A A A
Argent

Sujets d’actualité – Pertinence et avenir des rentes de retraite

2 mai 2013

  • envoyer
  • imprimer


Introduction

La plupart des produits financiers ne sont assortis d’aucune garantie, mais il en va autrement des rentes. Elles procurent un revenu viager sûr et stable, et empêchent l’épuisement de l’actif du vivant du rentier. Et pourtant, devant la faiblesse actuelle des taux d’intérêt, bon nombre d’épargnants évitent ce produit. Nous avons demandé à deux conseillers de commenter pour nous l’énoncé suivant : « un revirement de tendance au chapitre des taux d’intérêt viendra changer la donne pour les rentes de retraite, et se produira bientôt ».

Lise Andreana, CFP, CPCA
Planificatrice de patrimoine et de succession
Continuum II Inc.

Si vous êtes un retraité ne bénéficiant pas d’un régime de retraite à prestations déterminées et que le régime public ne couvre pas vos coûts fixes, la rente viagère est un moyen intéressant de combler l’écart, même en période de faiblesse des taux d’intérêt. Comme les versements de la rente viagère ne sont pas fondés seulement sur les taux d’intérêt (ils comportent un facteur de mortalité), ils constituent une bonne solution pour les personnes âgées. La rente viagère donne aux retraités la stabilité du revenu qu’un portefeuille d’obligations ou de certificats de placement garanti (CPG) ne peut leur procurer. Elle est absolument garantie. Vous n’avez plus à y penser. Avec la disparition graduelle des régimes à prestations déterminées, je crois que les rentes joueront un rôle de plus en plus important.

Il faut tenir compte de la longévité dans la famille du client. C’est un facteur important parce que l’on place des capitaux pour que le client touche un revenu sa vie durant; or, les assureurs vie nous disent que la génération actuelle vivra en moyenne sept ans de plus que la précédente. Je dois aborder le sujet avec mes clients pour qu’ils saisissent mieux pendant combien de temps ils auront besoin d’un revenu. S’ils prévoient vieillir comme les membres de la famille Brontë, ces célèbres auteurs du 19e siècle qui sont tous décédés dans la cinquantaine, la rente n’aura pas un grand rôle à jouer!

Je ne suis pas économiste, mais je pense que les taux d’intérêt vont finir par augmenter, et il faut en tenir compte quand on recommande une rente à un client susceptible de vivre très longtemps. Quand les taux d’intérêt augmentent, l’inflation augmente aussi et les retraités en subissent les conséquences. La rente variable (par rapport à la rente traditionnelle) s’adresse à l’épargnant qui souhaite laisser de l’argent à ses proches, qui craint l’inflation et qui ne tolère pas le risque.

Par ailleurs, aucun régime de revenu de retraite ne devrait comporter qu’un seul produit. Ce sont des instruments comportant différents types de produits, choisis selon les besoins. Il est donc important pour les épargnants de travailler avec un planificateur financier agréé, capable d’évaluer leurs objectifs, leurs revenus et leurs dépenses, et d’élaborer un plan en fonction de la situation. Il n’existe pas de solution unique. Les plans sont différents pour chacun des clients.

Clay Gillespie, B.A.A., CFP, CIM
Conseiller financier et gestionnaire de portefeuille
Directeur général
Rogers Group Financial

Tout le monde pense que la rente est un instrument axé uniquement sur les taux d’intérêt – ce qui n’est pas toujours vrai. Plus vous attendez pour souscrire une rente, moins grande sera la possibilité que le versement soit calculé en fonction d’un taux d’intérêt plutôt que sur les statistiques de mortalité. Nous croyons qu’il est mathématiquement avantageux de constituer une rente viagère avec des fonds enregistrés lorsque le rentier a environ 77 ans. À cet âge, le taux d’intérêt n’est pas nécessairement pertinent et les avantages de la mise en commun du risque au moyen de la rente viagère sont accrus. En fait, ce que craignent les clients, c’est d’épuiser leur épargne, et la rente prévient justement ce genre de situation.

J’utilise moins souvent la rente dans le cas des placements non enregistrés, mais elle peut se révéler utile en raison des dispositions fiscales dont elle fait l’objet en vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu. Si le client détient des CPG et qu’il retire du capital, il paiera beaucoup d’impôt les premières années, et moins les dernières années. Grâce au traitement fiscal de la rente, il paiera beaucoup moins d’impôt les premières années. Il en paiera davantage par la suite, mais le report d’impôt est avantageux.

Autre stratégie : un couple de septuagénaires peut souscrire une rente viagère sur une seule tête, qui expire au décès de l’un des conjoints, et une assurance vie qui remplace le capital nécessaire au conjoint survivant. Prenons comme exemple une rente de 100 000 $ non assortie d’une garantie et une police d’assurance vie de 100 000 $. Le couple toucherait des versements beaucoup plus élevés de la rente, parce que celle-ci n’a aucune période de garantie et qu’elle fait l’objet d’un traitement fiscal avantageux. Cette combinaison procurerait au couple un rendement de 5,5 % à 6 % net d’impôt.

Lorsque les taux d’intérêt augmenteront, cette situation aura simplement pour conséquence de repousser l’âge auquel il sera logique de constituer la rente au moyen des placements enregistrés, et rendra l’utilisation d’une rente un peu plus attrayante dans le cas des placements non enregistrés. Je crois que la rente est déjà un choix judicieux. Je n’ai jamais compris ce qui pose problème avec les régimes à prestations déterminées et les régimes à cotisations déterminées. À la retraite, rien ne nous empêche de souscrire nous-mêmes un régime à prestations déterminées : une rente viagère, c’est comme une pension de retraite. C’est un peu comme le Rodney Dangerfield des placements – un éternel incompris qui peut résoudre bien des problèmes.

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000