A A A
Épargne

Raison numéro 1 pour changer ses plans de départ à la retraite : la santé!

19 octobre 2014 | Rocco Taglioni | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Présenté par :

Rocco Taglioni,
vice-président principal, distribution et marketing, assurances et placements individuels, Financière Sun Life Canada *

Chaque année, l’Indice de mieux-être des Canadiens Sun Life prend le pouls de la population au sujet des perceptions en matière de santé et de soins de santé. Cette année, nous avons demandé aux retraités de nous faire part des actions qu’ils ont entreprises pour planifier leur retraite et s’ils ont rencontré des imprévus en cours de route.

Les résultats mettent en lumière les raisons ayant mené à un changement aux plans de départ à la retraite. Nous avons appris que sept retraités sur dix (69 %) avaient véritablement pris leur retraite à la date prévue au départ. Et parmi ceux-ci, 41 % ont invoqué leur état de santé comme principale raison d’un départ anticipé à la retraite.

Des problèmes de santé graves, comme un accident vasculaire cérébral, un diagnostic de cancer ou une blessure grave peuvent occasionner des absences prolongées au travail. Ils peuvent même mener à une incapacité à reprendre le travail. Une mauvaise préparation pour faire face à ces imprévus peut mener à des dépenses inattendues et mettre en péril la capacité à gagner un revenu d’emploi.

La très grande majorité (82 %) des répondants reconnaissent qu’un problème de santé grave pourrait avoir des répercussions sur leur situation financière. Si elles devaient arrêter de travailler cinq ans plus tôt que prévu, six personnes sur dix ne sont pas du tout convaincues ou ne savent pas si elles auront suffisamment d’argent pour répondre à leurs besoins pendant leur retraite. Et seulement 33 % sont quelque peu convaincues de pouvoir le faire.

Les conclusions tirées de l’Indice de report de la retraite représentent de belles occasions d’aider les clients à comprendre et à atténuer les risques avant qu’ils aient des effets négatifs sur leurs projets de retraite. Préparer un plan qui prévoit une juste répartition de solutions d’assurance santé, d’options de placements et de produits offrant un revenu garanti à vie pourrait leur permettre d’atteindre leurs objectifs de retraite.

Parer à toute éventualité

Ceux qui ne sont pas prêts financièrement à prendre leur retraite affirment généralement qu’ils travailleront plus longtemps pour accumuler davantage d’épargne1. Or, si un problème de santé grave les obligeait à quitter le marché du travail et à prendre une retraite anticipée, ils n’auraient plus la possibilité de le faire.

Les résultats de l’Indice de mieux-être 2014 montrent que les problèmes de santé graves et leurs répercussions sont une préoccupation pour plusieurs :

  • Parmi les répondants au sondage, 45 % affirment qu’ils ont eu un problème de santé important.
  • Parmi les retraités qui ont eu un problème de santé important, 45 % ont pris leur retraite pour des raisons personnelles ou médicales.
  • Parmi les personnes qui ont eu un problème de santé important, 26 % ont vécu certaines difficultés financières et 16 % ont vécu d’importantes difficultés financières. 
  • Dans une proportion de 25 %, les personnes qui ont eu un problème de santé important ont réduit ou épuisé leur épargne à la suite de cette situation.

Bien que 66 % des participants au sondage affirment que la détérioration de leur état de santé est leur plus grande préoccupation alors qu’ils vieillissent, seulement 22 % ont épargné de l’argent ou ont prévu un moyen de couvrir des dépenses supplémentaires en soins de santé pendant leur retraite. 

Vos conseils éclairés font toute la différence!

Les résultats du sondage démontrent que 82 % des gens qui travaillent avec un conseiller sont convaincus qu’ils seront en mesure de couvrir leurs frais médicaux à la retraite. Parmi ceux qui ne travaillent pas avec un conseiller, seulement 66 % avaient la même certitude2.

Pour inciter vos clients à prendre des mesures pour constituer un coussin qui minimisera les risques financiers liés à un problème de santé, vous pourriez leur expliquer comment investir une partie de leur épargne pour couvrir les primes d’une assurance santé (assurance maladies graves, assurance de soins de longue durée, assurance santé personnelle). Aussi, faites-leur voir les conséquences bien réelles d’un problème de santé majeur sur leur portefeuille, notamment :

  • réduction ou épuisement de l’épargne-retraite, soit à cause de retraits imprévus des comptes bancaires, fonds communs de placement, REER, CELI, etc.
  • utilisation d’autres actifs, par exemple les biens immobiliers
  • changement du style de vie pour réduire les dépenses
  • report de la retraite ou obligation de prendre une retraite anticipée.

