A A A
Épargne

Les investisseurs se montrent pessimistes quant à l’économie, mais plus optimistes à l’égard de leurs finances personnelles

1er octobre 2015 | Soumis par la Financière Sun Life | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Présenté par :

Quand il s’agit d’investir, les gens d’ici peuvent être très prudents. Même s’ils ont une opinion négative sur l’économie du pays, ils restent concentrés sur le marché intérieur avec des placements conservateurs.

Le premier Rapport sur la confiance des investisseurs (d’après un sondage mené auprès de 1 502 Canadiens ayant au moins 25 000 $ d’actifs à placer) démontre que les répondants sont assez pessimistes au sujet de l’économie canadienne. Près de 70 % ont une opinion neutre ou négative sur l’économie canadienne pour les cinq prochaines années. Toutefois, les investisseurs se montrent plus optimistes à l’égard de leurs finances personnelles pour les cinq prochaines années. Plus de la moitié (52 %) ont une vision très optimiste (14 %) ou relativement optimiste (38 %) de leur avenir financier.

En ce qui concerne les perspectives pour les cinq prochaines années, quelques différences apparaissent selon les régions. Quatre habitants sur dix (42 %) des provinces de l’Atlantique sont relativement pessimistes à l’égard des perspectives des cinq prochaines années, contre 32 % des Québécois, 33 % des Albertains et 30 % des Manitobains et des Saskatchewanais. Les investisseurs se montrent plus optimistes à l’égard de leurs finances personnelles pour les cinq prochaines années. Plus de la moitié (52 %) ont une vision très optimiste (14 %) ou relativement optimiste (38 %) de leur avenir financier. Environ le quart des investisseurs (26 %) sont neutres, tandis que 18 % d’entre eux sont relativement pessimistes et que 4 % sont très pessimistes.

LES PORTEFEUILLES DE PLACEMENTS NE SONT PAS TOUJOURS LE REFLET DE LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS

Nous avons demandé aux investisseurs de nous préciser la répartition de leurs actifs, qu’il s’agisse de leur épargne personnelle ou des régimes de retraite offerts par leur employeur. Même s’il est important de se souvenir que les répartitions individuelles reflètent la situation personnelle de l’investisseur, quelques chiffres sont significatifs. Les personnes sondées rapportent détenir une moyenne de 25 % de leur portefeuille en liquidités. En moyenne, le reste de la répartition correspond à :

  • 34 % en actions et en fonds communs d’actions canadiennes;
  • 13 % en obligations et en fonds communs d’obligations canadiennes;
  • 12 % en actions, en obligations et en fonds communs de placement étrangers;
  • 5 % en fonds négociés en bourse;
  • 11 % dans d’autres catégories.

Même si des réserves plus élevées en liquidités sont certainement une conséquence de la crise financière, il est important d’en parler avec vos clients pour savoir si une répartition aussi importante convient à leur situation personnelle.

PRISE EN COMPTE DES MARCHÉS MONDIAUX DANS LA RÉPARTITION

Il peut être pertinent d’aider les clients à comprendre les avantages d’investir à l’échelle mondiale. En effet, plus de la moitié (57 %) des sondés ont répondu qu’ils n’envisageraient pas d’investir davantage dans des actifs étrangers l’année prochaine et 26 % ne le savaient pas ou n’en étaient pas certains.

Parmi ceux qui ne souhaitent pas investir davantage sur les marchés mondiaux, 39 % affirment qu’ils préfèrent conserver leurs placements en dollars canadiens. Près du tiers des répondants (32 %) croient que l’économie mondiale est fragile, 20 % jugent les placements étrangers trop risqués, 13 % estiment qu’il est trop difficile d’effectuer des recherches sur ces occasions de placement et 10 % indiquent que leur conseiller ne les recommande pas.

Même si la diversification en dehors du pays est bien connue, les investisseurs semblent avoir besoin de conseils pour éviter une tendance à trop y investir. Les clients peuvent bénéficier de votre opinion et de vos conseils avisés dans l’établissement d’un plan de retraite diversifié et conforme à leur tolérance au risque et à leur horizon de placement.

Le Rapport sur la confiance des investisseurs 2015 est fondé sur les résultats d’un sondage Ipsos Reid mené entre le 20 juillet et le 8 août 2015 auprès de 1 502 Canadiens âgés de 25 à 80 ans. Ce sondage a été réalisé au moyen du panel en ligne canadien d’Ipsos Reid.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques