A A A
Été

Redéfinir la planification de la retraite

9 juillet 2013 | Rocco Taglioni | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Par Rocco Taglioni, vice-président principal, distribution et marketing, assurances et placements individuels, Financière Sun Life Canada

Au cours des deux derniers mois, j’ai voyagé aux quatre coins du Canada pour parler aux conseillers au sujet du visage changeant de la retraite. Selon certains, avec l’espérance de vie qui augmente, la notion de se constituer un pécule pour vivre à la retraite revêt aujourd’hui une tout autre forme. La génération des baby-boomers a fait fi des conventions à toutes les étapes de la vie et elle ne semble pas vouloir faire autrement pour la retraite.

Selon Statistique Canada, 1 082 Canadiens ont eu 65 ans chaque jour en 2012. On prévoit que d’ici à 2028 ce nombre atteindra un sommet avec 1 496 Canadiens qui auront 65 ans chaque jour. Alors que 65 ans était considéré comme l’« âge de la retraite », les baby-boomers canadiens ne prennent pas leur retraite de la même manière que leurs parents. Ils travaillent plus longtemps, ils mènent des vie plus occupées et ils ont de grandes aspirations pour leur retraite. Cette réalité, combinée à la nécessité de planifier une vie plus longue, met l’industrie au défi de redéfinir la planification de la retraite.

Certains Canadiens travaillent au-delà de 65 ans par choix. Ils aiment leur emploi et ils reconnaissent les bienfaits de demeurer actifs et occupés. Par contre, les Canadiens qui prévoient continuer de travailler le feront de plus en plus pour des raisons financières. Selon l’Indice canadien de report de la retraite Sun Life 2013, seulement 27 % des Canadiens âgés de 30 à 66 ans s’attendent à être à la retraite à 66 ans (comparativement à 51 % en 2008). Les trois principales raisons données ont toutes trait aux finances :

  • 25 % disent planifier travailler plus longtemps pour gagner suffisamment d’argent pour couvrir les dépenses de base.
  • 21 % disent planifier travailler plus longtemps pour gagner suffisamment d’argent pour bien vivre.
  • 16 % croient que les prestations de l’État ne leur suffiront pas pour vivre décemment.

Ces préoccupations sont accentuées par l’environnement économique actuel. Les taux d’intérêt historiquement bas génèrent des rendements faibles pour les investisseurs, ce qui donne aux Canadiens un défi financier supplémentaire. Ces derniers ont besoin de conseils avisés en ce qui a trait à la planification de leur retraite.

Mon argent pour la vieMC

À la Financière Sun Life, nous proposons l’approche Mon argent pour la vie pour la planification de la retraite. Cette structure est conçue pour aider les conseillers à amorcer la conversation avec les clients dans le but de les aider à choisir la bonne combinaison de produits d’assurance-vie, d’assurance-santé et de gestion de patrimoine pour établir un plan de retraite complet. Elle repose sur la compréhension et la gestion des principaux risques auxquels les retraités d’aujourd’hui sont exposés :

  • Risque de longévité – Les clients pourraient devoir provisionner pour une retraite de plus de 30 ans et vivre avec la possibilité de manquer d’argent.
  • Risque d’inflation – Une augmentation du coût de la vie signifie que les clients pourraient payer davantage pour toutes les choses dont ils ont besoin ou qu’ils veulent faire à la retraite.
  • Risque lié à la santé – La probabilité d’avoir un problème de santé est bien présente, on ne sait juste pas à quel moment il va survenir. Un changement à l’état de santé des clients pourrait avoir des répercussions considérables sur l’épargne et la qualité de vie à la retraite.
  • Risque de mortalité – Le décès prématuré d’un conjoint ou d’un partenaire pourrait réduire le montant d’argent disponible pour couvrir les besoins des clients à la retraite.
  • Risque de marché – Des rendements faibles ou négatifs, particulièrement au début de la retraite, peuvent avoir de graves répercussions sur les plans de retraite.

