A A A
Épargne

Un Canadien sur trois prend sa retraite avec des dettes

1er avril 2013 | Soumis par la Financière Sun Life

  • envoyer
  • imprimer
Présenté par :

Qu’ont en commun le fait de jouer avec ses petits-enfants et de payer un prêt hypothécaire? Pour un nombre croissant de Canadiens, ce sont là deux choses qu’ils feront à leur retraite.
Des données récentes de Statistique Canada confirment que 34 % des personnes retraitées (55 ans et plus) ont des dettes. Pour 20 % d’entre eux, ces dettes sont entièrement attribuables à un prêt hypothécaire. Pour 57 % de ce même groupe, les dettes sont liées aux dépenses de consommation. Et pour les 23 % qui restent, les dettes sont le résultat combiné d’un prêt hypothécaire et de dépenses de consommation.
Les sommes en cause sont plus dérangeantes encore. En effet, dans ce groupe :

  • 32 % doivent entre 5 000 $ et 24 999 $,
  • 26 % doivent entre 25 000 $ et 99 999 $, et
  • 17 % doivent 100 000 $ ou plus.

La dette moyenne est d’un peu plus de 60 000 $. Ajoutez à cela le fait que bon nombre de retraités vivent avec un revenu limité, qui doit couvrir à la fois leurs besoins de base, leurs dépenses de soins de santé et leurs dépenses liées au style de vie pendant peut-être 30 ans ou plus, et le remboursement des dettes devient terriblement difficile. Au lieu de profiter des jours ensoleillés sur un terrain de golf ou à sillonner le pays, ils auront peut-être à se démener pour joindre les deux bouts.
Comme conseiller, votre connaissance de cette nouvelle tendance et des façons d’aborder le problème est importante. Certains Canadiens reporteront leur retraite. D’autres devront peut-être revoir leurs plans pour la retraite. Cependant, le dénominateur commun pour ces retraités sera le besoin de conseils financiers judicieux afin de tirer le meilleur parti de leur argent durement gagné.
Retraite retardée – Selon l’Indice canadien de report de la retraite Financière Sun Life 2013, seulement 27 % des Canadiens âgés entre 30 et 66 ans s’attendent à être à la retraite à 66 ans (comparativement à 51 % en 2008). Les trois principales raisons données dans ce sondage ont toutes trait aux finances.

  • 25 % disent vouloir gagner suffisamment d’argent pour couvrir leurs dépenses de base.
  • 21 % disent vouloir gagner suffisamment d’argent pour bien vivre.
  • 16 % croient que les prestations de l’État ne leur suffiront pas pour vivre décemment.

Peu importe la raison, nombreux sont ceux qui apprécieront des solutions efficaces de produits et de stratégies de placement pour optimiser leur revenu. Et c’est là que vous entrez en scène.
Conversations franches – Savoir, c’est pouvoir. Parlez à vos clients de retraite et d’endettement. Pour ceux qui approchent de la retraite ou qui y sont et qui doivent de l’argent, cela peut vouloir dire une mise à jour de leurs plans pour s’occuper du remboursement de leurs dettes. Pour les clients plus jeunes, la conscience de cette réalité croissante et des effets possibles sur leurs rêves de retraite sera la première étape pour leur éviter de tomber dans le piège. En aidant les Canadiens à établir des plans qui encouragent l’épargne, la protection de leur avoir et la sécurité financière à toutes les étapes de la vie, vous les aiderez à prendre leur retraite en toute confiance… et sans dette.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques