srpphoto / istockphoto

Avec l’hiver et la magnifique neige qui recouvre le sol québécois vient également le début de la saison immobilière. Bon nombre de vos clients chercheront une nouvelle demeure pour la date fatidique du 1er juillet 2020 et se buteront aux règles de financement en place. Un courtier hypothécaire peut les aider.

L’obtention d’un prêt n’est plus une mince affaire de nos jours. L’époque où l’on signait une lettre sur le coin du bureau du banquier est révolue. Les clients doivent aujourd’hui respecter plusieurs normes et étapes et effectuer le tout avec rigueur et sérieux afin de bien réussir leur transaction.

On dit que le processus est devenu trop complexe et trop lourd, mais on estime aussi que le ­Canada a le système bancaire le plus solide de la planète. Donc, bien que ce soit quelquefois compliqué, sachez que le tout protège vos clients, et ce, pour leur propre bénéfice.

Connaissent-ils réellement le rôle du courtier hypothécaire? ­Celui-ci peut les accompagner dans ces différentes étapes à franchir pour recevoir du financement. Les voici.

1. Obtention et consignation de la documentation

Cette première étape constitue le fondement du processus de financement. Le client doit avoir en main toutes les informations afin d’être bien conseillé. Il est donc très important de fournir la totalité des documents qui lui sont exigés.
­

Croyez-moi, personne n’en demande plus qu’il n’en faut, il en faut tout simplement beaucoup aujourd’hui afin de satisfaire le réseau bancaire canadien. Vos clients doivent être ordonnés et coopératifs lors de cette étape cruciale afin que leurs démarches soient couronnées de succès.

2. Évaluation et constitution du dossier

Le courtier qui traitera le dossier de vos clients doit préparer la demande à partir des renseignements recueillis et a l’obligation de valider ­ceux-ci par de multiples vérifications documentaires et informatives. C’est ensuite en analysant l’ensemble de la situation qu’il pourra dégager les meilleures options pour vos clients.
­

3. Présentation des options

Utiliser les services d’un courtier leur sauvera un temps fou! ­Ce dernier aura préalablement filtré le marché en fonction de leur profil et présentera la ou les meilleures offres adaptées à leur situation. Ils pourront alors faire un choix éclairé en toute connaissance de cause.

4. Présentation du dossier à l’institution financière

Le courtier connaît les normes de ses partenaires et il s’assurera de faire valoir le dossier à sa juste valeur auprès de ­ceux-ci.

5. Négociation des conditions

Il peut arriver qu’en cours de route le courtier doive négocier avec la banque certaines modalités du dossier ou des conditions qu’il souhaite obtenir. Ses relations permettront donc à votre client de dormir sur ses deux oreilles pendant ce temps.

6. Obtention du financement

L’objectif final de la transaction est bien entendu d’avoir un prêt selon les meilleures conditions possibles. Le courtier ne ménagera donc pas ses efforts pour obtenir la fameuse lettre d’approbation finale sans condition de la banque, scellant ainsi la transaction d’achat avec les vendeurs de la demeure.

7. Accompagnement à long terme

Le courtier guidera vos clients dans les différentes étapes subséquentes, c’­est-à-dire la rencontre avec le notaire, la collecte de la documentation nécessaire à la finalisation du projet, le déménagement, le prélèvement du premier paiement au compte, etc. Mais il ne s’arrêtera pas là. Il deviendra un allié pour toute la durée du financement et même pour la négociation du renouvellement.

Utiliser les services d’un courtier ne coûte généralement rien, puisqu’il est rémunéré par l’institution financière dans la majorité des cas. Il serait donc insensé de s’en priver pour franchir ces différentes étapes.

Si vos clients fournissent adéquatement la documentation et les informations demandées au départ et travaillent en équipe avec lui, ils en sortiront assurément gagnants !

Hugo ­Neveu est courtier hypothécaire agréé à ­Planiprêt et directeur au développement et intégration pour ­AFL ­Groupe ­Financier.


• Ce texte est paru dans l’édition de février 2020 de Conseiller.
Vous pouvez consulter l’ensemble du numéro sur notre site Web
.