A A A
Épargne

Et si la retraite devait commencer plus tôt que prévu?

2 juin 2014 | Soumis par la Financière Sun Life | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Présenté par :


Connaissez-vous quelqu’un qui a pris sa retraite plus tôt que prévu – pas par choix, mais en raison de circonstances particulières?

Selon une étude de Statistique Canada, le quart des travailleurs qui prennent leur retraite le font malgré eux, que ce soit en raison d’une perte emploi, de problèmes de santé ou encore, pour s’occuper d’un proche. En 2009, les retraites involontaires avaient fait diminuer la durée anticipée de vie en emploi (le nombre d’années restant avant la retraite pour un travailleur de 50 ans) de près de deux années[1].

Aujourd’hui, les circonstances particulières peuvent facilement dicter l’âge du passage à la retraite. Les derniers résultats de l’Indice canadien de report de la retraite Financière Sun Life révèlent que 28 % des Canadiens prévoyaient être définitivement à la retraite à 66 ans, alors que 27 % et 29 % s’attendaient respectivement à travailler à temps plein ou à temps partiel à cet âge. Soixante-cinq pour cent des gens qui envisageaient de travailler jusqu’à 66 ans ont déclaré qu’ils le feraient par obligation[2].

Prendre sa retraite plus tôt que prévu peut entraîner des répercussions financières. Ceux qui ont épargné pour un moins grand nombre d’années pourraient subir des conséquences sur le plan financier, notamment en ce qui a trait aux prestations versées par les régimes de l’État et les régimes de retraite de leur employeur, selon l’âge qu’ils auront au moment où ils commenceront à les toucher. Ils devront aussi payer des dépenses pendant plus d’années une fois à la retraite.

Ces années de dépenses pourraient s’étaler sur une longue période, étant donné les prévisions actuelles sur l’espérance de vie. Selon Statistique Canada, l’espérance de vie à la naissance est d’un peu plus de 83 ans pour les femmes et de près de 79 ans pour les hommes. Et après 65 ans, l’espérance de vie passe à près de 87 ans pour les femmes et à 84 ans pour les hommes[3]. Vivre plus longtemps signifie que les Canadiens passeront beaucoup plus d’années à la retraite que la génération précédente. À bien des égards, ce sont de bonnes nouvelles, puisqu’ils auront plus de temps pour profiter d’une retraite bien méritée. Toutefois, les gens ne sont pas tous bien préparés pour une retraite qui pourrait durer 20, 30 ou même 40 ans.

Une étude menée par la LIMRA en 2012 révèle que, dans le cadre de la planification de leur retraite, environ 4 préretraités sur 10 n’avaient pas émis d’hypothèse quant à l’âge jusqu’auquel ils vivraient[4]. Si les clients ont sous-estimé leur longévité ou qu’ils n’en ont pas tenu compte dans leur planification, cela pourrait avoir un effet négatif sur leur style de vie à la retraite et augmenter le risque d’épuiser leur épargne de leur vivant, surtout s’ils prennent leur retraite plus tôt que prévu. Les femmes sont particulièrement vulnérables, puisqu’elles prennent généralement leur retraite plus tôt et qu’elles vivent plus longtemps : selon Statistique Canada, l’âge moyen pour le départ à la retraite en 2013 était de 62,3 ans pour les femmes, comparativement à 63,7 pour les hommes[5].

Personne ne veut épuiser son épargne de son vivant. Pourtant, le risque est bien réel si les clients n’ont pas planifié en prévision du nombre d’années que durera leur retraite, particulièrement si elle commence plus tôt que prévu. En tant que conseiller, vous pouvez sensibiliser vos clients à cette réalité. Lorsque vous parlerez avec eux au sujet de leurs objectifs de retraite, vous pourriez par la même occasion leur faire voir qu’il n’est pas toujours possible de reporter sa retraite et qu’ils doivent prendre en compte cette possibilité. Vous pourriez aussi déterminer si leur plan de retraite prend en compte l’espérance de vie actuelle et s’ils ont mis de l’avant les moyens de prendre une longue retraite.

Comme les Canadiens vivent plus longtemps qu’avant, pensez à ajuster les projections de l’âge lorsque vous abordez la planification de la retraite avec vos clients. Apprenez-en davantage sur les risques liés à la longévité dans le blogue de Rocco Taglioni. Vous pouvez aussi utiliser le nouvel Outil d’aperçus du risque de longévité pour offrir à vos clients un aperçu personnalisé de leur espérance de vie, les aider à comprendre pendant combien d’années de plus ils seront à la retraite et leur proposer des solutions de revenu de retraite.

 


 

[1] Carrière, Yves et Diane Galarneau. «Combien d’années avant la retraite?», Regards sur la société canadienne, Statistique Canada, no 75-006-X au catalogue, décembre 2012.
[2] Indice canadien de report de la retraite Sun Life 2014.
[3] Statistique Canada. Tableau 102-0512 – Espérance de vie, à la naissance et à 65 ans, selon le sexe, Canada, provinces et territoires annuel (années), base de documents CANSIM (Date de modification : 2012-05-30).
[4] Étude de la LIMRA, Ready, Set, Retire, 2012.
[5] Statistique Canada. Tableau 282-0051 – Enquête sur la population active (EPA), estimations de l’âge de la retraite selon la catégorie de travailleur et le sexe annuel (années), base de documents CANSIM (Date de modification : 2014-01-09).

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques