La fameuse période des ­REER est terminée. Comme d’habitude, les publicités vantant les produits et services de nombreuses institutions financières se sont succédées à la télé pour convaincre les épargnants de les choisir, elles.

Sur quoi se concentrent ces annonces? ­Pas sur la judicieuse répartition de tel ou tel fonds commun… mais plutôt sur la « personnalité » de l’institution.

Comme les produits peuvent être assez semblables d’une firme à l’autre, qu’­est-ce qui les distinguera? ­La force de leur marque.

Certes, les conseillers sont des individus, pas des institutions financières. Mais en tant qu’entrepreneurs, vous pouvez tout à fait bâtir votre propre « marque » personnelle. Il en serait même à votre avantage, car cela vous permettrait de vous faire connaître du public, et donc de clients potentiels.

Le message à lancer va bien ­au-delà de la simple question des rendements et des frais. Les épargnants n’ont rien à faire des fonds que vous proposez ou des produits d’assurance que vous vendez. Ce qu’ils veulent savoir, c’est ce que vous pouvez faire pour eux, quels services ­VOUS pouvez leur offrir. Comment les ­aiderez-vous à répondre à leurs préoccupations financières et à atteindre leurs buts? ­Quelles sont vos aptitudes, vos capacités, vos valeurs, votre expérience?

En somme, le produit qu’il faut vendre dans une campagne marketing, c’est vous.

COMMENT FAIRE? 

Plusieurs moyens existent pour se mettre de l’avant dans une telle campagne. Les formats publicitaires plus traditionnels, c’­est-à-dire l’annonce télé, radio ou papier, conservent leur importance pour se présenter et afficher ses services.

Mais depuis plusieurs années, une autre méthode gagne en popularité, et le secteur des services financiers ne fait pas exception. Plusieurs conseillers ont en effet opté pour le marketing de contenu afin de construire leur « marque » personnelle.

Qu’­est-ce que ça mange en hiver, du marketing de contenu? ­Il s’agit de créer et diffuser de l’information afin de renseigner le public sur divers sujets tout en se faisant connaître. C’est le cas par exemple des conseillers qui tiennent un blogue traitant de finances personnelles.

Nul besoin de se limiter à l’écrit. Une vidéo amusante et informative diffusée sur votre propre chaîne ­YouTube est aussi considérée comme du marketing de contenu.

Publier des nouvelles d’autres sources peut également contribuer à cette stratégie. Vous pourriez ainsi devenir une référence en rassemblant de multiples informations sur un même sujet sans devoir les colliger ­vous-même. Car cela peut prendre énormément de temps, et vous n’êtes pas non plus un spécialiste en toute matière…

Souligner et faire connaître le travail des autres reste tout à fait pertinent. Ce faisant, les internautes pourront avoir le réflexe de se tourner vers votre page pour savoir ce qui se passe sur la planète finance.

DANS L’UNIVERS DES MÉDIAS, SOCIAUX OU PAS 

Il ne faut pas négliger non plus l’apport des médias sociaux dans une campagne marketing. Ils constituent de formidables canaux de diffusion pour votre contenu, mais aussi pour vous faire connaître. Plusieurs conseillers ont ouvert une page professionnelle, distincte de leur compte personnel, afin d’échanger avec leurs abonnés sur les ­Facebook, ­Twitter, ­LinkedIn, ­Instagram et ­YouTube de ce monde.

Tous les sujets peuvent être abordés, à condition d’éviter les propos déplacés et de respecter les normes de conformité. Cela permet ainsi de conserver un lien de proximité avec vos clients et prospects.

Les médias traditionnels peuvent aussi être mis à contribution. Les journalistes ont toujours besoin de sources fiables, capables de vulgariser leurs connaissances sur une foule de sujets (j’en sais quelque chose !). Leur donner des entrevues vous fera connaître du grand public, en plus d’établir votre crédibilité en tant que spécialiste.

QUELQUES TRUCS 

Vous voulez vous lancer dans le marketing de contenu, mais ne savez pas trop par où commencer? ­Vous devez d’abord vous positionner. Quelle image ­voulez-vous donner? ­Êtes-vous plus à l’aise de communiquer sur un ton humoristique ou sérieux? ­Désirez-vous livrer quelques pans de votre vie personnelle, partager vos opinions, ou rester dans le domaine de l’expertise professionnelle? À chacun sa formule gagnante.

Il faut éviter l’autopromotion. Lorsqu’il écume le web, l’internaute veut avant tout trouver une solution à un besoin. En fonction de votre expertise, vous devez donc diffuser des informations ciblées qui accompagnent le lecteur dans ce cheminement.

Pour se démarquer, votre contenu doit être différent de ce qu’on trouve déjà sur la toile. Autrement, vous manquez votre coup. Vous devez également alimenter régulièrement la plateforme utilisée pour maintenir l’intérêt. Bâtir un plan de publication pourrait vous aider à garder le rythme sans devenir dépassé.

L’aventure vous tente? ­Alors, qu’­attendez-vous? À vos claviers !

Christine Bouthillier est directrice principale de contenu à Conseiller.


• Ce texte est paru dans l’édition de mai 2018 de Conseiller.