Une fois que les clients comprennent les risques auxquels ils sont exposés, un conseiller peut les aider à planifier pour chacun de leurs besoins qui évolueront au cours de la retraite :

1. Besoins de base

Les besoins de base correspondent à des éléments dont les clients ne peuvent se passer, comme la nourriture, l’hébergement et le transport…

Dans le but de couvrir les besoins de base pour la vie, nous suggérons aux clients d’établir un revenu de base. Pour ce faire, vous pouvez aider les clients à estimer le coût de leurs besoins de base, puis à examiner leurs sources de revenu garanti au titre du Régime de rentes du Québec (RRQ), du Régime de pensions du Canada (RPC), de la Sécurité de la vieillesse (SV) et, le cas échéant, de leur régime de retraite à prestations déterminées.

Souvent, les sources de revenu garanti des clients ne suffisent pas à couvrir leurs besoins de base. Les sources de revenu garanti, comme les rentes viagères, procurent un chèque régulier à la retraite pour couvrir les dépenses essentielles.

2. Besoins liés à la santé

Les clients doivent comprendre qu’ils devront inévitablement assumer des frais de soins de santé. À mesure que le temps passe, les problèmes de santé et les dépenses liées aux soins de santé augmentent.

Les solutions d’assurance comme l’assurance-santé personnelle, l’assurance maladies graves et l’assurance de soins de longue durée sont une priorité si les clients y sont admissibles. Si l’assurance n’est pas une option, nous encourageons les clients à veiller à ce qu’ils aient prévu des fonds additionnels pour leurs besoins en matière de soins de santé.

3. Besoins liés au style de vie

Les dépenses liées au style de vie comme les voyages et les divertissements peuvent changer au cours de la retraite, mais la plupart des clients ne veulent pas renoncer à certaines de ces activités pour des raisons financières. En aidant les clients à calculer un taux de dépenses durable compte tenu de leur épargne-retraite et de leurs placements afin de définir leurs attentes entourant les dépenses liées au style de vie, vous leur permettrez de s’assurer que leur argent durera.

Les fonds communs de placement peuvent être des éléments clés d’un portefeuille de retraite. En combinant les fonds communs de placement avec des solutions de revenu comme les rentes à constitution immédiate et un plan pour les soins de santé, les clients pourront faire des dépenses liées à leur style de vie avec plus de confiance.

4. Héritage

Discutez avec les clients du type d’héritage qu’ils souhaitent laisser aux membres de leur famille ou à des organismes de bienfaisance, ainsi que le moyen par lequel ils souhaitent effectuer le transfert des actifs. Il peut s’agir de la planification des obligations financières liées aux funérailles, à l’épargne et aux transferts d’héritage ou au règlement de dettes.

La conclusion?

Aujourd’hui, planifier sa retraite ne se limite pas à constituer un pécule pour ses vieux jours. L’épargne aidera, mais l’utilisation de la structure Mon argent pour la vie pour la planification de la retraite – en prenant en considération les principaux risques de la retraite et en intégrant les solutions de revenu et de protection – permettra aux Canadiens de prendre leur retraite en toute confiance. Cette structure vous permettra d’accroître votre clientèle au sein des baby-boomers et ainsi de favoriser la croissance de vos affaires.



Rocco Taglioni
Vice-président principal, distribution et marketing, assurances et placements individuels, Financière Sun Life Canada

Rocco Taglioni est vice-président principal, distribution et marketing, assurances et placements individuels à la Financière Sun Life du Canada. Il est en charge de la section de la distribution aux intermédiaires, ce qui englobe l’élaboration et l’exécution de la stratégie liée aux solutions d’assurance et de gestion de patrimoine de l’Individuelle, de même que la stratégie de marketing de l’Individuelle.

Depuis qu’il est entré au service de la Sun Life en 2004, Rocco Taglioni a occupé divers postes de haute direction, notamment à l’Expansion commerciale des Garanties collectives, à la Gestion de patrimoine de l’Individuelle et, plus récemment, aux Solutions clients, où il a assumé les fonctions de vice-président principal, distribution directe. En outre, il a dirigé plusieurs groupes de travail stratégiques et équipes interdivisions, et a ainsi contribué à mettre en place et à mener à bien nombre d’initiatives importantes.

Rocco Taglioni compte plus de 30 années d’expérience en matière de leadership stratégique dans les secteurs de l’assurance et des placements. Il siège au conseil d’administration de l’Université McMaster, de Placements Financière Sun Life (Canada) inc., de Distribution Financière Sun Life (Canada) inc. et de Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc.

Loading comments, please wait.