec (Pl. Fin.) ou, en dehors du Québec, de planificateur financier agréé (CFP), de conseiller financier agréé (CH.F.C.) ou un titre équivalent sont habilités à porter le titre de planificateur financier.



[1] Rapport sur la retraite aujourd’hui Sun Life 2016.
[2] Statistique Canada. Comptes du bilan national et des flux financiers, quatrième trimestre de 2015.
[3] Statistique Canada. L’endettement des ménages au Canada (source : CHAWLA, Raj K. et Sharanjit UPPAL. L’emploi et le revenu en perspective, no 75-001-X, catalogue de Statistique Canada, 23 mars 2012).
[4] Institut de la statistique du Québec, L’endettement des familles québécoises: une comparaison Québec, Ontario, Canada, par Marc-André Gauthier, février 2015
[5] Plan fiduciaire canadien de bourses d’études. Des parents canadiens sont prêts à s’endetter pour donner à un enfant la possibilité de jouer au hockey, novembre 2013.
[6] Statistique Canada. Étude : Les variations dans les dettes et les actifs des familles canadiennes, 1999 à 2012, publiée en avril 2015.
[7] Bureau du surintendant des faillites Canada, 2014.
[8] simplementbrillant.ca, Petits gestes, grands projets : épargner un peu pourrait signifier beaucoup (infographie), octobre 2014.
[9] Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités, 2014.
[10] Ipsos Reid. Canadian Financial Monitor, analyse réalisée pour l’Institut des fonds d’investissement du Canada.
[11] Institut des fonds d’investissement du Canada. Document de recherche du CIRANO : Nouveaux éléments attestant la valeur du conseil financier, par Jon Cockerline, Ph. D., novembre 2012.

Loading comments, please wait.