A A A
Épargne

Le rôle des fonds communs de placement dans la planification de la retraite.

11 novembre 2013 | Soumis par la Financière Sun Life | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Présenté par :

Cet article a été rédigé par la Financière Sun Life. Les points de vue qui y figurent ne reflètent pas nécessairement ceux des Éditions Rogers.


 

Depuis la crise financière de 2008, certains clients se montrent craintifs et hésitants face aux placements liés aux marchés. Bien sûr, ces placements offrent de bonnes occasions de croissance, mais non sans risque. Dans un climat économique encore volatil, n’est-il pas préférable de s’orienter vers des produits garantis ? Notamment, lorsqu’il s’agit d’un revenu de retraite?

L’avis d’Amélie Laferrière, directrice, Placements mondiaux Sun Life (Canada) Inc. et de Daniel Dussault, conseiller en placement et planificateur financier de la Financière Banque Nationale, sur le rôle des fonds communs de placement dans la planification de la retraite. Voici ce qu’ils en pensent :

Amélie Laferrière :

La transition vers la retraite constitue une étape majeure dans la planification financière. En effet, la stratégie déployée durant la phase d’accumulation ne sera pas la même que durant la phase de décaissement et certains produits conviennent davantage à cette phase.

Bien sûr, le choix de la combinaison de produits sera fonction tout d’abord des besoins uniques de chaque client et, ensuite, des coûts associés à ces produits. Bien que les produits de revenus garantis devraient occuper une place dans le portefeuille de retraite pour subvenir aux frais de subsistance, une partie des actifs devrait toutefois conserver un potentiel de croissance intéressant afin de permettre au client de vivre sa retraite selon le style de vie auquel il aspire. De plus, considérant qu’un client pourrait être à la retraite 30 ans, voire plus, il devra prendre certains risques afin que ses actifs puissent croître suffisamment pour contrer les effets négatifs de l’inflation sur son pouvoir d’achat.

Les fonds communs de placement, plus flexibles, sont l’instrument de choix pour atteindre ces deux objectifs. Par exemple, si, une année, le portefeuille d’un client offre un bon rendement, celui-ci pourra se permettre un voyage ou une ronde de golf supplémentaire. Si, par contre, le portefeuille affiche un rendement négatif, le client devra faire ses choix en conséquence.

Une attention particulière doit également être portée sur le plan du risque associé aux fonds communs de placement choisis, l’impact d’une série de rendements négatifs au moment du décaissement pouvant être désastreux pour le portefeuille du client. Lors du décaissement, il est donc essentiel de choisir un profil de volatilité très faible.

Pour contrer ce risque lié aux rendements des marchés, Placements mondiaux Sun Life (Canada) Inc. propose des solutions gagnantes qui mettent l’accent sur la gestion du risque et la préservation du capital par l’entremise, entre autres, des Portefeuilles gérés Granite ou des fonds offerts par la MFS.


 

Daniel Dussault :

Au moment de la planification de la retraite, nous devons prendre en considération les cinq risques suivants : le temps, l’inflation, les soins de santé, la cadence des retraits et la répartition d’actifs.

Nous savons déjà que nous n’avons pas d’influence sur le temps et les soins de santé. Nous pouvons avoir une certaine influence sur les trois autres risques.

Sélectionner des titres canadiens peut être facile. La sélection de titres étrangers peut s’avérer beaucoup plus difficile. Les fonds communs de placements offrent une solution à cet égard.

Les fonds communs de placement ont beaucoup d’avantages :

  • Ils offrent une diversification instantanée;
  • Ils permettent l’accès à des gestionnaires chevronnés;
  • Ils sont liquides;
  • Ils facilitent la planification;
  • Ils facilitent l’investissement périodique.

De plus, les fonds constitués en société permettent d’éviter en tout ou en partie la récupération de la pension de la sécurité de la vieillesse.

Les produits garantis, comme les CPG, ne permettent pas toujours d’avoir des rendements réels positifs. En effet, l’inflation et les impôts amènent parfois le rendement en territoire négatif. Or, les fonds communs de placement permettent de s’éloigner des rendements réels négatifs. La diversification qu’ils proposent et la qualité de certains gestionnaires offrent une meilleure probabilité de rendements réels positifs.

Souvent les clients ne veulent pas investir dans les fonds communs de placement à cause de leur volatilité. Nous savons que le rendement des fonds communs de placement n’est pas toujours positif. Toutefois la volatilité devrait devenir notre alliée. La volatilité n’est pas une perte permanente de capital. Elle est plutôt une occasion d’investir, de revoir la répartition d’actifs et de revoir les objectifs. La volatilité est une anomalie à court terme dans une planification de la retraite à long terme.

La gestion du patrimoine pour la retraite au moyen des fonds communs de placement n’est pas un chemin toujours clément, droit et fraîchement pavé. Il est plutôt parsemé d’embûches, de revirements, de bas et de hauts sans oublier les inévitables nids-de-poule. Les placements en fonds communs de placement peuvent être mis à l’épreuve, mais si nous pensons aux résultats passés, la patience est récompensée.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques