A A A
Blogue

Comparaison entre les membres de la génération X et les baby-boomers : pourquoi les différences démontrées sont-elles importantes pour vous?

8 juillet 2015 | Rocco Taglioni | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Rocco Taglioni, vice-président principal, distribution et marketing, assurance individuelle et gestion de patrimoine, Financière Sun Life Canada*

Dans cet article, le deuxième d’une série de trois, Rocco Taglioni compare les membres de la génération X aux baby‑boomers et explique les raisons pour lesquelles la génération X a encore plus besoin de vos conseils que ses aînés.

Les membres de la génération X sont-ils si différents des baby‑boomers? Comparer ces deux générations peut vous être particulièrement utile pour élargir votre clientèle et prodiguer des conseils judicieux.

Les baby‑boomers semblent avoir vécu une existence tracée d’avance. Ils ont fini leurs études, ont entamé leur carrière, ont quitté la maison familiale, se sont mariés et ont eu des enfants, dans cet ordre. Les jeunes adultes d’aujourd’hui sont moins nombreux à emprunter ce parcours de vie. Et s’ils le font, c’est beaucoup plus tard que leurs parents[1]. Ainsi, l’âge moyen au premier mariage dans ce groupe ne cesse d’augmenter – 31 ans pour les hommes et 28 ans pour les femmes. Fonder une famille se fait aussi beaucoup plus tard. Au Canada, l’âge moyen des femmes au moment de la naissance d’un premier enfant est maintenant de 30 ans[2].

Priorités concurrentes

Les membres de la génération X, qui remboursent leur prêt hypothécaire, élèvent leurs enfants, progressent sur le plan professionnel, commencent à réfléchir à leur retraite et évoluent dans un monde très différent de celui de leurs parents :

  • Le coût du logement est plus élevé, comme en témoigne le prix moyen des maisons au Canada, qui avoisine le demi-million de dollars[3].
  • Il en coûte beaucoup plus cher d’envoyer ses enfants à l’université : en moyenne, les droits de scolarité pour une année d’études dans une université canadienne s’élèvent à 5 772 $[4].
  • Dans le secteur privé, on observe une diminution du nombre de régimes de retraite procurant un revenu garanti[5].
  • Leur espérance de vie étant plus longue que celle de leurs parents, ils auront besoin d’un revenu de retraite plus élevé[6].

Plus encore que les baby‑boomers, les membres de cette génération ont besoin d’être guidés pour réduire leur endettement, gérer leurs priorités financières concurrentes, économiser en vue de leur retraite et dresser un plan financier efficace.

Si vous examinez l’avoir net médian de ces groupes d’âge au Canada, vous constaterez que les membres de la génération X possèdent des actifs importants dont la valeur augmente constamment, et qu’ils ont besoin de vos conseils pour les gérer[7].

Avoir net médian par groupe d’âge au Canada

Âge du principal soutien de famille 2012 1999 Variation en % entre 1999 et 2012
35 à 44 ans (plus jeunes membres de la gén. X) 182 500 $ 124 800 $ + 46 %
45 à 54 ans (membres plus âgés de la gén. X et baby‑boomers plus jeunes) 378 300 $ 244 100 $ + 55 %
55 à 64 ans (baby‑boomers plus jeunes) 533 600 $ 354 200 $ + 50 %
65 ans et plus (baby‑boomers plus âgés) 460 700 $ 270 700 $ + 70 %

Un pourcentage élevé de membres de la génération X envisagent de tirer leur revenu de retraite de leurs propres économies. En outre, les gens de cette génération sont plus enclins que les baby‑boomers à compter sur les régimes de leur employeur pour financer leur retraite. Il est également intéressant de noter qu’un grand nombre d’entre eux s’attendent à ce que le gouvernement les aide à financer leur retraite[8].

Attentes Baby‑boomers plus âgés nés entre 1945 et 1954 Baby‑boomers plus jeunes nés entre 1955 et 1964 Membres de la génération X nés entre 1965 et 1979
Envisagent de financer leur retraite à même leurs économies et leurs placements, dans une certaine mesure 74 % 69 % 72 %
Envisagent de financer leur retraite à même les régimes de leur employeur, dans une certaine mesure 44 % 54 % 57 %
Envisagent de financer leur retraite à l’aide des prestations gouvernementales, dans une certaine mesure 84 % 78 % 71 %

Vous pouvez utiliser ces données pour expliquer à vos clients de la génération X l’importance d’établir le plus tôt possible un régime d’épargne. Demandez-leur s’ils ne laissent pas de l’argent sur la table en ne participant pas aux régimes avec complément patronal qui leur sont proposés au travail. Il est fort possible que ce soit le cas, car nos études indiquent que les sommes dont les Canadiens ne profitent pas en ne participant pas aux régimes de retraite d’entreprise et aux programmes de cotisations salariales avec complément patronal peuvent atteindre trois milliards de dollars[9]. Quant aux prestations gouvernementales, vous pouvez les aider à garder les pieds sur terre en leur montrant à combien s’élèvera leur rente du RRQ-RPC ou de la Sécurité de la vieillesse.

Les membres de la génération X accordent une plus grande priorité que leurs aînés au remboursement de leurs dettes, prêts hypothécaires compris, ainsi qu’à l’épargne en vue de l’achat d’une maison; mais ils se soucient peu d’épargner en vue de la retraite.

Priorités Baby‑boomers plus âgés nés entre 1945 et 1954 Baby‑boomers plus jeunes nés entre 1955 et 1964 Membres de la génération X nés entre 1965 et 1979
Classent en tête de leurs priorités financières le remboursement des prêts personnels, des cartes de crédit et des autres dettes 27 % 32 % 34 %
Indiquent que leur priorité absolue est le paiement de leurs frais de logement ou l’épargne en vue de l’achat d’une maison (prêts hypothécaires, mise de fonds, loyer, etc.) 9 % 17 % 27 %
Classent l’épargne-retraite parmi leurs priorités 20 % 19 % 14 %

Davantage de baby‑boomers auraient intérêt à disposer d’un plan financier en bonne et due forme, mais les membres de la génération X sont encore moins portés que leurs aînés à prendre des décisions cruciales dans ce domaine.

  • Ainsi, 29 % des baby‑boomers plus âgés et 24 % des baby‑boomers plus jeunes ont un plan financier établi par écrit, contre 19 % à peine des membres de la génération X[10].

Ces données indiquent que si les membres de la génération X sont aussi nombreux à rechercher de l’aide pour gérer leur endettement tout en négligeant d’économiser en vue de leur retraite, c’est peut-être parce qu’ils mesurent mal les conséquences qu’ils pourraient subir en ne cotisant pas dès maintenant à un régime d’épargne-retraite. Il leur faut également établir un plan qui les aidera à atteindre leurs objectifs. Le compte d’épargne libre d’impôt (CELI), par exemple, peut s’avérer un excellent point de départ pour eux.

En effet, les membres de la génération X qui commencent à cotiser à un CELI maintenant disposeront de beaucoup plus de temps que les baby‑boomers pour tirer parti de cet instrument d’épargne. Le gouvernement fédéral a d’ailleurs haussé le plafond de cotisation annuel pour ce compte, le faisant passer de 5 500 $ à 10 000 $. Pour un membre de la génération X, qui n’a jamais cotisé à un CELI depuis le lancement de ce produit en 2009, le montant total des droits de cotisation s’élèvera à plus de 40 000 $, en comptant le dépôt éventuel de 10 000 $ de l’année en cours[11]. Comme instrument d’épargne permettant d’atteindre des objectifs tant à court qu’à long terme, le CELI constitue une solution souple pour investir des fonds à l’abri de l’impôt, même en cas de gains ou de retraits.

Le CELI gagne également en popularité comme outil d’épargne-retraite. Il est possible que vos clients ne sachent pas que les retraits à même ce type de compte n’auront aucune incidence sur leurs prestations fédérales fondées sur le revenu, par exemple leur rente de la Sécurité de la vieillesse.

Sur le plan financier, les membres de la génération X partagent plusieurs des inquiétudes des baby‑boomers, mais dans de nombreux cas, ils ont davantage besoin de votre aide pour gérer leurs dettes, pour réussir à épargner en vue de leur retraite, plus particulièrement grâce à leurs placements personnels, et pour dresser un plan d’action qui leur permettra d’atteindre leurs objectifs financiers. Il existe une foule d’occasions de tisser des liens avec de nouveaux clients, surtout ceux issus de la génération X, en cernant notamment leurs objectifs financiers.

Une série d’articles sur la génération X pleine d’idées géniales

  • Si vous n’avez pas encore lu le premier article de cette série, vous pourriez en apprendre plus sur les attentes des membres de la génération x à l’égard d’un conseiller. Outre les domaines dans lesquels ces clients ont besoin de votre aide, un tableau vous indiquera comment les épauler efficacement.
  • Le dernier article de notre série sur la génération X examinera ce groupe afin de vous permettre de l’intégrer à votre clientèle potentielle et présentera des stratégies visant à entamer des conversations et à fournir des solutions.
  • Si vous avez des idées sur la façon d’aborder et d’aider efficacement les membres de la génération X ou tout autre groupe de clients, envoyez-nous un courriel ou parlez-en à un membre de l’équipe des ventes de la Financière Sun Life.

*Rocco Taglioni
Vice-président principal, distribution et marketing, assurance individuelle et gestion de patrimoine, Financière Sun Life Canada

Rocco Taglioni est vice-président principal, distribution et marketing, assurance individuelle et gestion de patrimoine à la Financière Sun Life Canada. Il est en charge de la section de la distribution aux intermédiaires, ce qui englobe l’élaboration et l’exécution de la stratégie liée aux solutions d’assurance et de gestion de patrimoine de l’Individuelle, de même que la stratégie de marketing de l’Individuelle.

Depuis qu’il est entré au service de la Sun Life en 2004, Rocco Taglioni a occupé divers postes de haute direction, notamment à l’Expansion commerciale des Garanties collectives, à la Gestion de patrimoine de l’Individuelle et, plus récemment, aux Solutions clients, où il a assumé les fonctions de vice-président principal, distribution directe. En outre, il a dirigé plusieurs groupes de travail stratégiques et équipes interdivisions, et a ainsi contribué à mettre en place et à mener à bien nombre d’initiatives importantes.

Rocco Taglioni compte plus de 30 années d’expérience en matière de leadership stratégique dans les secteurs de l’assurance et des placements. Il siège au conseil d’administration de l’Université McMaster, de Placements Financière Sun Life (Canada) inc., de Distribution Financière Sun Life (Canada) inc. et de Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc.



[1] Derek Miedema, <The trouble with Gen-X and Gen-Y families, Institut du mariage et de la famille Canada, septembre 2012.
[2] Recensement de 2011, Statistique Canada. En 2007, l’âge moyen des mères à la naissance de leur premier enfant est passé à 30 ans.
[3] Le prix moyen des habitations sur le marché national est de 437 135 $. Association canadienne de l’immeuble, 15 mai 2015.
[4] Pour 2013 et 2014, Statistique Canada, http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l02/cst01/educ50a-fra.htm.
[5] Janet McFarland, « Pension membership takes a heavy hit in private sector », Globe and Mail, 24 août 2012. Selon Statistique Canada, moins de trois millions de travailleurs canadiens du secteur privé ont un régime de retraite, ce qui représente une baisse de 2 points de pourcentage.
[6] Alicia Munnell, directrice du Center for Retirement Research de Boston : « Les membres de la génération X vont vivre plus longtemps que la génération actuelle de retraités et leur principale source de revenu sera plus modeste. »
[7] Chiffres relatifs à l’avoir net médian par groupe d’âge tirés de l’Enquête sur la sécurité financière de Statistique Canada, modifiés en février 2014.
[8] Les tableaux de statistiques ci-dessus comparant les baby‑boomers aux membres de la génération X sont tirés de l’indice canadien de report de la retraite Sun Life 2015.
[9] Barbara Shecter, « Canadians losing out on as much as $3-billion in ‘free money’ defined contribution pensions », Financial Post, 2 décembre 2014.
[10] Indice canadien de report de la retraite Sun Life 2015.
[11] Les droits de cotisation s’accumulent seulement pour les résidents canadiens admissibles de 18 ans et plus qui ont un numéro d’assurance sociale valide.

Loading comments, please wait.