Au cours des années menant à la retraite, il est particulièrement important d’avoir une assurance maladies graves. Autrement, les clients n’auront pas assez de temps pour regagner l’épargne utilisée ou assez de revenus pour couvrir les coûts liés à une maladie grave.

L’épargne-retraite durera-t-elle assez longtemps?

L’augmentation de l’espérance de vie au Canada3 n’est plus un secret et, à juste titre, 45 % des répondants du sondage craignent d’être à court d’argent durant leur retraite. De plus, à la question « Si vous viviez 10 ans de plus que ce que vous aviez prévu, croyez-vous que vous auriez suffisamment d’argent pour couvrir vos besoins pendant ces années supplémentaires où vous serez à la retraite? », la moitié des répondants ne sont pas du tout convaincus qu’ils auraient suffisamment d’argent ou ne savent pas s’ils en auraient suffisamment.

À ce sujet, le dossier de réflexion Passage à vide À bout de course : Vivons-nous une crise de longévité au Canada? traite en profondeur de l’augmentation de l’espérance de vie et des conséquences possible sur l’épargne-retraite. N’hésitez pas à consulter le dossier, vous y trouverez des renseignements pertinents pour le développement de vos affaires.

Vous pouvez aider vos clients à réduire le risque d’épuiser leur épargne de leur vivant, en ajoutant à leur portefeuille des produits qui procurent un revenu garanti à vie, comme une rente à constitution immédiate. En proposant des stratégies de placement appropriées afin de préserver leur actif et de le faire croître, vous contribuez à augmenter le niveau de confiance de vos clients par rapport à la retraite.

Pour mieux épauler vos clients :

  • Renseignez-les sur l’ampleur des risques et le montant qu’il faut mettre de côté (épargne ou placements) pour faire face à un problème de santé inattendu.
  • Travaillez avec eux pour élaborer et gérer leur plan – il faudra notamment passer en revue leurs placements actuels – afin de tenir compte de leurs objectifs financiers et de retraite et pour atténuer les risques liés à la longévité et à la santé.
  • Incluez une gamme complète de solutions – par exemple assurance maladies graves, assurance de soins de longue durée, assurance santé personnelle et rentes à constitution immédiate – pour aider les clients qui souffrent d’un grave problème de santé et leur donner confiance qu’ils n’épuiseront pas leur épargne-retraite.

Communiquez avec votre directeur des ventes de produits d’assurance ou votre directeur des ventes de produits de gestion de patrimoine pour en apprendre davantage sur l’approche Mon argent pour la vie.

Pour plus de renseignements sur l’Indice de mieux-être des Canadiens Sun Life 2014, lisez le communiqué de presse et le rapport.


  1. Indice canadien de report de la retraite Sun Life 2014.
  2. Indice canadien de report de la retraite Sun Life 2014.
  3. Au Canada, l’espérance de vie moyenne à l’âge de 65 ans est de près de 87 ans pour les femmes et de près de 84 ans pour les hommes. Il y a 35 ans, ces moyennes étaient de 84 ans pour les femmes et de 80 ans pour les hommes. Statistique Canada, tableaux de mortalité, 2012.


*
Rocco Taglioni
Vice-président principal, distribution et marketing, assurances et placements individuels, Financière Sun Life Canada

Rocco Taglioni est vice-président principal, distribution et marketing, assurances et placements individuels à la Financière Sun Life du Canada. Il est en charge de la section de la distribution aux intermédiaires, ce qui englobe l’élaboration et l’exécution de la stratégie liée aux solutions d’assurance et de gestion de patrimoine de l’Individuelle, de même que la stratégie de marketing de l’Individuelle.

Depuis qu’il est entré au service de la Sun Life en 2004, Rocco Taglioni a occupé divers postes de haute direction, notamment à l’Expansion commerciale des Garanties collectives, à la Gestion de patrimoine de l’Individuelle et, plus récemment, aux Solutions clients, où il a assumé les fonctions de vice-président principal, distribution directe. En outre, il a dirigé plusieurs groupes de travail stratégiques et équipes interdivisions, et a ainsi contribué à mettre en place et à mener à bien nombre d’initiatives importantes.

Rocco Taglioni compte plus de 30 années d’expérience en matière de leadership stratégique dans les secteurs de l’assurance et des placements. Il siège au conseil d’administration de l’Université McMaster, de Placements Financière Sun Life (Canada) inc., de Distribution Financière Sun Life (Canada) inc. et de Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc.

Loading comments, please wait.